Dupont-Aignan s'en prend aux «éditorialistes de bazar» et provoque un esclandre sur Canal+

© 2012 AFP

— 

Le candidat de Debout la République à l'Elysée Nicolas Dupont-Aignan s'en est pris vendredi aux "éditorialistes de bazar" lors du "Grand journal" de Canal+, espérant "s'en débarrasser un jour", ce qui a provoqué les réactions indignées des animateurs de l'émission.
Le candidat de Debout la République à l'Elysée Nicolas Dupont-Aignan s'en est pris vendredi aux "éditorialistes de bazar" lors du "Grand journal" de Canal+, espérant "s'en débarrasser un jour", ce qui a provoqué les réactions indignées des animateurs de l'émission. — Thomas Samson afp.com

Le candidat de Debout la République à l'Elysée Nicolas Dupont-Aignan s'en est pris ce vendredi aux «éditorialistes de bazar» lors du Grand journal de Canal+, espérant «s'en débarrasser un jour», ce qui a provoqué les réactions indignées des animateurs de l'émission.

«Je sais pourquoi les Français ne lisent plus les journaux: ils vont sur internet, parce que tous ces éditorialistes de bazar qui pondent toujours les mêmes articles, qui sont tellement coupés des réalités, qui gagnent un argent fou, ils croient connaître les Français mais ils ne (les) connaissent pas et on va s'en débarrasser un jour», lance le candidat souverainiste. «Vous vous mélenchonisez», ironise l'animatrice Ariane Massenet. «Je ne me mélenchonise pas», réplique le candidat. «Allez voir les Français qui souffrent! Venez avec moi sur le terrain!»

«Cette caste médiatique prend beaucoup d'argent.»

Réplique immédiate de Michel Denisot, aux manettes du Grand journal: «Mais on ne vit pas dans la lune!» S'en suit un dialogue confus, Nicolas Dupont-Aignan appelant à de nombreuses reprises les animateurs du Grand journal à donner le montant de leur salaire, ce qu'ils refusent, Michel Denisot expliquant que cela «ne regarde pas» le candidat. Le député de l'Essonne s'en prend ensuite aux «gens qui s'en mettent plein les poches et qui donnent des leçons à la terre entière et qui ne veulent pas voir la souffrance des Français» tout en «jouant les bons samaritains».

L'air consterné tout autant qu'agaçé, Michel Denisot et Jean-Michel Aphatie répliquent: le premier affirme qu'il ne s'en met «pas plein les poches» et qu'il n'a «pas de leçon à recevoir», le second, journaliste à RTL et chroniqueur au Grand journal, assénant à Nicolas Dupont-Aignan qu'il n'est «pas un inquisiteur» et que son «comportement n'est pas digne de la politique». Conclusion de Nicolas Dupont-Aignan: «Cette caste médiatique prend beaucoup d'argent.» Conclusion de Jean-Michel Aphatie: «Ridicule! C'est du populisme intégral!»