La Course 2012: François Bayrou, victime du vote utile

OPINION Le centriste au plus bas depuis janvier...

Alexandre Sulzer
— 
François Bayrou
François Bayrou — V. WARTNER / 20 MINUTES
Alerte orange pour François Bayrou. Avec 10% des intentions de vote dans le dernier baromètre CSA pour 20 Minutes, RMC et BFMTV, le candidat MoDem perd 2,5 points en une semaine et se retrouve à 10%, un score qui n’a jamais été aussi mauvais pour le centriste depuis le début de l’année.

>> Le sondage complet à lire ici (en pdf)

Pour Jérôme Sainte-Marie, qui dirige le département opinion de CSA, François Bayrou est la première victime du vote utile sur fond de «remobilisation des anti-sarkozystes». Car une réélection de Nicolas Sarkozy paraît de plus vraisemblable qu’il y a quelques semaines aux yeux des Français: 37% pronostiquent sa victoire, soit deux points de plus en une semaine (44% tablent sur un succès de François Hollande, soit quatre points de moins que la semaine dernière).

«Le vote Mélenchon, sensible à l’effet de mode»

Face à cette «menace», «les gens qui étaient prêts à voter François Bayrou ont tendance à voter utile dès le premier tour», assure Jérôme Sainte-Marie. Ainsi, le candidat socialiste progresse de 22 points chez les électeurs de François Bayrou. Un siphonnage en règle. Le manque d’adhésion générale aux projets des candidats rend le zapping politique d’autant plus facile. A noter, le réflexe du vote utile ne se fait pas au détriment de Jean-Luc Mélenchon, qui progresse de 18 points chez les CSP+, de 10 points chez les professions intermédiaires, et de 11 points chez les abstentionnistes. «Le vote Mélenchon est un vote alternatif, pas forcément d’un électorat très à gauche, mais sensible à l’effet de mode», analyse Jérôme Sainte-Marie.

«Il faut qu’il rentre davantage dans le lard des adversaires»

Un positionnement pas très éloigné de celui occupé en 2007 par... François Bayrou. Il y a cinq ans, le rejet de la personnalité de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal par une partie de l’électorat, plutôt diplômé, avait contribué au relatif succès de Bayrou. Mais François Hollande clive moins et le vote «en creux» pour le MoDem s’opère moins facilement. « Avec le produire en France, François Bayrou a popularisé un thème dont il n’est pas le premier à profiter», souligne Jérôme Sainte-Marie, pour qui la campagne du centriste «manque de dynamique».

«Il est difficile de tenir un discours de réalité, mais François Bayrou ne fera pas de promesses démagogiques pour autant, répond Jean-Luc Bennahmias (MoDem), qui reconnaît «des questionnements des électeurs sur la majorité avec laquelle il pourrait gouverner ». Et conclut: «J’attends qu’il accélère sur la forme. Il faut qu’il rentre davantage dans le lard des adversaires.»



>>  Comparez les programmes des candidats

>> Quel candidat est proche de vos idées ?

>> Suivez l’évolution des sondages

>> Tout savoir sur les candidats à la présidentielle