Revivez la journée du 30 avril en direct: Incidents lors de la visite de Sarkozy dans le Vaucluse... «Après la gauche caviar la gauche débauche», selon Christine Boutin...

C.C.

— 

Nicolas Sarkozy et François Hollande dans l'émission «Des paroles et des actes», sur France 2, le 26 avril 2012.
Nicolas Sarkozy et François Hollande dans l'émission «Des paroles et des actes», sur France 2, le 26 avril 2012. — PHOTOMONTAGE/REUTERS/20MINUTES

19h10:Valérie Trierweiler, la compagne de Hollande s'exprime sur Radio Hollande
"Nous ne partlons pas de l'après. Il est compliqué d'anticiper. J'ai toujours pris les choses étape par étape. Ce n'est pas la meilleure façon de se préparer mais c'est la meilleure façon de se préserver", déclare la journaliste interviewé au micro de Pierre Lescure.
18h38: Rien n’est perdu, assure Alain Juppé. Il prédit un score «très serré» à l’issue du second tour et pense que le débat tournera à l’avantage de Nicolas Sarkozy. «Chaque fois que l'on a vraiment côte à côte les deux candidats, cela tourne à l'avantage de M. Sarkozy», a-t-il fait valoir, ajoutant: «Je crois beaucoup à ce débat». «On est toujours avec François Hollande dans un flou artistique, il suffit de regarder la réponse qu'il a faite à François Bayrou (MoDem), qui est en deux pages, extrêmement imprécise, alors que Nicolas Sarkozy a répondu en sept pages et de façon très claire, point par point», a-t-il ajouté. «Je crois que le débusquer, l'obliger à préciser ses positions, c'est là-dessus que va se jouer l'élection», a-t-il ajouté, estimant encore que le débat sera «crucial».
18h20: Le sondage rolling-Ifop pour Paris-match est tombé. L'écart entre Hollande et sarkozy se resserre... mais reste conséquent à 54% (-1) contre 46% (+1).
18h14: A priori il y a comme un problème de son chez Nicolas Sarkozy qui a une voix très très bizarre. On a presque l'impression qu'un imitateur a pris sa place.

18h00: D’après un sondage LH2 pour le Nouvel Observateur, 38% des Français trouvent la campagne de Nicolas Sarkozy «trop à droite». La même proportion la juge «juste comme il faut».
17h48: Carl Lang appelle à «barrer la route» à François Hollande le 6 mai.
L'ex-frontiste a choisi son camp, il ne veut pas «être complice de la victoire de la gauche».
17h30: Ah l'organisation d'un débat. Pas si simple puisque les deux candidats ont des exigences. Pas de plan de profil du côté de Sarkozy, attention au reflets dans les lunettes pour Hollande. Tout est expliqué dans cet article du Monde.
17h05: Une journaliste des Inrocks parle également d'ambiance électrique

17h00: Une journaliste de l'AFP parle au contraire d'un accueil très bon pour Nicolas Sarkozy. Mais Arnaud Leparmentier, du Monde, maintient et publie une photo montrant une forte présence des forces de l'ordre.

16h50: Si Sarkozy passe désormais son temps en meeting à critiquer les sondeurs, les sondages, les instituts et les journalistes qui le relaient, il n'en a pas toujours été ainsi, rappelle Médiapart puisque le président, entre 2007 et 2009 (avant qu'il ne se fasse rappeler à l'ordre) a dépensé pour plus de 6 millions d'euros pour ces études. A lire ici (attention, article payant)

16h37: La visite de Sarkozy à Chateaurenard dans le Vaucluse ne se passe pas si bien, à en croire le journaliste du Monde
16h30: En visite à La Réunion pour faire campagne pour Sarkozy, Xavier Bertrand a croisé une femme entièrement voilée. L'occasion pour le ministre de rappeler: «Je ne trouve pas ça normal. Et j’aurais l’occasion de dire tout à l’heure avec force au représentant de l’État ce que je pense de ce que j’ai vu ici. La loi de la République, c’est la même partout et pour tous. La gauche ne l’a pas votée, c’est nous», a-t-il dit à un journaliste du Journal de l'île de la Réunion.
16h15: Si vous voulez revoir les dernières confrontations entre Sarkozy et Hollande, France TV a fait un montage des meilleurs moments. C'est par ici

15h50: Et voilà, avec ce tweet d'un journaliste du Figaro chargé de la droite, on comprend pourquoi il est temps que cette campagne s'arrête vite.

15h18: Sans surprise, Charlie Hebdo a pris parti pour le scrutin
14h58: Brice Hortefeux se paie les socialistes dans Le Monde
Confidence de l'ex-ministre de l'Identité nationale dans Le Monde, à propos du dîner où DSK a fait son apparition: «On fait d'une pierre trois coups: DSK se pavane dans Paris. Lâchement, ses amis, par peur de perdre leur place, ne lui serrent plus la main. Ils s'assoient sur un principe républicain qui est la présomption d'innocence.»
14h55: Valérie Pécresse pense que le débat entre Nicolas Sarkozy et François Hollande peut changer l’issue de la présidentielle. Sur Radio Classique/Public Sénat, la ministre de l’Education a jugé que «tous les points positifs» du gouvernement étaient «absents» de la campagne. Et interrogée pour savoir si ce débat pouvait retourner la situation en faveur du président, elle a répondu: «oui».
14h40: Apparemment, les critiques répétées de Nicolas Sarkozy contre la presse ont infusé dans l'esprit des militants UMP à Avignon, où Sarkozy tient un meeting:
14h30: Pierre Moscovici a estimé qu’il «sentait» que l’UMP se préparait à «l’après-Sarkozy». Il se fonde sur les divergences apparues entre Nicolas Sarkozy, qui ne cesse de «taper» sur les syndicats et François Fillon, qui a demandé d’arrêter les critiques sur les syndicats. «Si ça, ce n'était pas l'affirmation d'une divergence avec le président de la République, qu'est-ce qu'est l'affirmation d'une divergence avec le président de la République!», a commenté le directeur de campagne de Hollande sur RMC.
14h00: Et donc Christine Boutin, président du Parti chrétien démocrate, n'a pas du tout apprécié le dîner de Julien Dray auquel DSK a participé.
12h59: RTL a fait parler le patron du restaurant "J'ose" qui s'offre quand même une belle publicité avec cette affaire. On y apprend que personne "n'est parti en courant"

"Tout le monde est resté tranquille en train de boire un verre comme n'importe quel client. Personne ne s'est barré en courant, pas du tout au contraire. C'était une soirée conviviale, sympa. Après qui a parlé avec qui, franchement, nous on n'avait pas le temps de voir ça, on n'était pas là pour ça. Après tout, comme de je dis encore on est apolitique, on est un resto, on est là pour faire de la restauration", a-t-il déclaré.
12h28: Avant le rassemblement de demain au Trocadéro, l'équipe de Nicolas Sarkozy met en ligne une vidéo où des "vrais" travailleurs s'expriment
12h01: La vidéo promo du bar "J'ose" où a eu lieu l'anniversaire de Dray en présence de DSK. Avec ses trois "destinations", "le paradis", "le purgatoire" et la boîte "L'enfer".
11h38: Les débats vont s'enchaîner cette semaine
Avant le choc des deux candidats, mercredi, l'émission Mots croisés organise trois débats ce soir.
11h25: Avant son départ pour Los Angeles, Mickaël Vendetta se démène pour son Nicolas Sarkozy

11h01: L'association Droit au logement mène actuellement une action devant le QG de Sarkozy
Au micro de BFMTV, Jean-Baptiste Eyraud, le président du DAL a zexpliqué le sens de cette opération coup de poing : "Nous ne voulons plus de sans-abris, nous ne voulons plus de gens qui vivent dans des taudis.Nous souhaitons également la baisse des loyers. Nous voulons qu’il y ait moins de profit pour ceux qui ont du patrimoine."









10h41: NKM évoque le débat télévisé de mercredi soir
"C'est un moment de vérité, qui va être un révélateur. Normalement, tout au long de l'élection, il y a des débats et des confrontations. François Hollande les a systématiquement esquivés. C'est un candidat ondoyant, fuyant, qui ne répond pas aux questions. Ayant peu de convictions, il n'a pas de vision, c'est un bateau sans quille, un radeau aux vents de l'assistanat et de la permissivité.Nicolas Sarkozy lui, répond à toutes les questions sur son bilan, son projet, sa personnalité. C'est un homme qui a des valeurs : autorité, travail et responsabilité", explique la porte-parole de Nicolas Sarkozy dans une interview au monde.fr
10h19: François Hollande a estimé ce lundi que le thème de la frontière, très présent lors du discours de Nicolas Sarkozy dimanche à Toulouse, n'était «pas le sujet principal» de l'élection sur Europe 1.
9h55: Sarkozy évoque le "manque de réflexion" des socialistes à propos de DSK
Interrogé par iTélé sur la soirée d'anniversaire de Julien Dray, le président continue à attaquer les socialistes. "On festoie, rue Saint-Denis, dans un restaurant qui s'appelle "Osez" (en fait, le bar a pour nom J'Ose). parfois on  se demande s'il y de la réflexion. Ca en dit long, ça en dit très long..."
9h47: Ségolène Royal s'explique sur la soirée de samedi
L'ancienne candidate a raconté sur BFMTV comment elle s'est éclipsée de la soirée d'anniversaire de Julien Dray (à qui elle en veut un peu quand même) quand elle a appris la présence de DSK venu avec Anne Sinclair.








9h42: François Fillon bat la campagne pour Nicolas Sarkozy

François Fillon, Premier ministre, lundi sur RTL... par rtl-fr
9h37: Sarkozy en remet une couche sur DSK
Lundi matin, Nicolas Sarkozy a évoqué sur France 2 la présence de Pierre Moscovici, directeur de campagne de François Hollande, et Manuel Valls, son directeur de communication, à l'anniversaire de Julien Dray où DSK étaient présents. "Imaginez une seconde que ce soit mon directeur de campagne et ma porte-parole ! Ce qui m'étonne, c'est l'absence totale de sens commun de ceux qui font ça. M. Strauss-Kahn se permet une interview dans la presse pour dire que tout ce qui lui arrive, c'est de ma faute. Et pourquoi pas ! Et allons-y ! Mme Diallo est une de mes proches, Dodo la Saumure est un de mes intimes... Ils ne se rendent pas compte. Et aller dîner avec lui ils ne se rendent pas compte non plus. Cela promet", a expliqué Sarkozy.
9h29: Pas de négociations avec Bayrou, selon Hollande
François Hollande a déclaré ce lundi sur Europe 1 qu'il ne voulait pas «peser» sur une décision éventuelle de François Bayrou concernant sa candidature, répétant qu'il n'était pas question pour lui de «négociations» entre les deux tours.
Hollande : "le débat est important, pas décisif" 
8h48: Fillon demande d'éviter toute remarque désagréable sur les syndicats
Le Premier ministre a affirmé ce lundi sur RTL qu'il fallait «éviter toutes les remarques désagréables à propos des syndicats», ajoutant ne pas aimer «qu'on critique les syndicats en tant que tels» car ils «sont nécessaires au fonctionnement de l'économie et du système social français». Comme on lui faisait remarquer que cela pouvait apparaître comme une critique de «certains passages de certains discours de Nicolas Sarkozy», il a ajouté: «C'est mon opinion et je l'ai toujours défendue. Personne ne sera surpris que je la défende à nouveau».
8h32: Pour Chérèque, le discours de Sarkozy sur le travail est «insupportable»
À la veille du rassemblement prévu par Nicolas Sarkozy le 1er mai, François Chérèque a estimé ce lundi que le discours du président de la République sur le travail était devenu «insupportable» et que la confiance entre l'Elysée et les syndicats serait difficile à restaurer s'il était réélu. Nicolas Sarkozy organise mardi un grand rassemblement place du Trocadéro à Paris. Après avoir parlé dans un premier temps de fête du «vrai travail» - une expression qui lui a valu la foudre des syndicats de salariés et de la gauche -, il a par la suite opté pour l'expression «vraie fête du travail».
8h29: Claude Guéant met en garde contre le droit de vote des étrangers
Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant estime que la proposition de François Hollande d'accorder le droit de vote aux étrangers hors UE aux municipales fait surgir «la perspective de conseils municipaux à majorité étrangère dans un certain nombre de collectivités». «Sur le droit de vote des étrangers, nous sommes contre, François Hollande est pour», déclare-t-il dans un entretien à paraître ce lundi dans le quotidien Le Progrès. Nicolas Sarkozy, suivi de plusieurs responsables de la majorité, ont vivement critiqué ces derniers jours cette promesse du candidat PS, dans un contexte de reconquête des voix du FN.
8h22: L'écart se resserre entre Nicolas Sarkozy et François Hollande
Le candidat socialiste est crédité de 53% des intentions de vote, en baisse de un point, pour le second tour, contre 47% (+1) au président sortant, selon un sondage Ipsos pour France Télévisions, Radio France et Le Monde ce lundi. François Hollande perd un point par rapport à l'enquête précédente du 22 avril, tandis que le candidat soutenu par l'UMP en gagne autant. 22% des personnes interrogées et certaines d'aller voter n'ont pas exprimé d'intention de vote. 34% des électeurs de François Bayrou au 1er tour voteraient Hollande, 40% Sarkozy, 26% n'ont pas exprimé d'intention de vote si celui-ci avait lieu ce dimanche, selon cette enquête. 14% des électeurs de Marine Le Pen se reporteraient sur Hollande, 54% sur Sarkozy, tandis que 32% n'ont pas exprimé d'intention de vote.