Revivez la journée de campagne de ce jeudi 5 mars

E.O.

— 

Montage des principaux candidats à l'élection présidentielle (de gauche à droite: Marine Le Pen (FN), Nicolas Sarkozy (UMP), François Bayrou (MoDem), François Hollande (PS) et Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche))
Montage des principaux candidats à l'élection présidentielle (de gauche à droite: Marine Le Pen (FN), Nicolas Sarkozy (UMP), François Bayrou (MoDem), François Hollande (PS) et Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche)) — 20 Minutes
>> Ce live est désormais terminé, merci de l'avoir suivi. Pour lire la synthèse de la journée, rendez-vous par ici.

19h42: Hollande critique sur les 32 propositions de Sarkozy
«C'est la prolongation des erreurs et des échecs. Il avait annoncé un grand événement. Comme souvent, il ne s'est rien produit. Toutes les mesures qu'il a égrénées, nous les connaissions déjà. C'est son bilan en pire», a déclaré François Hollande à la presse en réaction à la présentation par Nicolas Sarkozy de son programme en 32 propositions.

18h47: Pendant ce temps, Mélenchon fait place comble au Capitole
Les organisateurs du meeting en plein air du candidat Front de gauche attendent 50.000 personnes sur la place toulousaine, noire de monde.


Meeting du Capitole : direct à partir de 18... par PlaceauPeuple

18h45: Sarkozy pour la première fois en tête des souhaits de victoire
Nicolas Sarkozy arrive pour la première fois en tête des souhaits de victoire à l'élection présidentielle, à 26% (+5 points), devant le socialiste François Hollande (25%, -2), dans le baromètre TNS Sofres realisé depuis juillet 2011. Les détails de l'enquête par ici.

18h40: Bayrou défend l'idée des piscines non-mixtes pour les femmes «lourdes»
François Bayrou a défendu ce jeudi au forum «Elle» l'aménagement d'horaires pour les femmes dans les piscines pour permettre à celles «qui pèsent plus lourd que d'autres» de venir nager sans craindre d'être «exposées au regard des hommes».

17h40: Chahutée à Sciences Po, Nathalie Kosciusko-Morizet dénonce un «traquenard»
Sous les huées, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui remplaçait Nicolas Sarkozy au forum «Elle» a tenté de s'exprimer sur les propositions du candidat pour promouvoir l'égalité hommes-femmes. Elle a quitté la salle après quelques minutes en dénonçant un «traquenard».

17h20: Nicolas Sarkozy a annulé sa venue à Sciences-Po
Invité comme les autres candidats par le magazine «Elle» pour parler de ce qu'il compte faire pour les femmes s'il est réélu, Nicolas Sarkozy a annulé au dernier moment sa venue. Il s'est fait remplacer par sa porte-parole Nathalie Kosciusko-Morizet. Le chef de l'Etat a estimé que les conditions de sécurité n'étaient pas réunies, en raison de manifestations étudiantes devant Sciences-Po.
Avant lui, Jean-Luc Mélenchon a annulé le duplex qu'il devait effectuer.

16h30: La lettre de Nicolas Sarkozy aux Français est disponible
Elle a été publiée sur le site du Président-candidat

16h05: Selon Marine Le Pen, «Sarkozy a soutenu le fondamentalisme islamique»
 «J'accuse clairement Nicolas Sarkozy de soutenir et d'avoir soutenu le fondamentalisme islamique d'abord à l'étranger par la guerre en Libye qu'il a engagée avec l'argent des Français et qui a contribué à mettre les fondamentalistes islamiques au pouvoir», affirme la candidate du Front national dans l'émission «Le Talk» Orange-Le Figaro. Selon elle, Nicolas Sarkozy a laissé parallèlement se développer le fondamentalisme islamique en France «par l'intermédiaire des investissements ininterrompus dans nos entreprises stratégiques du Qatar». La dirigeante du Front national estime que l'UOIF «est l'enfant de Nicolas Sarkozy», qui s'était appuyé sur l'organisation lorsqu'il était ministre de l'Intérieur pour organiser l'islam de France.
 
15h50: Mélenchon organise un grand meeting ce soir à Toulouse
Le candidat du Front de gauche va prononcer un discours place du Capitole. 50.000 personnes sont attendues.

15h30: Il y aura bien un rassemblement de soutien à Sarkozy le 15 avril
Nicolas Sarkozy confirme en conférence de presse qu'un rassemblement aura lieu le 15 avril, à une semaine du premier tour, sur la place de la Concorde à Paris.
François Hollande tiendra également un grand meeting, ce même jour, à Vincennes.



15h20: Nicolas Sarkozy creuse l'écart avec François Hollande selon un sondage
Voici les résultats de l'enquête OpinionWay-Fiducial pour LCI et Le Figaro rendue publique ce jeudi:
Au premier tour: Nicolas Sakozy: 28,5 % d'intentions de vote (+0,5 point par rapport au 29 mars) François Hollande: 26% (-1), Marine Le Pen: 16% (- 1), Jean-Luc Mélenchon: 14% (+ 3), François Bayrou: 11% (-1), Eva Joly: 2% (=), Philippe Poutou: 1% (+0,5), Nicolas Dupont-Aignan: 1% (=), Nathalie Arthaud: 0,5% (-0,5), Jacques Cheminade: 0% (-0,5).
Second tour: François Hollande: 53% (-1), Nicolas Sarkozy: 47% (+1)

15h10: Nicolas Sarkozy présente son projet en conférence de presse
>> Ses annonces sont à suivre en direct ici.

La vidéo:
(images fournies par l'UMP)

14h45: La lettre aux Français de Sarkozy révélée
«Mes chers compatriotes, il n'est rien de plus beau en démocratie que l'amur de son pays...» est-il écrit sur la «une» de cette lettre de 30 pages.

14h28: Pour Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon est «le nouveau Bernard Tapie»
«Vous voyez, le gros bourgeois qui joue populaire, pour essayer de ramener au parti bobo qu’est le Parti socialiste les voix de ceux qui travaillent et de ceux qui souffrent de cette politique depuis 30 ans», a déclaré la candidate du Front national, sur le plateau de France 2.
«Et d’ailleurs», a-t-elle poursuivi, «(Mélenchon) use des mêmes thématiques : il insulte le Front national en permanence, (l'accuse) de tous les maux, avec l’outrance et la vulgarité qui le caractérisent». «C’est Bernard Tapie!», a insisté Marine Le Pen, «j’ai l’impression de revoir exactement le même personnage, c’en est étonnant d’ailleurs».
 
14h20: A Rennes, François Hollande a inauguré le «Pétanque tour 2012»
En marge de son déplacement dans la capitale bretonne, le candidat socialiste s’est invité à la première étape du «Pétanque tour 2012», une opération de promotion du jeu de boules organisée par la Fédération française de pétanque et de jeu provençal (FFPJP). François Hollande a ainsi lancé des boules sur la place du Parlement, avant son meeting conjoint avec Ségolène Royal.

(F.Lepage/ SIPA)
12h50: Pour le directeur de la communication de Bayrou, les dirigeants de l'UMP sont comme «des gros lourdeaux bourrés en soirée qui veulent choper»
Jean-François Martins a publié ce message sur Twitter:
12h46: Un échange tendu entre un entrepreneur et Nicolas Dupont-Aignan
France 3 Champagne-Ardennes a filmé un échange tendu entre Nicolas Dupont-Aignan et le directeur général de la zone d'activité de Bosal Le Rapide à Beine-Nauro. L'entrepeneur, très agacé, en perd même ses lunettes.



12h15: Carla Bruni-Sarkozy:  «A côté de Madame Pompidou, je suis Lady Gaga»
>> Lire notre article sur l'interview donnée par l'épouse de Nicolas sarkozy au Nouvel Observateur.

12h: Hollande «propose un aller-simple vers la Grèce», selon NKM
La porte-parole de Nicolas Sarkozy écrit dans un communiqué que «François Hollande est parvenu qu'à nous démontrer qu'il détenait le mode d'emploi de la faillite de la France». «L'application stricte de ses mesures, qui ressemblent davantage à un pense-bête législatif qu'à une vision présidentielle, conduirait inéluctablement notre pays à une dérive économique digne de celles de l'Espagne et surtout de la Grèce, que des gouvernements socialistes ont véritablement mis à genoux», poursuit-elle.

11h55: Un responsable des jeunes du Front de gauche en garde à vue à Lyon
Un coresponsable des jeunes du Front de gauche et deux de ses militants sont en garde à vue à Lyon depuis mercredi, mis en cause après des échauffourées qui ont eu lieu à proximité de l'Université Lyon III. D'après la police, une distribution de tracts par ces militants a mal tourné, devant cette université connue pour l'engagement de certains de ses étudiants à l'extrême droite.
Selon la police, des militants d'extrême droite ayant refusé ces tracts ont été rejoints dans un bar par des membres du Front de gauche, le visage masqué, qui les auraient frappés avec des chaises et des manches de drapeau.

11h40: Eva Joly tenait un meeting hier à Nantes
Il s'agissait de sa première apparition, après la chute dont elle a été victime dimanche soir. Lunettes noires sur le nez, elle a lancé: «Qu'est ce qu'elle a ma gueule?»
11h40: Jean-Michel Apathie répond au fils d’Eva Joly
Mercredi, Julien Joly dénonçait dans une tribune sur Rue89 l’attitude du journaliste de RTL quand sa mère s’est blessée dimanche soir. Il lui reprochait notamment d’avoir annoncé sur Twitter l’hospitalisation de sa mère, et la suspension de sa campagne. Une information erronée et non vérifiée, estimait le fils de la candidate. Sur son blog, Jean-Michel Apathie affirme qu’après avoir appris l’hospitalisation d’Eva Joly, il s’est entretenu au téléphone avec des dirigeants écologistes, dont un qui lui a indiqué que «la campagne était momentanément suspendue». «Je peux comprendre l’état d’esprit de Julien Joly qui pense que l’incident dont sa mère a été la victime n’aurait pas dû être divulgué par des tiers», écrit le journaliste. «Mais c’est l’essence même du journalisme qui conduit à déposséder les acteurs des faits qui les concernent quand ces faits touchent à la vie publique. Me reprocher de l'avoir fait répond davantage à la force des émotions éprouvées qu’à l’analyse des obligations professionnelles des différents acteurs d’une démocratie», conclut-il. 
11h25: Un clip contre l'abstention
Il a été réalisé par le publicitaire Franck Tapiro - qui a créé le slogan «ensemble tout devient possible» pour Nicolas Sarkozy en 2007.
11h15: Marine Le Pen espère que les Français n'auront pas «une mémoire de poisson rouge»
Marine Le Pen, candidate du FN à l'Elysée, a espéré ce jeudi que «le peuple français (n'avait) pas la mémoire d'un poisson rouge» par rapport aux promesses de Nicolas Sarkozy en 2007 et a comparé la présidentielle de 2012 à un choix «peut-être» aussi important que celui entre la monarchie et la République.
«L'UMP a vendu à Nicolas Sarkozy que les Français avaient une mémoire de poisson rouge», a exposé la dirigeante frontiste sur le plateau de l'émission Politique Matin (LCP).

11h15: Marine Le Pen espère que les Français n'auront pas «une mémoire de poisson rouge»
Marine Le Pen, candidate du FN à l'Elysée, a espéré ce jeudi que «le peuple français (n'avait) pas la mémoire d'un poisson rouge» par rapport aux promesses de Nicolas Sarkozy en 2007 et a comparé la présidentielle de 2012 à un choix «peut-être» aussi important que celui entre la monarchie et la République.
«L'UMP a vendu à Nicolas Sarkozy que les Français avaient une mémoire de poisson rouge», a exposé la dirigeante frontiste sur le plateau de l'émission Politique Matin (LCP).

10h35: Marine Le Pen: «Mélenchon ne plaira pas aux classes populaires»
La candidate du FN a réagi sur RTL aux déclarations de Jean-Luc Mélenchon, qui, la veille, a qualifié les dirigeants frontistes de «branquignoles» et de «poivrots».
«M. Mélenchon a tombé le masque hier», a commenté Marine Le Pen. «Lui et son équipe ont dir que leur seul objetif était de battre Marine Le Pen. Vous parlez d'un programme révolutionnaire, c'est ce que fait le système depuis 30 ans!» a-t-elle ironisé. «Cet homme (Jean-Luc Mélenchon), est outrancier, mais ça a l'air de plaire au système, parce que tout le monde lui trouve toute une série de qualités». «Mais ça ne plaira pas aux classes populaires qui veulent des candidats qui luttent contre le chômage, l'insécurité, la disparition du système de sécurité sociale, pas contre Marine Le Pen», a-t-elle conclu.


10h16: Laurence Parisot assure que le Medef est prêt à «travailler avec tout gouvernement»
«Si François Hollande est élu, il devra travailler avec les entreprises et c'est bien la vocation du Medef de travailler avec tout gouvernement, quel qu'il soit», a déclaré Laurence Parisot sur France 2. Elle a estimé que Nicolas Sarkozy avait accompli «un boulot extraordinaire en intensité, en quantité et sur un certain nombre de choses extrêmement bénéfiques pour les entreprises», mais elle a souligné qu'elle ne s'engageait «pas sur l'avenir» et qu'il ne revenait pas «à des organisations professionnelles (comme le Medef) d'être partisans.»
10h10: Nicolas Sarkozy va dévoiler une «Lettre aux Français»
Le président sortant, qui présente son programme à 15h cet après-midi, rendra également publique une «Lettre aux Français», a annoncé Henri Guaino.
«L'esprit de cette lettre est très simple», a indiqué Henri Guaino, sur ITélé. «Nicolas Sarkozy s'est forgé (...), dans l'expérience du pouvoir, dans des conditions assez dramatiques, un certain nombre de convictions» qu'il a besoin de «faire partager».


10h07: Pour Copé, le projet de Hollande peut «emmener la France dans la situation de la Grèce»
Le secrétaire général de l’UMP a qualifié d’ «intenable» le programme de François Hollande. Interrogé sur Europe 1, Jean-François Copé a pris pour exemple la proposition du socialiste d’augmenter l’allocation de rentrée scolaire. «Si vous annoncez que vous allez augmenter toutes les allocations, tous les minimas sociaux, il y a deux réactions. La première c’est "ah, formidable", et la deuxième, au bout de 10 minutes, c’est "si François Hollande propose ça, c’est qu’il veut emmener la France dans la situation de la Grèce!"».
 


10h: Martine Aubry:«Le projet de Sarkozy, c’est son action depuis 5 ans, en pire»
La première secrétaire du PS a critiqué le président sortant, ce matin sur RMC et BFMTV. Il est «déjà est discret sur son bilan - on peut le comprendre», a ironisé la maire de Lille, mais il est aussi «totalement secret, jusqu’à aujourd’hui, sur son projet que l’on connait déjà, par ailleurs». Pour Martine Aubry, le projet de Nicolas Sarkozy est «dans le fond son action depuis 5 ans, en pire».

9h45: Hollande choisira un Premier ministre socialiste
«C'est la logique», a déclaré le candidat sur Canal +.Il a promis de ne pas réunir les parlementaires de la majorité à l'Elysée comme Nicolas Sarkozy le fait régulièrement. «Je suis socialiste, je ne vais pas déchirer ma carte, mais je considère que être chef de l'Etat, c'est être président de tous les Français».
9h35: «La CGT n'a pas de candidat à l'élection présidentielle»
C'est ce qu'assure Bernard Thibault, dans une interview donnée à Métro. Mais, ajoute-t-il, «dès lors que Nicolas Sarkozy prétend exercer un nouveau mandat, il est pour nous primordial de livrer notre diagnostic de son bilan». «En tant que syndicat nous nous estimons habilités à livrer notre opinion sur ses politiques économique et sociale», insiste-t-il.
9h15: «Elle» demande aux candidats ce qu'ils comptent faire pour changer la vie des femmes
Huit prétendants à l'Elysée - Philippe Poutou et Jacques Cheminade n'ont pas répondu à l'invitation - vont défiler ce jeudi à Sciences-Po Paris pour exposer leurs idées sur la question.
La journée est à suivre en vidéo ici:


9h05: Pour Bayrou, Mélenchon n’offre que «des promesses illusoires»
Le candidat du MoDem a réagi sur Europe 1 à la montée dans les sondages de Jean-Luc Mélenchon, qui occupe désormais la place de «troisième homme». «Mélenchon, c’est l’assurance que des promesses illusoires viennent encore une fois préparer des désillusions pour les Français», a déclaré François Bayrou. Quant à Hollande, «ce qui manque, c'est une vision nouvelle pour que la France se remette dans la création des emplois, des activités, des entreprises, des usines»
Le centriste a d’autre part assuré que «la vision qu’(il) propose aux Français est la plus juste». «Les solutions que nous proposons sont les seules qui peuvent permettre à ceux qui nous écoutent de répondre aux problèmes qu'ils ont en face», a-t-il insisté, avant d’ajouter : «Je suis à la place où je dois être dans cette campagne électorale, c'est-à-dire le seul à proposer qu'on échappe aux deux camps qui nous ont conduit depuis des années où nous sommes».
 

8h55: Patrick Bruel trouve «confiscatoire et spoliatrice» la proposition de taxe de Hollande
Patrick Bruel est fâché contre la proposition de François Hollande de créer une tranche d’imposition à 75 % pour les revenus supérieurs à un million d’euros annuel. «Je suis très content de participer à une solidarité, de reverser une grande partie de ce que je gagne», assure l’artiste, sur RTL. Mais «là, ça devient limite confiscatoire et spoliateur», estime-t-il. «Il ne faut pas mettre les gens qui ont de l’argent en ligne de mire, comme des coupables» car «ils génèrent du travail, des emplois, des richesses», poursuit Patrick Bruel. «C’est pas honteux de gagner de l’argent (…) à partir du moment où on redistribue – et on redistribue beaucoup, parce que 50% de ce que vous gagnez, c’est déjà énorme», conclut-il.
8h40: Le programme de Mélenchon coûterait plus de 100 milliards d'euros
C'est l'institut de l'entreprise, un think tank patronal qui fait cette évaluation. Des exemples:
Droit à la retraite à 60 ans à taux plein: 27 milliards d'euros par an
Remboursement à 100% des dépenses de santé : Entre 23 et76 milliards (selon les efforts demandés aux complémentaires)

Enseignement supérieur : Entre 2,7 et 5,6 milliards d'euros

Rétablissement des effectifs supprimés dans l'éducation nationale: Entre 1,9 et 2,2 milliard
s
Augmenter de 50% l'investissement de l'Etat dans l'enseignement professionnel: Entre 2,4 à 3,1 milliards.
Bonjour à tous, nous allons suivre ensemble cette nouvelle journée de campagne.