Hollande répète que l'accord avec EELV ne l'engage pas

POLITIQUE Il ne fermera qu'une centrale...

M.P.

— 

Montage photo des posters de campagne de Nicolas Sarkozy et François Hollande.
Montage photo des posters de campagne de Nicolas Sarkozy et François Hollande. — FRANCK FIFE / AFP

On pouvait s’y attendre, ça a chauffé entre Nicolas Sarkozy et François Hollande sur le nucléaire. Et Nicolas Sarkozy a notamment poussé François Hollande à une clarification qui ne fera pas plaisir à ses alliés écologistes. Le président-candidat est revenu sur le fermeture de la centrale de Fessenheim, et de ses employés sacrifiés sur «l’autel d’un accord politique misérable» avec les Verts. «Par malheur c'est tombé sur Fesssenheim. Pourquoi sacrifier le nucléaire? Pour un accord politique misérable», a insisté Nicolas Sarkozy. «Nous n'avons pas de pétrole, nous n'avons pas de gaz, nous avons le nucléaire», plaide Nicolas Sarkozy.

>> Revivez le live du débat ici

Hollande veut mettre les choses au clair et insiste: «une seule centrale fermera: Fessenheim. C'est la plus vieille de France, elle se trouve sur une zone sismique». Et d’ajouter: «tous les emplois seront préservés», avec le démantèlement des centrales. Sarkozy le titille et assure qu’il en fermera d’autres, si l’on en croit l’accord signé entre le PS et EELV. «J'ai dit que dans mon projet, je ne retiendrai qu'une seule centrale». Et d’ajouter: «l’accord ne m’engage pas». Une petite phrase qui a dû faire plaisir à Martine Aubry, Cécile Duflot et Eva Joly même si ce n’est pas la première fois qu’il le dit.

Mais Nicolas Sarkozy a tenté de coincé son adversaire: «je ne comprends pas, le nucléaire c'est dangereux ou pas? Si c'est dangereux, il faut fermer, si ce n’est pas dangereux, alors pourquoi fermer», lance-t-il. Hollande répond que certains sont pro-nucléaire, d’autre anti, et que lui préfère adopter une position médiane, en prônant une baisse de la part du nucléaire de 75% à 50% d’ici 2025. «Mieux vaut une position intelligente qu'une position dogmatique», dit-il. «La 5e puissance du monde ne va pas fonctionner seulement avec le photovoltaïque et l'éolienne», dit-il. Le nucléaire, «il faut au contraire le développer».