Présidentielle: La menace de l'abstention plane sur la campagne

POLITIQUE Les grands partis commencent à s'inquiéter...

Matthieu Goar

— 

Illustration urne et enveloppes. Vote.
Illustration urne et enveloppes. Vote. — ALEXANDRE GELEBART / 20 MINUTES

Plongés dans leur campagne, les politiques ont mis beaucoup de temps à s’apercevoir de la menace de l’abstention qui plane sur la présidentielle. Il y a à peine un mois, en marge d’un déplacement à Londres, François Hollande avait expliqué qu’elle serait peut-être un peu plus forte qu’en 2007 (environ 16%), mais pas massive. Dimanche, changement de ton à La Réunion. «Rien n’est joué pour le premier tour, si l’abstention est forte, tous les sondages sont démentis », a-t-il déploré avant de conclure : « Si les électeurs se dispersent, cela peut avoir des conséquences heureuses ou fâcheuses.»

Une abstention propice à la droite?

Selon un sondage Ifop, publié par Le JDD, l’abstention pourrait atteindre 32% au premier tour, plus que les scores estimés de chacun des candidats. Le PS n’a pas oublié le 21 avril 2002 où une abstention record de 28,4 % avait nui à Lionel Jospin, notamment parce que beaucoup de jeunes ne s’étaient pas déplacés. Cette année d’autres facteurs augmentent la crainte des politiques: le 22 avril tombe lors des vacances scolaires des trois zones et le 6 mai est un week-end propice au pont, alors que la zone B sera encore en congés. Certains socialistes se demandent déjà si cela ne va pas profiter à l’UMP, un parti qui attire généralement plus de personnes âgées, moins susceptibles d’être absentes ces jours-là. « Cela révèle quand même de la politique-fiction, personne ne peut préempter une éventuelle abstention », rétorque à 20 Minutes Valérie Rosso-Debord, déléguée générale adjointe de l’UMP.

Les partis veulent aider les absents

Pour lutter contre l’absentéisme dans les urnes, le PS a mis en place un site destiné à aider chaque citoyen souhaitant voter par procuration en le mettant en relation avec quelqu'un qui se charge de voter à sa place. Idem pour le Front de gauche qui a lancé le même type d'outil. L’UMP va inaugurer cette semaine sa propre plateforme. Les soutiens de Nicolas Sarkozy ont également envoyé 600 000 mails et 300 000 courriers pour rappeler l’importance de se rendre dans l’isoloir.