Présidentielle: Ce qu'il faut retenir de la journée de campagne du 20 avril

SYNTHÈSE oups d'éclat, grosses colères ou attaques ras les pâquerettes, le résumé quotidien de la campagne présidentielle par «20 Minutes»...

Nicolas Buzdugan
— 
Les dix candidats pour l'élection présidentielle 2012.
Les dix candidats pour l'élection présidentielle 2012. — 20 MINUTES

L’accord du jour

Face à la polémique qui enfle depuis plusieurs jours sur la publication des estimations sur Internet et les réseaux sociaux dès 18h30 - et au lendemain de la mise en garde du parquet de Paris, la Commission des sondages a obtenu l’accord des différents instituts (neuf au total) pour qu’ils ne réalisent pas de sondages «sortie des urnes». Le jour du scrutin, les instituts de sondage publient habituellement ,entre 17h et 18h, les premières enquêtes de «sortie des urnes», pas nécessairement fiables mais qui permettent de dégager une première tendance (ils sont notamment destinés aux rédactions et leurs résultats ne peuvent pas être légalement publiés ou mentionnés). Seuls les chiffres des premiers dépouillements, plus fiables, seront communiqués, et ce pas avant 18h45. Les médias étrangers, qui ne risquent aucune poursuite, seront également privés des premiers résultats obtenus à partir du dépouillement. Par ailleurs, les radios et les télés ont accepté de ne pas diffuser d’estimation avant 20h.
 
>> Revivez la journée de campagne en direct par ici
 
L’inquiet du jour
 
C’est François Hollande qui demande à ses troupes de ne pas se montrer trop confiantes avant le scrutin. En déplacement à Vitry-le-François, dans la Marne, le candidat socialiste redoute de plus en plus le résultat des urnes: «Ceux qui annoncent la victoire ne rendent pas service à la cause qu'ils prétendent servir. Si on laisse penser que le résultat est fait, il ne viendra jamais. C'est parce que je conteste l'idée qu'il y aurait un pronostic que je me bats pour un résultat.» Et de conclure: «ll y a de nombreux sondages très contradictoires et l'idée que je veux chasser, c'est que le résultat est connu avant que les Français se soient déplacés. Rien n'est acquis, rien n'est fait. Il faut beaucoup de modestie et de persévérance.» Le traumatisme du 21 avril 2002 semble encore bien présent dans l'esprit du favori des sondages...
 
Le service du jour

C’est le SAV (pour Service avant le vote) d’Eva Joly mis en place par la direction d’EELV pour permettre aux citoyens de discuter avec la candidate et les responsables écologistes. Une initiative originale et qui pourrait permettre de grappiller quelques voix.

 
Les derniers sondages du jour

C’était la dernière vague de sondages ce vendredi (à consulter ici, ici et et notre sondage exclusif par là), dernier jour de la campagne officielle (qui s’achève à minuit et reprendra dimanche à 20h lors de la publication des résultats). D’ailleurs, par précaution, et pour éviter d’être pris en faute jusqu’à dimanche 20h sur sa page officielle, François Hollande fermera son compte Facebook à partir de ce vendredi soir minuit.

 
L’exclu du jour

C’est Jacques Saint-Martin, maire socialiste du village de Francon, en Haute-Garonne, qui fait l'objet d'une procédure d'exclusion du PS pour avoir donné son parrainage à Marine Le Pen. Le secrétaire de section a expliqué que ce soutien était «incompatible à l’appartenance au PS». Puis, face à la médiatisation de cette affaire, Sébastien Denard, secrétaire de la fédération de Haute-Garonne, est monté au créneau: «On peut faire beaucoup de choses au nom de la démocratie mais je ne vois pas comment garder comme camarade un maire, Jacques Saint-Martin, apportant son parrainage à la candidate du Front national». Il a ajouté que la décision d'exclusion reviendrait au «bureau national ou à la commission nationale des conflits». Sans oublier une précision qui a son importance: le fils du maire serait un ami d’enfance de… Louis Aliot, numéro deux du FN et compagnon de Marine Le Pen.
 
Le happening du jour

C’est celui, très remarqué, de Philippe Poutou et du NPA à l’hôtel Crillon, place de la Concorde à Paris. Pour finir sa campagne en beauté, le candidat du NPA, accompagné de militants, s'est offert une entrée en fanfare dans le fameux hôtel de luxe (où des donateurs de l'UMP se seraient réunis dimanche dernier pendant le meeting de Nicolas Sarkozy) pour dénoncer la France de l'argent et «le président des riches», mégaphone à la main. (Vidéo par ici si le lecteur embarqué ci-dessous ne fonctionne pas).

- Toutes les données du scrutin
- Comparez les programmes des candidats

-Quel candidat est proche de vos idées?
-Tout savoir sur les candidats à la présidentielle