Législatives: Le Pen tacle Mélenchon sur un éventuel parachutage à Hénin-Beaumont

avec AFP

— 

Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) qui doit officiellement se décider samedi sur son choix aux législatives, a parlé vendredi d'une "bataille homérique" face à Marine Le Pen s'il se présentait face à elle à Hénin-Beaumont pour le scrutin des 10 et 17 juin.
Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) qui doit officiellement se décider samedi sur son choix aux législatives, a parlé vendredi d'une "bataille homérique" face à Marine Le Pen s'il se présentait face à elle à Hénin-Beaumont pour le scrutin des 10 et 17 juin. — Patrick Hertzog afp.com

Marine Le Pen, la présidente du FN, interrogée ce vendredi sur la possible perspective de se voir défier par Jean-Luc Mélenchon à Hénin-Beaumont, y a vu un souci «pas très glorieux de courir après les caméras», affirmant qu'un éventuel «parachutage» ne la «dérange pas».

Sur Europe 1, l'ex-candidate à l'Elysée a ironisé sur un «SCF, un sans circonscription fixe» alors que le Front de Gauche doit décider samedi d'une candidature aux législatives de son champion, et choisir entre Paris, le Val-de-Marne, l'Hérault, Marseille et la 11e du Pas-de-Calais, qui comprend Hénin-Beaumont. «Ce n'est pas très glorieux, je trouve, de la part de Jean-Luc Mélenchon, que de tenter comme ça de courir après les caméras», a commenté Mme Le Pen.

«Je croyais que c'était de la rage, je m'aperçois que c'est de l'amour», s'est exclamée l'eurodéputée Front national qui s'est écharpée avec le coprésident du Parti de Gauche pendant toute la campagne présidentielle. «Au moment où cette circonscription souffrait mille morts, du fait des socialo-communistes et de leur corruption, Jean-Luc Mélenchon non seulement n'est jamais venu, mais ne s'est jamais prononcé pour condamner la corruption», a encore accusé Mme Le Pen.

«Moi, ça ne me dérange pas», a-t-elle assuré à propos de ce «parachutage» éventuel.