#RadioLondres: Interdiction de publier des estimations, sauf sur Twitter

POLITIQUE #RadioLondres, ce mot-clé fait l'unanimité sur Twitter en ce dimanche de premier tour. C’est à qui trouvera la façon la plus subtile et la plus drôle de jouer avec la loi...

Claire Béziau

— 

Les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, très prisés des manifestants, ont été l'un des vecteurs du "printemps arabe".
Les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter, très prisés des manifestants, ont été l'un des vecteurs du "printemps arabe". — Loic Venance afp.com

 

 

 De Gaulle président ?

Et des centaines d’autres tels que: «Le Gouda serait affiné entre 25 et 30%», ou «Carlita ne chantera pas, je répète Carlita ne chantera pas»: vous ne comprenez rien? Normal, il s’agit de formules codées, en hommage à la résistance mise en place en Angleterre en 1940.

De Gaulle président? En ce premier tour de l’élection présidentielle, c’est l’ancien Général qui est à l’honneur sur Twitter. Depuis dimanche matin, l’imagination était au pouvoir sur le réseau social. Des phrases plus ou moins sibyllines accompagnées du hashtag (mot-clé) «RadioLondres», dont les variantes possibles sont: «#IciLondres» ou «#Jerespectelecodeélectoral». «#RadioLondres» est devenu premier des «trending topic» (principaux sujets) sur le réseau social.

«Le flan est au four», «le nain chausse du 26», ou encore «l’omelette norvégienne réduit de 2,5 à la cuisson», en référence aux surnoms des candidats, ont commencé à fleurir dès mercredi dernier. Le Monde faisait vendredi un résumé de cet appel du 18 avril aux twittos à se creuser le ciboulot. Le but annoncé est de contourner l’article 11 de la loi électorale française n°77-808 qui interdit la divulgation des résultats avant 20h.


Mais si les twittos s’amusent, rien ne prouve que leurs chiffres sont vrais. Ce n’est qu’à 18h30 que les premières estimations sérieuses tombent après la fermeture des premiers bureaux de vote métropolitains. Comme le rappelait @maître_Eolas à 15h ce dimanche après-midi:

 

«Le cours du Gouda est en hausse»

Autant dire que l’équipe de dix personnes chargées de surveiller le réseau pour la Commission nationale de contrôle de la campagne électorale, aura du pain sur la planche. D’autant plus que certains rivalisent d’audace pour établir leur code secret, comme celui proposé vendredi par la blogueuse Klaire. Un code largement repris sur les réseaux sociaux.


Pour le moment, il s’agit donc moins de diffuser une information que de dénoncer une loi datée, plus du tout en phase avec notre époque selon certains. Pour d’autres, c’est l’occasion de lancer boutades et mots d’esprit. Et Twitter s’éclate. N’en déplaise au célèbre logo, la plupart des gazouillis ne proviennent pas vraiment de cervelles d’oiseau.

 

 

 

 

 

 Les photos ne sont pas en reste. Ce site répertorie les images-gag que certains prennent dans l’isoloir.

Certains s’aventurent à la limite de la loi en évoquant le vote des Dom Tom, tels que ce tweet:

 

 

Après 18h30, la seule solution pour ces drôles d’oiseaux était de trouver une stratégie afin de renvoyer innocemment sur les liens des sites d’information étrangers. Autrement dit, de se changer en coucou, ce piaf qui pond ses œufs dans le nid des autres.