François Fillon: «Les jeux ne sont pas faits»

© 2012 AFP

— 

Le Premier ministre François Fillon a estimé mercredi, à quatre jours du deuxième tour de la présidentielle, que "les jeux ne sont pas faits", en exhortant quelque 800 militants venus le voir à Nantes à convaincre leurs proches de voter Nicolas Sarkozy
Le Premier ministre François Fillon a estimé mercredi, à quatre jours du deuxième tour de la présidentielle, que "les jeux ne sont pas faits", en exhortant quelque 800 militants venus le voir à Nantes à convaincre leurs proches de voter Nicolas Sarkozy — Philippe Huguen afp.com

Le Premier ministre François Fillon a estimé ce mercredi, à quatre jours du deuxième tour de la présidentielle, que «les jeux ne sont pas faits», en exhortant quelque 800 militants venus le voir à Nantes à convaincre leurs proches de voter Nicolas Sarkozy.

«Je suis venu vous dire que le scénario final de cette élection n'est pas écrit!», a-t-il ajouté. Soulignant que la France avait besoin d'un «Chef de l'Etat», François Fillon a ironisé sur le fait que «présider la France, ça n'est pas présider un banquet de la IIIème République».

«J'ai un sérieux doute sur la solidité du candidat socialiste»

«François Hollande fait souvent référence à un grand homme politique de la 3ème et 4ème République, Henri Queuille», a-t-il ajouté. «Célèbre pour avoir dit: "il n'est pas de problème qu'une absence de solution ne finisse par résoudre". Voilà l'homme qui inspire François Hollande», a ajouté François Fillon.

A ce portrait, François Fillon a opposé Nicolas Sarkozy dont «personne ne doute qu'il a la carrure d'un vrai chef d'Etat dans un temps de crise comme celui que nous traversons». «Je ne fais pas de procès d'intention, mais j'ai un sérieux doute sur la solidité du candidat socialiste», a-t-il ajouté.

Du débat entre les deux candidats mercredi soir, François Fillon a déclaré attendre que François Hollande renonce «à l'"antisarkozysme" stupide qui est le fond de commerce de l'opposition depuis 5 ans», «un peu moins de guimauve socialiste et un peu plus de franchise et de responsabilité».