Olivier Besancenot ne voit pas «la dynamique» du Front de gauche «d'un mauvais oeil»

© 2012 AFP

— 

Olivier Besancenot, candidat à la présidentielle en 2002 et 2007, qui soutient aujourd'hui Philippe Poutou (NPA), a déclaré jeudi soir qu'il ne "voyait pas d'un mauvais oeil" la dynamique électorale du Front de gauche, tout en s'interrogeant sur la position de celui-ci vis-à-vis du PS.
Olivier Besancenot, candidat à la présidentielle en 2002 et 2007, qui soutient aujourd'hui Philippe Poutou (NPA), a déclaré jeudi soir qu'il ne "voyait pas d'un mauvais oeil" la dynamique électorale du Front de gauche, tout en s'interrogeant sur la position de celui-ci vis-à-vis du PS. — Kenzo Tribouillard afp.com

Olivier Besancenot, candidat à la présidentielle en 2002 et 2007, qui soutient aujourd'hui Philippe Poutou (NPA), a déclaré jeudi soir qu'il ne «voyait pas d'un mauvais oeil» la dynamique électorale du Front de gauche, tout en s'interrogeant sur la position de celui-ci vis-à-vis du PS.

«Avec le Front de Gauche, et moi je vais mettre les pieds dans le plat, il y a une dynamique, c'est clair», a-t-il concédé, lors d'une rencontre dans un restaurant parisien du 13ème arrondissement avec une centaine de militants. «Moi je ne la vois même pas d'un mauvais oeil, je vous le dis franchement», a-t-il poursuivi, en reconnaissant qu'au NPA «peut-être que tout le monde ne partagerait pas» ce point de vue.

«Si ça donne confiance à des militants alors tant mieux»

«Je pense tout d'abord qu'en tant que tel c'est pas forcément contradictoire avec un score honorable du NPA» à la présidentielle, a dit l'ex-leader du NPA. «Et si ça donne confiance à des militants alors tant mieux, si ça permet de populariser des solutions qu'on était pratiquement les seuls à défendre, alors tant mieux!», a-t-il assuré.

Mais «il faut voir la suite de l'épisode» a poursuivi Olivier Besancenot. «Jean-Luc Mélenchon dit qu'il n'ira pas dans un gouvernement PS, soit !», mais la vraie question est la suivante: est-ce qu'il trouvera sa place «dans un front d'opposition à la gauche» de l'éventuel futur gouvernement de François Hollande?