Vous avez interviewé Vincent Feltesse, responsable de l’équipe numérique de François Hollande

VOS QUESTIONS L'homme politique était l'invité du chat 20 Minutes/Yahoo!...

C.G. et A.B.

— 

 Vincent Feltesse, responsable de l'équipe numérique de François Hollande
 Vincent Feltesse, responsable de l'équipe numérique de François Hollande — G. LABARTHE / 20 MINUTES
christophe61 : Je préside un SIVOS (syndicat a vocation d’orientation scolaire). Quelle est la position de François Hollande sur la réforme territoriale engagée par Nicolas Sarkozy (réduction des Syndicats intercommunales et des CDC au sein des territoires, l’agrandissement des CUA, mais aussi la réduction des personnels territoriaux ou le double emploi?)?
La réforme territoriale sera abrogée au profit d’un nouvel acte de la décentralisation et d’un mode d’élection plus juste et équilibré. Dans ce domaine comme d’en d’autres, François Hollande aura des discussions avec tous les acteurs concernés. Nous sortirons du caporalisme présidentiel de ces dernières années. Le non remplacement systématique d’un fonctionnaire sur deux n’a pas de sens. Cependant, l’objectif de retour à l’équilibre budgétaire est un engagement fort de François Hollande.
 
Eric (par email) : Vincent (Je me permets de vous appeler par votre prénom puisque vous m’envoyez des emails régulièrement). François Hollande a démontré hier soir sa stature de président face à un adversaire égal finalement à lui-même. Concernant 2 points (laïcité et style de gouvernance), pourquoi François Hollande  n’a-t-il  pas précisé qu’il voulait, d’une part inscrire les principes de laïcité dans la constitution et, d’autre part, qu’il diminuerait son salaire et ceux des ministres de 30%? Bon courage et vivement dimanche qui sera je l’espère un jour que ma fille de 14 ans se souviendra toute sa vie comme je me souviens du 10 mai 1981 alors que j’avais 20 ans (j’arrête le lyrisme)
Eric, je vous appelle aussi par votre prénom. Même si le débat a duré près de trois heures. Tout n’a pu être dit. Vous pouvez retrouvez l’intégralité des déclarations et interviews de François Hollande sur le site de campagne www.françoishollande.fr. J’espère que nous pourrons faire ensemble la fête dimanche prochain. Pour cela, il faut se mobiliser, convaincre autour de soi, appeler au changement jusqu’au dernier moment. Je compte sur vous.
 
Bach : Quel est votre projet concernant les nombreux français, beaucoup de chômeurs et leurs enfants, qui n’ont pas accès au web?
Nicolas Sarkozy a engendré plus d’un million de chômeurs supplémentaires, supprimé des dizaines de milliers de postes dans l’enseignement et accentué les inégalités entre les plus pauvres et les plus riches. La fracture numérique s’est donc malheureusement développée. Dans le projet porté par François Hollande, il existe plusieurs mesures pour lutter contre cette nouvelle inégalité par le web. Tous les foyers français auront accès au Très Haut Débit d’ici 2020. Un grand plan d’éducation numérique sera lancé dans tous les établissements scolaires. François Hollande à déjà fait en Corrèze avec la distribution d’iPad aux collégiens. Plus généralement, aujourd’hui, le numérique constitue un nouvel enjeu pour les services publics du 21e siècle. Nicolas Sarkozy a systématiquement cassé les services publics notamment dans les zones rurales et périurbaines. Ce sera l’un des enjeux de la nouvelle mandature.
 
Antishalsh : Comment jugez-vous la campagne web de Nicolas Sarkozy pour cette présidentielle de 2012? 
La campagne numérique de Nicolas Sarkozy en 2007 avait été assez intense avec notamment quelques innovations autour de la vidéo. En comparaison la campagne de 2012 parait un peu terne. L’UMP met toujours en avant le nombre d’amis sur Facebook. Mais ce chiffre est une illusion. Ce n’est pas parce que vous avez 600.000 contacts qu’ils sont tous convaincus ou actifs, le vrai indicateur, c’est ce que l’on appelle le taux de “Like” ou “J’aime”. C’est là que l’on se rencontre que ses contacts sont extrêmement silencieux. A titre de comparaison, Jean-Luc Mélenchon, était finalement plus actif sur Facebook. Il est un peu étrange, en 2012, de voir un candidat à la présidentielle si peu présent sur la campagne en ligne.
 
Antishalsh : Vous vous dites “plus politique que geek". Si François Hollande l’emporte ce dimanche, devons-nous nous attendre à vous voir à un poste plus «politique» que responsable numérique de la campagne du socialiste?
Je suis d’abord un politique. Je suis maire de Blanquefort, commune de Gironde, de 16.000 habitants, et surtout président de la communauté urbaine de Bordeaux (CUB). Elle comprend 750.000 habitants, regroupe 27 communes, et a un budget de plus d’un milliard d’euros. Donc, de toute façon, mon avenir sera politique. 
 
Heretulip : La campagne se termine. Quel est votre bilan et quelles ont été vos principales actions sur le web?
Je vais approfondir ma réponse précédente: production de vidéos qui ont été vues plus de 4 millions de fois, près de 300.000 followers sur Twitter pour François Hollande, ce qui l’instaure en tête des personnalités politiques, gestion d’une base mail de plus d’un million de contacts avec des messages de plus en plus personnalisés, organisation d’une vingtaine de «ripostes parties», veille média en temps réel - 24h/24h - pour toute l’équipe de campagne, création de Radio Hollande, première radio numérique pour une campagne présidentielle, formation de plus de 80.000 volontaires. Près de 5 millions de foyers ont donc été visités. L’abstention a reculé de deux points dans les quartiers ciblés. C’est le numérique et notamment la plateforme de mobilisation toushollande.fr qui nous a permis ce quadrillage systématique. 
 
Claudec : Je vais voter Nicolas Sarkozy car je pense que s’il est élu, il sera débarrassé du souci de sa réélection et pourra prendre certaines mesures aussi déplaisantes que nécessaires. Qu’en pensez-vous? 
Si Sarkozy est réélu, nous aurions réellement un candidat hors de tout contrôle démocratique. Il vient de faire une campagne à mettre en accusation les médias, les syndicats, les associations, bref, tous les corps intermédiaires. On a beaucoup parlé durant ces 5 dernières années d’omni-présidence avec le bilan et les attitudes que l’on sait: 1 million de chômeurs en plus, 612 milliards de dette supplémentaire, moins de pouvoir d’achat pour les plus pauvres, et moins d’impôts pour les plus riches, sans parler d’une attitude personnelle parfois critiquable. Le quinquennat de Nicolas Sarkozy a commencé au Fouquet’s et s’est achevé au Crillon. Un nouveau quinquennat serait celui de tous les excès avec des conséquences sans limite pour la France.
 
Wigginou : Qu'avez-vous pensé du débat hier?
J’ai d’abord été marqué par la longueur du débat. Près de 3 heures, c’est un record dans l’histoire de la 5ème République. Les attitudes, les bilans, les projets, ont pu ainsi être totalement mis à plat. François Hollande a pu pleinement révéler sa personnalité. Il a décliné son projet comme il le fait depuis de longs mois. Transparence et cohérence sont des valeurs très importantes pour lui. Nicolas Sarkozy a plus été dans la polémique et surtout, par ses références constantes à François Mitterrand, il a évoqué des choses complètement déconnectées de la réalité de notre quotidien. François Hollande, par sa solidité et son calme, a aussi rendu le débat plus posé, loin d’une certaine confusion. Par ailleurs, c’était le premier débat présidentiel où grâce aux réseaux sociaux, il a été possible de vérifier en temps-réel les dires des candidats. L’exercice du véritomètre a, là-aussi, été cruel pour Nicolas Sarkozy
 
Marc42 : Qu'est-ce qu’une campagne numérique concrètement?
La particularité de notre campagne numérique à été à la fois son intensité mais aussi l’utilisation du web comme un outil de mobilisation hors pair. Avec un budget numérique de plus de deux millions d’euros et une cinquantaine de membres dans l’équipe, nous avons réalisé la plus importante campagne en ligne en Europe. Nous avons produit du contenu, quelques chiffres: plus de 2,5 millions de visiteurs uniques au mois d’avril ce qui nous classe entre la 15e et la 20e place des médias en ligne (au dessus de la Croix ou des Inrocks). Nous avons, au moment des débats, organisé des «ripostes parties» pour être les plus présents sur tous les réseaux sociaux. Nous avons surtout utilisé notre base mail issue des personnes ayant laissé leurs coordonnées lors des primaires pour mener une extraordinaire campagne de porte-à-porte. Près de 5 millions de foyers ont été touché avec un réel impact sur l’abstention puisque nous allions d’abord dans les quartiers populaires. Enfin nous avons aussi innover en faisant des appels aux dons. Par le numérique, la transparence est totale. Nous avons ainsi récolté près de 800.000 euros.

------------------------------------

Présentation du chat:

Jusqu'au 6 mai 2012, date du second tour de la prochaine présidentielle, la rédaction de «20 Minutes» en partenariat avec Yahoo! reçoit plusieurs personnalités politiques pour un chat avec les internautes et une interview vidéo.

Diplômé d'HEC et de l'IEP de Paris, Vincent Feltesse fait son entrée en politique en 1994 en étant nommé conseiller technique en charge des affaires sociales au cabinet du Président du Conseil Général de Gironde, Philippe Madrelle.  En 1997, il devient chargé de mission auprès de Daniel Vaillant, ministre des Relations avec le Parlement, puis directeur de cabinet d’Alain Rousset, Président du Conseil régional d'Aquitaine, l’année suivante. En 2001, il remporte à la surprise générale les élections municipales à Blanquefort, une commune française située près de Bordeaux. Son ascension se poursuit en 2007 avec sa nomination comme président de la communauté urbaine de Bordeaux (CUB), après le départ d'Alain Rousset.
 
Dans le cadre de l’élection présidentielle, ce spécialiste des technologies de l’information et de la communication conduit depuis juin 2011 la campagne numérique de François Hollande sur Internet. Si ce dernier est élu, il aura à coup sûr un grand rôle à jouer au sein d'un éventuel futur gouvernement de gauche, à seulement 44 ans…