Présidentielle. Mélenchon est-il le nouveau Bayrou?

PRESIDENTIELLE Selon la Boussole présidentielle, le Front de gauche convainc différentes catégories de l'opinion...

Matthieu Goar

— 

Jean-Luc Mélenchon lors de son meeting à Marseille, le 14 avril 2012.
Jean-Luc Mélenchon lors de son meeting à Marseille, le 14 avril 2012. — GERARD JULIEN / AFP

Qui a dit qu’une campagne ne servait qu’à confirmer les tendances? Entre meetings en plein air et apparitions médiatiques; Jean-Luc Mélenchon est le candidat dont la campagne semble la plus efficace, selon la Boussole présidentielle*, un outil mis au point par le Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences-Po) en partenariat avec 20 Minutes, Ouest-France, 2012etvous.fr et auquel plus de 375 000 internautes ont déjà répondu. Parmi les utilisateurs de cet outil qui annoncent vouloir voter Mélenchon, 21 % révèlent s’être décidés « récemment », c’est 12 points de plus que pour les autres candidats. «En 2007, on avait assisté à l’émergence pendant la campagne de la candidature d’un troisième homme, François Bayrou. Là, c’est la campagne de Jean-Luc Mélenchon qui produit une dynamique positive», analyse Anne Jadot, maître de conférences à l’université Nancy-II.

>> Participez à la Boussole présidentielle et déterminez quel candidat est proche de vos idées?

Une vote de conviction, pas seulement de protestation

Grâce à cette campagne, Mélenchon est le candidat qui a le plus progressé dans les sondages (de 5-6 % à l’automne à 13-17 % aujourd’hui, selon les instituts). Une émergence qui s’explique par le fait que la candidature Mélenchon arrive à convaincre de nombreuses catégories différentes. Ainsi, toujours selon La Boussole, 51 % des utilisateurs (sur 300 000 réponses) pensent que le candidat du Front de gauche comprend les problèmes des gens comme eux, ce qui le place en tête de tous les candidats sur ce critère, ex aequo avec Bayrou. Ainsi, Même 44 % des utilisateurs qui estiment s’en sortent «très facilement» avec leur revenus continuent à accorder cette image positive au candidat du Front de gauche.

« Il ne recueille pas seulement de bonnes opinions au sein de niches traditionnelles du PC ou de l’extrême gauche, mais il séduit aussi des catégories habituellement proches du PS, voire au-delà », synthétise Anne Jadot. Toujours repoussé dans les catégories acquises à la droite (libéraux, agriculteurs, etc.), Mélenchon arrive à faire une synthèse inédite entre différentes populations de la gauche, des ouvriers aux professeurs, sans doute auparavant attirés par LO, le NPA, les Verts, etc. Un choix de conviction et pas forcément de protestation, puisque 75 % de ces «mélenchonistes» souhaitent qu’il devienne Président de la République.

- Toutes les données du scrutin
- Comparez les programmes des candidats

-Suivez l’évolution des sondages
-Tout savoir sur les candidats à la présidentielle