Nucléaire: Pour Hollande, la fermeture de Fessenheim est «la seule à l'ordre du jour du quinquennat»

© 2012 AFP

— 

De l'arrêt de la centrale nucléaire alsacienne de Fessenheim à l'abandon de l'extension de l'aéroport de Mayotte, en passant par l'EPR de Flamanville ou les ours pyrénéens, France Nature Environnement a présenté lundi sa "carte de France des combats à gagner" pour l'environnement.
De l'arrêt de la centrale nucléaire alsacienne de Fessenheim à l'abandon de l'extension de l'aéroport de Mayotte, en passant par l'EPR de Flamanville ou les ours pyrénéens, France Nature Environnement a présenté lundi sa "carte de France des combats à gagner" pour l'environnement. — Frederick Florin afp.com

Le candidat PS à l'élection présidentielle, François Hollande, a affirmé que la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim était «la seule à l'ordre du jour du quinquennat», lors d'un entretien accordé lundi à l'association des journaux de l'Est de la France.

«J'ai confiance dans l'industrie nucléaire», a rappelé François Hollande. «Nous achèveront le réacteur EPR de 3e génération de Flamanville», a-t-il insisté. «L'arrêt de Fessenheim ne sera sans doute achevé qu'en 2017. La centrale aura alors quarante ans, ce qui correspond à la durée de vie d'une telle installation», a précisé François Hollande.

Selon lui, «tout le personnel sera reclassé et Fessenheim deviendra un site pilote pour la démantèlement des centrales en fin de vie». «C'est un enjeu industriel majeur», a estimé le candidat PS à la présidentielle qui dit vouloir «arriver à 50% d'énergie nucléaire dans la production d'électricité à l'horizon 2025» en précisant qu'«actuellement, nous sommes à 75%».