Hollande: Fillon doit «maîtriser son langage» et laisser la justice travailler sur l'affaire Bettencourt

© 2012 AFP

— 

François Hollande a estimé jeudi qu'un "premier ministre devait maîtriser son langage" et que les responsables au pouvoir devaient "laisser la justice travailler en toute indépendance", après des prises de position de François Fillon sur l'affaire Bettencourt.
François Hollande a estimé jeudi qu'un "premier ministre devait maîtriser son langage" et que les responsables au pouvoir devaient "laisser la justice travailler en toute indépendance", après des prises de position de François Fillon sur l'affaire Bettencourt. — Jean-Christophe Verhaegen afp.com

François Hollande a estimé ce jeudi qu'un «Premier ministre devait maîtriser son langage» et que les responsables au pouvoir devaient «laisser la justice travailler en toute indépendance», après des prises de position de François Fillon sur l'affaire Bettencourt. François Fillon a dit ce jeudi sur France Inter qu'on pouvait «s'étonner sur les raisons qui conduisent» à placer en détention l'ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt Patrice de Maistre, avant de «regretter» la phrase et de la «retirer».

«Un premier ministre doit maîtriser son langage, comme un président de la République. Et lorsqu'il s'agit d'enquête menée par la justice, il n'a rien à dire, rien à commenter», a répondu le candidat socialiste à l'Elysée à la presse, interrogé à Montpellier avant une rencontre avec des pêcheurs et une intervention au congrès de la FNSEA. «Il y a une instruction qui est en cours. Je ne sais où elle ira. Il y a effectivement des suspicions, il ne m'appartient pas ici de donner la direction de ces investigations», a-t-il poursuivi.

«La meilleure des positions pour ceux qui sont au pouvoir comme pour ceux qui prétendent demain l'être, c'est de laisser la justice travailler en toute indépendance et en toute sérénité», a-t-il encore dit. Peu avant lui, l'un de ses porte-parole, Bernard Cazeneuve, député-maire de Cherbourg, avait évoqué l'«incapacité profonde de la droite à respecter l'indépendance de la justice», dans un communiqué.