Ce qu'il faut retenir de la journée de campagne du 15 avril

SYNTHÈSE oups d'éclat, grosses colères ou attaques ras-les-pâquerettes, le résumé quotidien de la campagne présidentielle par «20 Minutes»...

M.P.

— 

Les dix candidats pour l'élection présidentielle 2012.
Les dix candidats pour l'élection présidentielle 2012. — 20 MINUTES

La caricature du jour
En meeting à Hénin-Beaumont, son fief, Marine Le Pen a tapé dur sur François Hollande et Nicolas Sarkozy qui tenaient des méga-meetings en plein air à Paris. La candidate du FN a moqué ces rassemblements et brossé le portrait des sympathisants des deux gros partis en «bobos» «Ici, pas de stars, pas de showbiz, pas d'anciens ministres, pas de musique pour la télévisions, mais des Français», a-t-elle commencé. Et d'ajouter: «Voyez les bobos venus après le brunch au spectacle de la Concorde, avant de filer en Velib' à Vincennes voir si François à une cravate plus cool que Nicolas. A moins que la séance de yoga ne les oblige à renoncer à ces festivités.»

>> Revivez le live du jour ici

Le coup de gueule du jour
En meeting à Marseille, François Bayrou a taclé les deux favoris du scrutin. Se présentant comme le candidat du «parti de la vérité» contre ceux du «mensonge», il a lancé: «Ils mentent car Nicolas Sarkozy ne veut pas que l’on regarde son programme de près et François Hollande a choisi de multiplier les promesses intenables». Il a demandé aux électeurs de ne pas «s’abandonner aux chimères».

La guerre du jour
Celle des meetings de François Hollande à Vincennes et Nicolas Sarkozy place de la Concorde, bien sûr. C’est Nicolas Sarkozy qui a grillé la politesse à son rival, avançant le début de son meeting pour pouvoir passer en direct sur les chaînes d’infos en continu quand le rassemblement du socialiste a été diffusé en différé. Place de la Concorde, le candidat-président a exalté la France éternelle, citant de Gaulle et Hugo, Zola et Bonaparte, lançant à ses supporters (près de 150.000 selon son équipe). «Peuple de France, n’ayez pas peur!». Sur l’esplanade du château de Vincennes, François Hollande, face à plus de 100.000 personnes selon le PS, a lui aussi manié les références. «La grandeur de l'histoire, ce sont les journées révolutionnaires, celles de 1789, de 1830, de 1871, la grandeur de l'histoire, c'est Léon Blum qui a donné les congés payés, c'est Mendés-France qui a fait plus en 7 mois que tant d'autres en 5 ans...», a-t-il lancé notamment, promettant d’être «le président de la réconciliation».

L’initiative du jour
Meeting toujours mais d’un style différent, pour le candidat le plus atypique de cette élection: Jacques Cheminade a tenu un web-meeting ce dimanche après-midi. A son siège de campagne, le candidat répondait face caméra aux questions que les internautes lui ont posé par mail. Le tout était diffusé en direct sur son site de campagne.

L’engueulade du jour
Prise de bec salée ce dimanche entre Eva Joly et Rachida Dati. Dans un communiqué, l’ex-ministre de la Justice s’en est pris à la candidate écolo  qui accuse Nicolas Sarkozy de financement illégal de sa campagne de 2007. «La preuve judiciaire dans l’Etat Joly, c’est le ragot», a-t-elle cinglé. Réponse du berger à la bergère: «Rachida Dati était un bien piètre ministre de la Justice et je n'ai pas de leçon à recevoir d'elle».