Le candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Philippe Poutou, a dit jeudi qu'il ne fallait pas "surfer sur une démagogie sécuritaire", interrogé sur les tueries de Toulouse et Montauban, et la volonté du père de Mohamed Merah de porter plainte contre la France.
Le candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Philippe Poutou, a dit jeudi qu'il ne fallait pas "surfer sur une démagogie sécuritaire", interrogé sur les tueries de Toulouse et Montauban, et la volonté du père de Mohamed Merah de porter plainte contre la France. — Alain Jocard afp.com

Élections

Toulouse: Poutou refuse «de surfer sur une démagogie sécuritaire»

Le candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), Philippe Poutou, a dit ce jeudi qu'il ne fallait pas «surfer sur une démagogie sécuritaire», interrogé sur les tueries de Toulouse et Montauban, et la volonté du père de Mohamed Merah de porter plainte contre la France.

«En isolant les événements, on peut ne pas comprendre tout ça», a-t-il dit sur LCI. «Il y a des gens qui voudraient apparaître comme des sauveurs et des protecteur, alors qu'il y a une logique sécuritaire et répressive qui ne résoud pas les problèmes», a déclaré Philippe Poutou sur LCI.

«On défend la révolte des opprimés»

«Il y a la folie d'un homme, mais il y a aussi une folie sociale, la folie d'un système», a-t-il dit, parlant d'un «problème de racisme, de xénophobie, d'antisémitisme». «On ne justifie pas le terrorisme», a-t-il ajouté. «On dénonce la violence oppressive, la violence qui condamne les gens à la pauvreté».

«On défend la révolte des opprimés», a-t-il encore dit, prenant l'exemple des salariés qui séquestrent leur employeur.