Le scrutin pour la présidentielle a commencé à Saint-Pierre et Miquelon

PRESIDENTIELLE Le coup d'envoi des opérations de vote pour le premier tour a été donné dans une moitié des outre-mer et sur le continent américain...

© 2012 AFP

— 

Le scrutin pour la présidentielle a commencé à Saint-Pierre et Miquelon samedi à midi (8H00 locale), donnant le coup d'envoi des opérations de vote pour le premier tour dans une moitié des outre-mer et sur le continent américain.
Le scrutin pour la présidentielle a commencé à Saint-Pierre et Miquelon samedi à midi (8H00 locale), donnant le coup d'envoi des opérations de vote pour le premier tour dans une moitié des outre-mer et sur le continent américain. — Kenzo Tribouillard afp.com

Le scrutin pour la présidentielle a commencé à Saint-Pierre et Miquelon ce samedi à midi (8H00 locale), donnant le coup d'envoi des opérations de vote pour le premier tour dans une moitié des outre-mer et sur le continent américain.

Si le scrutin débute dimanche en métropole, les premiers électeurs votent dès ce samedi à Saint-Pierre et Miquelon, en Guyane, en Guadeloupe, en Martinique, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et en Polynésie française (soit près de 900.000 électeurs) ainsi que les Français du continent américain.

Cette mesure, déjà en vigueur pour l'élection de 2007, vise à éviter qu'en raison du décalage horaire avec la métropole, ceux-ci soient appelés à voter alors que les résultats sont déjà connus. Mais leurs résultats sont soumis au même horaire légal de diffusion que tous les autres, à savoir dimanche 20h00.

A La Réunion, à Mayotte, à Wallis et Futuna et en Nouvelle-Calédonie, et pour tous les autres Français de l'étranger (1,15 million en tout sont inscrits sur les listes électorales consulaires), le scrutin se déroulera le dimanche, comme en métropole.

44,5 millions de Français

Au total, ce sont environ 44,5 millions de Français qui sont appelés aux urnes les 22 avril et 6 mai pour les deux tours.

Jusqu'à dimanche 20h00 donc, avec la fermeture des derniers bureaux de vote, la publication de sondages, d'estimations ou de commentaires est interdite par la loi, de même que la diffusion d'informations sur les résultats.

Le respect de cet horaire a donné lieu à un débat, à l'heure de l'Internet généralisé et dans la mesure où les médias étrangers ne sont pas soumis à la loi française.

Vendredi les instituts de sondage et les médias associés à leurs estimations se sont engagés à tout faire pour parer à ce risque et les autorités chargées du contrôle de la campagne sont sur le pied de guerre.

Pause pour les candidats

Pour les dix candidats, «toute action de campagne et tout acte de propagande à visée électorale sont interdits».

Alors la plupart ont prévu de faire une pause dans leur fief: François Hollandesera dans son département corrézien, à Tulle où il a prévu d'aller sur un marché,Nicolas Sarkozy sera chez lui à Paris, comme Jean-Luc Mélenchon, tandis queFrançois Bayrou se rendra à Pau.

«Famille», «repos», «promenade» sont également au menu pour Nathalie Arthaud, Philippe Poutou, Eva JolyJacques CheminadeNicolas Dupont-Aignana choisi pour sa part de réunir toute son équipe de bénévoles pour un déjeuner à son QG de campagne à Paris.