EN DIRECT. Mélenchon ne fait pas «une fixation sur le FN»... Aubry adresse ses «chaleureuses félicitations» à Ayrault...

N. Bu.

— 

Illustration urne et enveloppes. Vote.
Illustration urne et enveloppes. Vote. — ALEXANDRE GELEBART / 20 MINUTES
>> Suivez la journée de passation de pouvoir entre Nicolas Sarkozy et François Hollande en direct par ici
Ce live est désormais terminé, merci de l'avoir suivi sur 20 Minutes. Retrouvez la synthèse des  événements de ce mardi en cliquant ici.
20h17: Aubry adresse ses «chaleureuses félicitations» à Ayrault
Martine Aubry, première secrétaire du PS, a adressé ce mardi ses félicitations au Premier ministre Jean-Marc Ayrault et lui a souhaité «plein succès», a indiqué son entourage. Le nom de la maire de Lille avait été cité pour prendre place à Matignon.
20h09: Cécile Duflot a «hâte» que le gouvernement passe à l'action
Cécile Duflot, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, a salué ce mardi la nomination de Jean-Marc Ayrault comme Premier ministre, disant avoir «hâte» que François Hollande et son gouvernement «passent à l'action». «Ce qui nous intéresse, c'est que les relations humaines soient bonnes. Les relations humaines avec Jean-Marc Ayrault ont toujours été plutôt bonnes et ensuite, on jaugera sur la politique qui sera menée, ce ne sera pas seulement celle du Premier ministre mais celle de tout un gouvernement, on vérifiera cet état d'esprit», a ajouté la présidente du groupe EELV au Conseil régional d'Ile-de-France.
19h58: Marine Le Pen critique la nomination de Jean-Marc Ayrault comme Premier ministre
La présidente du Front national a relevé ce mardi la condamnation de Jean-Marc Ayrault pour favoritisme en 1997 et a affirmé que sa nomination comme Premier ministre était la «première grosse erreur» de François Hollande. Réagissant au micro de BFM-TV, Marine Le Pen a estimé qu'il s'agissait d'«une première rupture dans le contrat de confiance que François Hollande a voulu instaurer avec le peuple français». «Jean-Marc Ayrault, compte tenu de la condamnation qui a été la sienne il y a plusieurs années, ne correspond pas aux engagements qui avaient été pris par François Hollande», a-t-elle poursuivi.
19h39: Mélenchon interpelle déjà Ayrault
Jean-Luc Mélenchon appelle ce mardi Jean-Marc Ayrault à prendre des mesures d'urgence pour soutenir les salariés d'une vingtaine d'entreprises emblématiques en France et à stopper dans un second temps «l'hémorragie industrielle» par la loi. Dans une lettre ouverte au Premier ministre, le président du Parti de gauche estime que certaines décisions «peuvent immédiatement être prises par simple décret ou par l'action du gouvernement» pour résoudre les situations d'urgence. L'ancien candidat du Front de gauche à la présidentielle cite par exemple les sociétés ArcelorMittal, Sodimédical, PSA Aulnay, Fralib, Arkema ou Petroplus qui ont fait parler d'elles pendant la campagne présidentielle.
19h36: Risque de «gros blocage» à gauche pour les législatives, selon EELV
Les négociations entre le Parti socialiste, Europe Ecologie-Les Verts (EELV) et le Front de Gauche sur les législatives sont en situation de «gros blocage» à cause notamment du Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon, a déclaré ce mardi David Cormand, chargé des élections à EELV. «Il y a deux chances sur trois pour qu'il n'y ait pas d'accord» avec le FG, a affirmé David Cormand. «L'objectif est de trouver une solution sur les 55 circonscriptions à risque FN», avec une candidature unique là où la gauche pourrait être éliminée du deuxième tour, a-t-il dit. Selon lui, le PCF pourrait se retirer sur «15 à 20» circonscriptions mais le PG et GU ne veulent, eux, pas se retirer et refusent que le PCF signe au nom du FG. Le PCF s'est, lui, montré plus optimiste en milieu de journée. «On espère aboutir», même si c'est «un peu bloqué», a indiqué une source communiste.
18h55: Pour Faouzi Lamdaoui, Jean-Marc Ayrault est «totalement propre»
Alors que les dents grincent déjà très fort à droite après l'annonce de la nomination du maire de Nantes à Matignon alors qu'il avait fait l'objet d'une condamnation en 1997, l'ex-directeur de cabinet de François Hollande pendant la campagne a tenu à mettre les points sur les i sur BFM TV: «Depuis quinze ans, tout le monde sait comment travaille Jean-Marc Ayrault et son intégrité est totalement propre. Il n'a absolument rien commis, il y a prescription».
16h45: Jean-Marc Ayrault nommé Premier ministre
Ce fut succinct (une vingtaine de secondes) mais Pierre-René Lemas vient donc d'annoncer la nomination officielle de Jean-Marc Ayrault à Matignon. Le nouveau Premier ministre est désormais chargé de former son gouvernement alors que François Hollande a pris la direction de l'aéroport de Villacoublay pour se rendre à Berlin. (à suivre par ici)
16h30: Et pendant ce temps-là, Sarkozy fait un footing
Le président sortant a été aperçu au bois de Boulogne en ce début d'après-midi en train de faire un footing. Retour à la vie normale mais pas question de perdre les bonnes habitudes.
16h15: Le nom du Premier ministre dévoilé dans quelques minutes
Prévu à 16h, l'annonce de Pierre-René Lemas, nouveau secrétaire général de l'Elysée, depuis le perron du palais devrait finalement intervenir dès que le discours de François Hollande à l'Hôtel de Ville sera terminé. (à suivre par ici).
16h10: Pierre-René Lemas est nommé secrétaire général de l'Elysée
C'est ce qu'indique un communiqué de la présidence de la République. Pierre-René Lemas est un ancien préfet, qui était depuis octobre le directeur de cabinet de Jean-Pierre Bel, le président du Sénat. Emmanuel Macron et Nicolas Revel sont eux nommés secrétaires généraux adjoints. Par ailleurs, Aquilino Morelle, plume de François Hollande, est nommé conseiller politique.
16h: Le couple Sarkozy en Italie
Selon nos informations, le couple va donc prendre quelques vacances chez nos voisins transalpins.
15h45: Le Parti pirate va investir une centaine de candidats
Le collectif, qui milite notamment pour la liberté sur Internet et les droits des citoyens, compte présenter une centaine de candidats aux prochaines législatives, une première en France, a annoncé son co-président, Maxime Rouquet, à l'AFP. «Nous avons investi 102 candidats, qui ont signé notre charte et se sont engagés à adhérer à l'organisation anticorruption Anticor s'ils sont élus», a-t-il indiqué, précisant que certaines candidatures devaient encore être formellement déposées d'ici la clôture, vendredi soir. «L'objectif n'est pas d'être élus mais de faire entendre nos idées, qui peuvent trouver écho chez tous les citoyens et être reprises par d'autres partis», a-t-il ajouté.
15h10: «Je ne viens pas faire une fixation sur le FN», dit Mélenchon
«Ca va marcher!»: le candidat du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon a mis les deux pieds dans la campagne pour les législatives, sur le petit marché de Oignies, dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais où il se mesure notamment à Marine Le Pen. «Je ne viens pas faire une fixation sur le FN», a-t-il assuré. «Je viens redonner du courage à tous les autres, leur rappeler leurs fondamentaux, leurs valeurs. Et, au passage, je compte bien qu'on arrive à convaincre des gens qui se sont laissés dire 'Pourquoi pas le FN?'».
13h10: Un membre du conseil national de l'UMP, dissident en Haute-Garonne, exclu provisoirement
L’UMP a prononcé l’exclusion provisoire de Stéphane Diebold, un membre de son conseil national qui a présenté une candidature dissidente dans la quatrième circonscription de la Haute-Garonne, a indiqué le parti mardi à Toulouse. Il s’agit d’une «faute grave» de la part de quelqu’un qui «en tant que membre du conseil national de l’UMP (devrait) respecter, plus que tout autre adhérent, les décisions statutaires prises par le mouvement», lui a écrit le secrétaire général, Jean-François Copé, dans un courrier rendu public par l’UMP locale.

@internautes De nombreux commentaires s'offusquent des privilèges octroyés à Nicolas Sarkozy (et notamment le loyer de ses futurs bureaux) en tant qu'ancien président.
>> Petit rappel de ce que l'Etat va verser au président sortant par ici

11h25: Sarkozy a déjà sa place au Conseil constitutionnel
Son bureau chez les Sages serait déjà prêt. A en croire Europe 1, Nicolas Sarkozy, qui siègera au Conseil constitutionnel en temps qu'ancien président de la République, a déjà un bureau au premier étage, à côté de celui de Jean-Louis Debré, président de l'institution, et de ceux de Jacques Chirac et Valéry Giscard d'Estaing. Nicolas Sarkozy devrait par ailleurs récupérer le siège laissé vacant par Jacques Chirac à la table du conseil.
11h15: Faouzi Lamdaoui candidat dans la Somme
Alors que la désignation officielle des candidats socialistes pour les législatives n'interviendra que mercredi, celle du chef de cabinet de la campagne de François Hollande dans la première circonscription de la Somme (Picardie) se précise. Faouzi Lamdaoui sera ainsi le candidat à Amiens-Abbeville, une circonscription symbolique puisque tenue jusque là par le communiste Maxime Gremetz. Signe qui ne trompe pas, Faouzi Lamdaoui a d'ores et déjà modifié la bio de son compte Twitter.
11h: Lang se place pour le perchoir, s'il est élu député
Interrogé sur Europe 1, Jack Lang a assuré qu'il n'était «absolument pas candidat à un poste de ministre». En revanche, il ne dit pas non pour un rôle à l'Assemblée. Mais à condition d'être élu député dans la circonscription des Vosges où il a été parachuté. «Je suis candidat d'autres actions à venir: je veux arracher à la droite une circonscription qui depuis 15 ans est tenue à 55% par un député l'UMP. Je veux offrir à François Hollande et à la nouvelle majorité, un siège dans les Vosges. Ensuite, je veux m'engager à fond dans la vie de l'Assemblée nationale. Je souhaite que l'Assemblée nationale ait une plus grande autorité. Je n'exclus pas de me porter candidat à telle ou telle fonction, mais d'abord, il me faut être élu député des Vosges» a affirmé l'ancien ministre de la Culture de François Mitterrand.

Lang : "Ayrault serait un bon choix" par Europe1fr
10h45: Parisot et le Medef «impatients de commencer à travailler avec le nouveau gouvernement»
«Nous sommes, nous-mêmes Medef, impatients de commencer à travailler avec le nouveau gouvernement et impatients aussi de définir avec les organisations syndicales l'agenda social des semaines à venir», a déclaré la patronne des patrons, interrogée sur BFMTV. La présidente du Medef, qui assiste à la passation de pouvoir à l'Elysée ce matin, a par ailleurs rappelé qu'elle n'a «pas appelé à voter ni pour un candidat ni pour un autre» et que l'organisatio patronale «est une organisation non partisane. Les entreprises ne sont ni de droite ni de gauche».
10h35: Le site elysee.fr fait sa mue
Alors que François Hollande est en train d'être investi, le site officiel de la présidence française change de visage. La passation de pouvoir numérique, c'est par ici.
10h15: Bref, alors pour qui tu votes?
Fabienne Labrette-Ménager, députée UMP de la première circoncription de la Sarthe, a parodié la mini-série de Canal+ pour se présenter en vue des législatives. Un clip de campagne plutôt original.
Bref, alors pour qui tu votes ? par flm2012

9h55: «Direction le Sud» pour le couple Sarkozy
C'est ce que croit savoir Le Parisien qui cite l'entourage du couple. Nicolas Sarkozy et son épouse Carla devraient ainsi s'accorder quinze jours de vacances mais la destination précise n'est pas connue. Le quotidien rappelle par ailleurs que, comme n'importe quel ancien chef de l'Etat français, Nicolas Sarkozy a désormais la possibilité de voyager sans limites sur Air France (en classe affaires) et sur le réseau SNCF.
9h45: ... Et ça ne plait pas à Royal
Ségolène Royal a critiqué cette annonce prématurée de Jean-Pierre Jouyet sur BFM TV, évoquant «une gaffe».  «Ce n'est pas bien de faire cela parce qu'il faut respecter les institutions de la République française et c'est au secrétaire général de l'Elysée d'annoncer sur le perron de l'Elysée, et sur instruction du président de la République, qui sera le chef du gouvernement, et à personne d'autre, et certainement pas à quelqu'un qui veut faire croire qu'il est dans le secret», a-t-elle dit.








9h40: Jouyet dévoile le nom du Premier ministre
L'ancien ministre d'ouverture de Nicolas Sarkozy, Jean-Pierre Jouyet, président de l'Autorité des marchés financiers (l'AMF) et très proche de François Hollande, a indiqué ce mardi que Jean-Marc Ayrault, député-maire PS de Nantes et patron des députés socialistes à l'Assemblée nationale, allait être nommé Premier ministre par le nouveau président. «Je pense qu'il sera nommé tout à l'heure, oui», a déclaré le responsable, pressé de questions par RTL sur cette nomination qui doit intervenir vers 16h en ce jour de passation de pouvoir
9h35: Le nouveau bureau de Sarkozy
Europe 1 s'est procuré les photos des futurs bureaux (323m2 et 11 pièces) du président sortant, rue Mirosmenil, dans un bel immeuble du 8e arrondissement de Paris. Ces bureaux se trouvent à 200 mètres du cabinet d'avocats dans lequel Nicolas Sarkozy pourrait exercer. Montant du loyer: 15.000 euros, «entièrement pris en charge par l'Etat, comme le veut la tradition de la Ve République.» A voir en images par ici
>> Ce que l'Etat va verser à Nicolas Sarkozy pour sa retraite, à lire ici
9h20: Sarkozy refuse une investiture UMP à son fils
Sale temps pour les Sarkozy. Le Parisien révèle ce mardi que Nicolas Sarkozy aurait opposé son veto à son fils Jean, 25 ans, qui souhaitait être candidat dans la circonscription de Neuilly-Puteaux (et qui l'aurait même annoncé à ses partisans). L'investiture avait été gelée par le parti majoritaire ajoute le quotidien et Jean Sarkozy espérait bien y être candidat. Il s'est donc rendu à l'Elysée pour faire valider cette idée par son père. Qui lui a opposé une fin de non-recevoir. «Mauvaise idée. Les Sarkozy doivent se faire oublier et ils se feront oublier» lui aurait répondu sans détour le président sortant.
9h15: Bonjour à tous et bienvenue sur ce live dédié aux élections législatives et à la formation du nouveau gouvernement. Si vous souhaitez suivre la passation de pouvoir en direct, c'est par là