Présidentielle, le résumé de la journée: Le père de Hollande s'exprime... Hollande et Sarkozy côte à côte...

PRÉSIDENTIELLE oups d'éclats, grosses colères ou attaques ras-les-pâquerettes, le résumé quotidien de l’actualité présidentielle par «20 Minutes»...

Matthieu Goar

— 

Cérémonies du 8-Mai 2012.
Cérémonies du 8-Mai 2012. — no credit

>> Revivez le direct de cette journée par ici

L’image du jour

Imaginé par les deux entourages à l’initiative de Nicolas Sarkozy, le moment a été très  symbolique.  Comme une passation de pouvoir avant l’heure. Pendant que la voiture de Nicolas Sarkozy remonte, pour la dernière fois, les Champs-Elysées, que ses partisans scandent «Nicolas, Nicolas», François Hollande attend patiemment au pied de l’Arc de Triomphe.  Poignée de main sous le regard des ministres, Sarkozy invite Hollande à venir déposer la gerbe de fleurs sur la tombe du soldat inconnu. L'élu et le sortant se figent, côte à côte, les télés fixent l’instant. «C’était une image souhaitée par tous les Français, au-delà de leur sensibilité politique. Il y a des enjeux qui nous réunissent tous», résume François Hollande. Le cérémonial républicain emporte alors les deux hommes: signatures du livre de bord de la flamme, poignées de main aux anciens combattants, aux gradés, aux représentants de l’Etat et petite discussion avec le président du Sénat, Jean-Pierre Bel, sur les enfants... Un moment Hollande, se retrouve devant Sarkozy. Il se recule, laisse passer l’ancien locataire de l’Elysée.

>> Le reportage à lire par ici

La vidéo

La photo du jour

L’élu et le sortant se serrent la main. Les ministres observent ce moment, sans en rater une miette. Certains, tels Philippe Richert, prennent même des photos

La blague du jour

Lors de la cérémonie du 8 mai,  il y eut un moment léger révélé par nos confrères de publicsenat.fr. On y voit Hollande, Sarkozy dicuter de leurs enfants avec Jean-Pierre Bel, président du Sénat. «Nous avons un enfant…», commence Nicolas Sarkozy. «Ensemble ?» blague François Hollande.Le mot d'esprit fait un flop. «Nous avons (choisi) les mêmes prénoms », affirme Nicolas Sarkozy. la fille Bel s’appelle Julia, celle de Sarkozy se prénomme Giulia.

La phrase du jour

 «Je suis heureux pour lui. Mais Sarkozy a fait un cadeau empoisonné à mon fils. J'espère qu'il va redresser la France. Oui, je le crois. Il a beaucoup de diplômes…» De Georges Hollande, le père du président-élu rencontré par Nice matin.

Le changement, c’est maintenant

L’équipe de campagne de Hollande est devenue une équipe de transition vers le pouvoir. Du coup, le site internet de l’ancien candidat a aussi fait peau neuve. «Merci peuple de France ici rassemblé, de m’avoir permis d’être votre président», peut-on y lire.

Le cas Bayrou

Le Parti socialiste envisage désormais de ne pas présenter de candidat face à François Bayrou lors des élections législatives. Contrairement à l’UMP, qui a annoncé lundi l’investiture d’un candidat dans cette deuxième circonscription des Pyrénées-Atlantiques. «Son vote a été important... C'était un choix pas facile, courageux. A titre personnel, je suis favorable à ce que quelque chose soit fait», a déclaré Pierre Moscovici l’ancien directeur de campagne de François Hollande. Une décision pourrait être prise, mercredi, lors d’un Bureau national du PS.

Les Verts prêts à dire oui

Ce n'est pas vraiment une surprise. Après avoir signé un accord électoral et programmatique avec le PS, Europe écologie-Les Verts vient de voter sa participation à un gouvernment socialiste, si François Hollande les appelle. Plus de 80% des quelques 200 membres présents au Conseil fédéral de mardi ont voté oui à cette proposition. Au sujet de l’entrée au gouvernement d’Eva Joly, de Jean-Vincent Placé ou de Cécile Duflot, les écologistes restent discrets. «On est dans une période de discussion et d'échange», a expliqué Duflot lors d’une conférence de presse. «Il n'y a pour le moment aucune certitude qu'un membre d'EELV entre au gouvernement», a ajouté celle qui a récemment  annoncé qu'elle quittait son poste de secrétaire du mouvement EELV «pour ne pas cumuler dans le temps».