Fillon: «Aucune trace d'un mandat» visant Saleh, ex-dignitaire de Kadhafi

© 2012 AFP

— 

François Fillon a affirmé qu'il n'y avait "aucune trace d'un mandat international" visant Bachir Saleh et que l'ex-dignitaire libyen était protégé par l'immunité diplomatique" grâce à un "passeport diplomatique du Niger".
François Fillon a affirmé qu'il n'y avait "aucune trace d'un mandat international" visant Bachir Saleh et que l'ex-dignitaire libyen était protégé par l'immunité diplomatique" grâce à un "passeport diplomatique du Niger". — Thomas Samson afp.com

François Fillon a indiqué ce lundi sur RTL qu'il n'y avait «aucune trace d'un mandat international» visant l'ex-dignitaire libyen proche du colonel Kadhafi Bachir Saleh, qui vit en France et est recherché par Interpol pour fraude. Ex-dignitaire libyen proche du colonel Kadhafi, Bachir Saleh, qui a démenti avoir été destinataire d'une note citée par Mediapart à propos d'un soutien libyen à la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, est visé par une «notice rouge» d'Interpol en vue de son extradition vers la Libye pour «fraude», mais sous le nom de Bashir Al-Shrkawi.

Les photos de Bashir Al-Shrkawi publiées sur le site Internet d'Interpol ont été authentifiées par l'AFP à Tripoli comme étant celles de Bachir Saleh. «Nous n'avons aucune trace d'un mandat international», a assuré le Premier ministre sur RTL. «J'imagine que le gouvernement français serait au courant», a-t-il relevé. François Fillon a en outre expliqué que Bachir Saleh disposait d'un «passeport diplomatique du Niger» et qu'«à ce titre, il est protégé par l'immunité diplomatique». D'après François Fillon, Bachir Saleh «fait actuellement des allers et retours entre la France et le Niger».

Fillon «certain» que le document de Mediapart est «faux»

«Si naturellement il y avait un mandat international contre lui, la France le remettrait à la disposition de la justice après un échange avec le Niger qui est nécessaire compte tenu de son état de diplomate», a précisé François Fillon. Le chef du gouvernement s'en est par ailleurs pris une nouvelle fois au site d'information Mediapart et à son directeur, Edwy Plenel, qui ont publié ces derniers jours un document présenté comme une preuve d'un financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Le président-candidat a en retour annoncé une plainte contre Mediapart.

François Fillon s'est dit «certain» que le document de Mediapart était «faux» et a accusé Edwy Plenel d'être un «récidiviste» de ce type de pratiques. «Il avait fait la même chose avec le Parti socialiste, il avait publié (à l'époque dans Le Monde) un document qui disait que le PS était financé par Noriega», l'ancien dictateur de Panama, a rappelé François Fillon, ajoutant que «Le Monde avait dû s'excuser» car le document était faux. «Si M. Plenel a des documents, qu'il les remette à la justice!», a enchaîné François Fillon, dénonçant une «manipulation».