Sarkozy applaudi par tout le gouvernement pour sa prestation lors du débat

© 2012 AFP

— 

Les membres du gouvernement ont applaudi Nicolas Sarkozy, jeudi à la fin du Conseil des ministres, pour "la qualité de sa prestation" mercredi soir lors du débat qui l'a opposé à François Hollande, ont indiqué plusieurs d'entre eux à la presse.
Les membres du gouvernement ont applaudi Nicolas Sarkozy, jeudi à la fin du Conseil des ministres, pour "la qualité de sa prestation" mercredi soir lors du débat qui l'a opposé à François Hollande, ont indiqué plusieurs d'entre eux à la presse. — - afp.com

Les membres du gouvernement ont applaudi Nicolas Sarkozy, jeudi à la fin du Conseil des ministres, pour «la qualité de sa prestation» mercredi soir lors du débat qui l'a opposé à François Hollande, ont indiqué plusieurs d'entre eux à la presse. L'avant-dernier Conseil des ministres du quinquennat du président Sarkozy s'est déroulé jeudi, et non mercredi comme d'habitude, le candidat à la présidentielle préparant le débat avec son adversaire socialiste.

«Ce matin, il était très confiant, détendu», a affirmé David Douillet, ministre des Sports. «Il est comme un athlète concentré dans ce qu'il fait», a assuré l'ex-champion olympique et du monde de judo. Pendant le débat, Nicolas Sarkozy «a voulu se montrer en toute sincérité» et «dans le concret», a-t-il affirmé, alors que «je n'ai pas réussi à comprendre comment le candidat socialiste allait faire pour financer tout ce qu'il prévoit».

«La campagne continue»

Selon le ministre de Sports, le Conseil a été «classique». «A la fin, le Premier ministre a eu des mots de soutien, chaleureux» et «tout le monde a applaudi» Nicolas Sarkozy «par rapport à la qualité de son intervention d'hier soir, sa sincérité, sa transparence vis-à-vis des Français».

Selon Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur, c'était «l'avant-dernier Conseil des ministres, qu'il y ait un changement de président ou un changement de gouvernement». Nicolas Sarkozy «n'a pas parlé de sa prestation» de mercredi soir, «il nous a demandé de continuer à faire campagne, jusqu'à la fin de la semaine», a ajouté Pierre Lellouche.

«Le président de la République est aux manettes, il continue à diriger la France jusqu'au dernier moment et nous étions dans notre fonction de gouvernement. Maintenant on va reprendre notre fonction de militants pour la victoire de Nicolas Sarkozy. La campagne continue», a affirmé de son côté Patrick Ollier, ministre des relations avec le Parlement. Selon lui, «les indécis, les abstentionnistes sont en train de se décider et nous avons confiance en leur décision pour Nicolas Sarkozy».