Présidentielle: «Non à la droitisation» dit Chantal Jouanno

avec AFP

— 

La sénatrice UMP et ex-ministre Chantal Jouanno a assuré dans un tweet qu'elle voterait Nicolas Sarkozy même si elle a comme Fadela Amara et Martin Hirsch "des raisons personnelles d'être contre lui", s'attirant les foudres de certains de ses camarades de la majorité
La sénatrice UMP et ex-ministre Chantal Jouanno a assuré dans un tweet qu'elle voterait Nicolas Sarkozy même si elle a comme Fadela Amara et Martin Hirsch "des raisons personnelles d'être contre lui", s'attirant les foudres de certains de ses camarades de la majorité — Fred Dufour afp.com

La sénatrice UMP et ex-ministre Chantal Jouanno a jugé ce lundi que, face à la montée du FN, la réponse n'était pas «dans la droitisation», annonçant qu'en cas de duel PS-FN aux législatives, elle voterait socialiste.

«Je ne pense pas que la réponse soit dans la droitisation de nos propres idées», a déclaré l'élue de Paris sur Public Sénat. Que ferait-elle en cas de duel entre un candidat du FN et un candidat du PS au second tour des législatives ? «Ah bah moi, ma position, elle est très, très claire, moi. C'est pour les socialistes».

Tollé à l'UMP

«Je ne devrais pas le dire comme ça, je sais que ça va râler, mais ma position elle est très, très claire (...) Le front républicain et les valeurs, méritocratie, autorité certes, mais respect», a-t-elle souligné.

La semaine dernière, Mme Jouanno avait provoqué un tollé à l'UMP en assurant dans un tweet qu'elle voterait Nicolas Sarkozy même si elle avait, comme Fadela Amara et Martin Hirsch, «des raisons personnelles d'être contre lui».

A «20 Minutes», elle avait expliqué avoir «eu des oppositions violentes avec Nicolas Sarkozy, notamment sur la taxe carbone. Il m'avait alors traînée dans la boue... Ou du moins, désavouée violemment».