Retraites: Un dossier prioritaire pour le gouvernement, selon Jean-Claude Mailly

© 2012 AFP

— 

Le secrétaire général de Force Ouvrière (FO), Jean-Claude Mailly, a indiqué mercredi qu'un des premiers dossiers sur lequel devra se pencher le nouveau gouvernement sera celui des retraites.
Le secrétaire général de Force Ouvrière (FO), Jean-Claude Mailly, a indiqué mercredi qu'un des premiers dossiers sur lequel devra se pencher le nouveau gouvernement sera celui des retraites. — Lionel Bonaventure afp.com

Le secrétaire général de Force Ouvrière (FO), Jean-Claude Mailly, a indiqué mercredi qu'un des premiers dossiers sur lequel devra se pencher le nouveau gouvernement sera celui des retraites.

«Un des premiers dossiers qu'on va avoir (à traiter) est celui des retraites», a-t-il dit sur France 2 «François Hollande a pris l'engagement pendant la campagne qu'il rétablirait le droit à partir à 60 ans pour ceux qui ont la durée de cotisation» suffisante, a-t-il rappelé.

«C'est maintenant qu'il faut décider»

Mais le départ sera-t-il possible uniquement pour ceux qui ont effectivement cotisé ou bien «les périodes de validation» - c'est-à-dire les périodes pendant lesquelles le salarié n'a pas cotisé mais qui rentrent dans le calcul de ses annuités, comme les congés parentaux ou le chômage - seront-elles aussi prises en compte, s'est-il demandé ?

«La différence est de taille», a estimé Jean-Claude Mailly, soulignant que «l'ambiguité a été un peu levée la semaine dernière mais pas dans le bon sens puisque je l'ai entendu dire (François Hollande) que ce serait du "cotisé" puis qu'on verrait plus tard pour le "validé"», a-t-il dit. «Non, c'est maintenant qu'il faut décider», a estimé le leader de FO.

«Si on ne sort pas de cette logique d'austérité, on va dans le mur»

Interrogé sur le coup de pouce au Smic promis par François Hollande, il a par ailleurs annoncé qu'il demanderait au gouvernement qu'il «réunisse très rapidement les branches, là où il y a des premiers niveaux de salaire inférieurs au Smic». «Le gouvernement peut réunir des commissions mixtes paritaires pour que dès l'augmentation du Smic, il y ait des négociations dans toutes les branches», a-t-il dit.

Il a indiqué que François Hollande n'avait pas encore pris contact avec les organisations syndicales ou patronales. «Ca va venir, le plus rapide sera le mieux», a-t-il dit. Il a de nouveau souligné qu'il fallait «renégocier complètement les traités européens». «Si on ne sort pas de cette logique d'austérité, on va dans le mur», a dit Jean-Claude Mailly.