Jacques Cheminade, le 6 décembre 2006.
Jacques Cheminade, le 6 décembre 2006. — IBO/SIPA

PRESIDENTIELLE

Pourquoi ces maires ont parrainé Jacques Cheminade

Des maires confient à «20 Minutes» les raisons de leur parrainage...

Le nom des parrains du candidat à la présidentielle Jacques Cheminade enfin dévoilés. Le Journal officiel a publié ce week-end une liste de 500 noms de maires, sur les 538, qui ont apporté leur soutien à Jacques Cheminade. Le candidat atypique, qui propose «un monde sans la City et Wall Street», a été soutenu essentiellement par des maires de petites communes, tel Nicolas Wisser, maire de Bioussac (Charente), 228 habitants, ou Chantal Dagoubeau, maire de Lesmes (Saône-et-Loire), qui compte 186 habitants.

Quelles ont été les motivations de ces maires? Quelles idées du candidat ont été déterminantes pour apporter leur parrainage? 20 Minutes a recueilli le témoignage de plusieurs élus…

Mickaël Leblanc, le maire de Bellou-Le-Trichard (Orne), a voulu appliquer le pluralisme démocratique en parrainant le candidat Cheminade: «Je suis contre le mécanisme actuel des parrainages pour l’élection présidentielle, je souhaiterais plutôt des parrainages populaires. En apportant ma signature à Jacques Cheminade, j’ai voulu faire vivre une diversité dans les candidatures, même si je ne voterai pas pour lui.»

«Il était clairvoyant»

Le premier édile de ce village de 240 personnes, qui se place politiquement «à gauche, proche des idées de Mélenchon, sensible à un gaullisme de gauche», a été séduit tant par la motivation des militants de Solidarité et progrès que par «le programme de Jacques Cheminade sur la moralisation de la finance, la suppression de la dette toxique, la réindustrialisation du pays, ou la mise en œuvre d’un programme très social, à la Roosevelt».

La critique de la finance internationale a également convaincu Alain Dumont, maire de Fresnes-sous-Coucy (Aisne). C’est un fidèle: ce maire avait déjà apporté sa signature au candidat il y a cinq ans, en 2007, même si finalement, Jacques Cheminade n’avait pu se présenter faute de parrainages suffisants.

«Je n’ai pas étudié tout le programme»

Bernard Laurent, le maire des Olmes (Rhône) est aussi un soutien fidèle à Jacques Cheminade: «cela faisait longtemps que je lui avais promis ma signature». S’intéressant à l’économie, Bernard Laurent connaît le candidat et ses idées grâce à une conférence «peu avant 1995. A l’époque, il parlait déjà de la crise qui allait venir. Il était clairvoyant.» Maire sans étiquette, Bernard Laurent apprécie que le fait que Jacques Cheminade «ne soit pas un politique, mais un économiste et un scientifique.» Mais il reste un point de désaccord: «Je l’ai entendu parler de Barack Obama, en faisant un lien avec les nazis, et là, je ne suis pas d’accord avec ça.»

Critique de la finance internationale

Quant aux chapitres du programme de Jacques Cheminade concernant l’épanouissement personnel, le développement des peuples africains ou encore l’exploration de l’espace, les maires sont globalement plus évasifs. «Le programme sur l’espace m’a intéressé mais sans plus», confie Alain Dumont, quand Frédérique Borel, maire de Seillonnaz (Ain), confie qu’elle n’a «pas étudié tous les points du programme». «J’ai reçu le livre de son programme après avoir rencontré Jacques Cheminade à l’automne dernier. Je n’ai pas tout fouillé, mais je ne regrette pas du tout mon choix», précise l’élue.

Mikaël Leblanc, qui travaille dans le domaine de l’astronomie, est plus incisif: «Le programme sur l’espace, ça ne me parle pas du tout. Je m’intéresse plutôt aux taux monstrueux pratiqués par les banques quand on demande des crédits pour ma commune.» 

>> Suivez l’évolution des sondages

>> Comparez les programmes des candidats

>> Quel candidat est proche de vos idées?