Des représentants juifs mettent en garde contre une alliance avec le FN

avec AFP

— 

Plusieurs responsables d'organisations juives s'opposent à toute stratégie d'alliance avec le Front National lors des élections législatives, en juin, certains appelant même à voter pour François Hollande au second tour de la présidentielle.
Plusieurs responsables d'organisations juives s'opposent à toute stratégie d'alliance avec le Front National lors des élections législatives, en juin, certains appelant même à voter pour François Hollande au second tour de la présidentielle. — Jacques Demarthon afp.com

Plusieurs responsables d'organisations juives s'opposent à toute stratégie d'alliance avec le Front National lors des élections législatives, en juin, certains appelant même à voter pour François Hollande au second tour de la présidentielle. Ainsi, Une Autre Voix Juive (UAVJ), collectif créé à la suite d'un manifeste d'intellectuels et artistes juifs en faveur d'une paix juste et durable au Proche Orient publié en 2003, appelle à voter pour le candidat du PS le 6 mai.

«Une Autre Voix Juive, fidèle à ses valeurs républicaines, universalistes, à son engagement pour les droits de l'homme et des peuples, appelle à battre Nicolas Sarkozy et Marine le Pen en votant François Hollande», indique le collectif dans un récent communiqué.

«Le Front National reste une menace importante pour la République»

L'UAVJ critiquait également le président du Crif, Richard Prasquier, pour des déclarations au journal israélien Haaretz, lui reprochant de ne pas s'émouvoir du score élevé du FN, malgré sa «xénophobie», son «racisme anti-Rom», sa «stigmatisation de l'islam et de nos concitoyens musulmans ou d'origine immigrée», son «exaltation des racines chrétiennes de l'Europe». En réponse, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France, précise dans un communiqué: «en ce qui concerne le Front National, j'ai écrit qu'il n'est pas susceptible d'entrer dans une quelconque combinaison gouvernementale, quel que soit le résultat du vote». «J'avais publiquement exprimé le fait que l'histoire de ce parti et ses positions allaient à l'encontre des valeurs de tolérance et de respect dans lesquels se sont épanouis les Juifs en France», poursuit Richard Prasquier.

De son côté, Jonathan Hayoun, président de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) interrogé ce  vendredi par l'AFP, déclare que «le Front National reste une menace importante pour la République française et contient toujours en son sein une composante antisémite vivace».

«Rappelons, dit-il, qu'il y a à peine cinq mois, Marine Le Pen a accepté de danser la valse à un bal organisé par des négationnistes, pangermanistes et néo-nazis à Vienne». «Le sursaut pour faire barrage au Front National aux législatives doit être massif et à la hauteur de l'état de choc que le résultat du premier tour a amené chez tous les défenseurs des valeurs républicaines», souligne Jonathan Hayoun.