Législatives: Martine Aubry s'est-elle vengée sur les lieutenants de François Hollande?

POLITIQUE Selon le «Nouvel Obs», elle a refusé d'investir deux proches de François Hollande pour les législatives...

M. Go.

— 

François Hollande et Martine Aubry en visite sur le site de Gandrange, mardi 17 janvier 2012
François Hollande et Martine Aubry en visite sur le site de Gandrange, mardi 17 janvier 2012 — AFP PHOTO PATRICK KOVARIK

Alors que l’on vient d’apprendre que Martine Aubry n’entrera pas au gouvernement, le site du Nouvel Obs évoque une «vengeance» de la Première secrétaire qui aurait décidé d’écarter des lieutenants de Hollande de certaines circonscriptions aux législatives. Lors d’un secrétariat national, mercredi matin, les aubrystes  auraient décidé, selon le site de l’hebdomadaire, d'accorder l'investiture socialiste à l'une des leurs, Pascale Boistard, adjointe au maire de Paris. Et ce alors que la première circonscription de la Somme était promise à Faouzi Lamdaoui, chef de cabinet de François Hollande durant la campagne présidentielle.

Aubry est-elle intervenue?

Même scénario dans la douzième circonscription des Hauts-de-Seine, où Juliette Méadel, conseillère municipale à Paris et membre de l'équipe de campagne du candidat socialiste à la présidentielle, était pressentie pour être candidate. C’est finalement Jean-Marc Germain, directeur de cabinet d'Aubry au PS et à la mairie de Lille, qui lui a été préféré. L’article ne précise pas si Aubry est intervenue personnellement dans cette décision.

Selon les informations obtenues par 20minutes, la candidate «hollandaise» écartée dans les Hauts-de-Sein serait plutôt Martine Gouriet, conseillère générale, polytechnicienne et fidèle osutien du chef de l'Etat. par ailleurs, un proche de François Hollande a expliqué que les deux «hollandais» répudiés se présenteraient en dissidents. «Ce matin, il y a eu des conjonctions bizarres, élude-t-il sans mettre en cause Aubry. Nous sommes à 4 semaines des élections et chacun essaye de placer ses pions.» François Hollande avait défendu personnellement la candidature de Faouzi Lamdaoui son chef de cabinet. Les tiraillements, c’est maintenant ?