Législatives: Estrosi invite les centristes à ne pas «jouer double jeu»

© 2012 AFP

— 

Le député-maire UMP de Nice Christian Estrosi a invité mercredi les centristes et les radicaux à ne pas "jouer double jeu" pour les législatives, estimant "normal" que l'UMP présente un candidat contre François Bayrou dans les Pyrénées-atlantiques.
Le député-maire UMP de Nice Christian Estrosi a invité mercredi les centristes et les radicaux à ne pas "jouer double jeu" pour les législatives, estimant "normal" que l'UMP présente un candidat contre François Bayrou dans les Pyrénées-atlantiques. — Valery Hache afp.com

Le député-maire UMP de Nice Christian Estrosi a invité ce mercredi les centristes et les radicaux à ne pas «jouer double jeu» pour les législatives, estimant «normal» que l'UMP présente un candidat contre François Bayrou dans les Pyrénées-atlantiques.

«Il est très clair qu'on ne peut pas jouer double jeu», a déclaré Christian Estrosi sur I-Télé. «Nous avons une législative que nous pouvons gagner aujourd'hui. Il ne peut pas y avoir une UMP qui a été sollicitée pour soutenir des candidats centristes et radicaux, ce que nous faisons avec élan, avec volonté d'unité, et d'un autre côté, des centristes qui ne jouent pas le jeu», a-t-il ajouté. Evoquant le cas de François Bayrou, le président du MoDem qui a voté à titre personnel pour François Hollande, Christian Estrosi a estimé «normal que nous présentions un candidat contre lui».

«Ce n'est pas une punition»

«Ce n'est pas une punition. Cela ne le surprendra pas. Il a fait le choix du PS», a-t-il ajouté. Christian Estrosi a estimé d'autre part que le pays pouvait «parfaitement avoir une cohabitation apaisée» avec une majorité de droite à l'Assemblée nationale et un président socialiste. Selon lui, «si les Français ont choisi un homme, ils ne veulent pas forcément choisir la politique qu'il a proposée». La politique prônée par François Hollande conduit «droit à la faillite et à la situation de la Grèce et de l'Espagne. C'est ça qui nous est promis aujourd'hui. Les Français ne le voudront pas au troisième tour» les législatives, a-t-il dit.

Ami de longue date de Nicolas Sarkozy, le député-maire de Nice s'est déclaré convaincu que le président, même s'il a assuré qu'il tournait la page de la vie politique, «reviendra». «Il a pris du recul aujourd'hui» mais «nous aurons besoin de lui». Nicolas Sarkozy «sera demain le meilleur garant de notre cohésion... Le sarkozysme sera de plus en plus à la mode», a prédit Christian Estrosi.