Pour Copé, des primaires à l'UMP pour 2017 sont «une évidence»

© 2012 AFP

— 

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, estime qu'il faut, après le second tour de l'élection présidentielle, "ouvrir une nouvelle page dans l'histoire de l'UMP", dans un entretien vendredi au quotidien gratuit Metro.
Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, estime qu'il faut, après le second tour de l'élection présidentielle, "ouvrir une nouvelle page dans l'histoire de l'UMP", dans un entretien vendredi au quotidien gratuit Metro. — Jean-Pierre Muller afp.com

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, estime que l'organisation de primaires au sein de l'UMP pour désigner son candidat à l'élection présidentielle de 2017 était «une évidence», marquant ainsi une certaine évolution sur le sujet.

«Des primaires à l'UMP? C'est écrit, tout le monde l'a intégré. C'est une évidence. Il n'y a pas de débat sur ce sujet. A chaque fois que ce ne sera pas l'un des nôtres qui sera à l'Elysée», ou que le président ne pourra pas se représenter, «il y aura des primaires», a-t-il confié devant quelques journalistes.

A l'automne dernier, le numéro un de l'UMP s'était montré, avec le président Nicolas Sarkozy, l'un des plus vifs pourfendeurs de la primaire organisée par le PS pour désigner son candidat à la présidentielle. A l'inverse, d'autres responsables de la majorité, comme le Premier ministre François Fillon, avaient salué un «processus moderne». «Je n'ai jamais rien eu contre le principe des primaires. Je trouvais juste pas malin de parler de ce sujet pendant les primaires du PS», s'est défendu Jean-François Copé.