La campagne en direct: Sarkozy tacle Hollande sur le nucléaire... Le PS sort une vidéo pour faire la promotion de la procuration...

E.O.

— 

Montage des principaux candidats à l'élection présidentielle (de gauche à droite: Marine Le Pen (FN), Nicolas Sarkozy (UMP), François Bayrou (MoDem), François Hollande (PS) et Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche))
Montage des principaux candidats à l'élection présidentielle (de gauche à droite: Marine Le Pen (FN), Nicolas Sarkozy (UMP), François Bayrou (MoDem), François Hollande (PS) et Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche)) — 20 Minutes
Lundi 26 mars, J - 27 avant le premier tour

18h35: Alain Juppé l'avoue, il se rêvait président de la République
«C'est vrai que j'ai rêvé d'être président de la République. Mais je ne vais pas me faire hara-kiri», a confié Alain Juppé à des journalistes lors d'un déjeuner en sa mairie de Bordeaux. «Cette fois, c'est passé et en 2017 j'aurais 72 ans, alors ...» Alain Juppé dit savoir ce qu'il fera en cas de réélection de Nicolas Sarkozy, avec qui il en a déjà parlé. Mais il refuse d'en dire plus pour le moment. «Reprendre la présidence de l'UMP si Nicolas Sarkozy est président, ça n'a pas beaucoup de sens», précise-t-il toutefois. «En cas de défaite, ce que je ne peux imaginer, ce n'est pas la même chose.»
18h09: Nicolas Sarkozy appelle ses partisans à se rassembler pour la victoire en mai prochain (au second tour de l'élection présidentielle), avant de finir son discours et de chanter la Marseillaise.

La première partie du discours a concerné la sécurité, revenant longuement sur l'appui de Nicolas Sarkozy aux forces de l'ordre, déclarant qu'il est toujours de leur côté. 

En deuxième partie du discours, pas d'annonce particulière, le candidat est revenu sur ses propositions de campagnes (tel la possibilité de référendum, la formation pour les chômeurs, une Europe renforcée aux frontières...) et sur la promotion du bilan de son action.

>> Pourquoi Nicolas Sarkozy parle-t-il tant de sécurité? C'est à lire ici.
18h09: Nicolas Sarkozy appelle ses partisans à se rassembler pour la victoire en mai prochain (au second tour de l'élection présidentielle), avant de finir son discours et de chanter la Marseillaise.

La première partie du discours a concerné la sécurité, revenant longuement sur l'appui de Nicolas Sarkozy aux forces de l'ordre, déclarant qu'il est toujours de leur côté. 

En deuxième partie du discours, pas d'annonce particulière, le candidat est revenu sur ses propositions de campagnes (tel la possibilité de référendum, la formation pour les chômeurs, une Europe renforcée aux frontières...) et sur la promotion du bilan de son action.

>> Pourquoi Nicolas Sarkozy parle-t-il tant de sécurité? C'est à lire ici.
18h09: Nicolas Sarkozy appelle ses partisans à se rassembler pour la victoire en mai prochain (au second tour de l'élection présidentielle), avant de finir son discours et de chanter la Marseillaise.

La première partie du discours a concerné la sécurité, revenant longuement sur l'appui de Nicolas Sarkozy aux forces de l'ordre, déclarant qu'il est toujours de leur côté. 

En deuxième partie du discours, pas d'annonce particulière, le candidat est revenu sur ses propositions de campagnes (tel la possibilité de référendum, la formation pour les chômeurs, une Europe renforcée aux frontières...) et sur la promotion du bilan de son action.

>> Pourquoi Nicolas Sarkozy parle-t-il tant de sécurité? C'est à lire ici.

18h07: Petit crochet par l'international pour le président-candidat, qui se félicite des opérations en Libye, avant de saluer la victoire de l'ancien Premier ministre Macky Sall au Sénégal face au président sortant Wade.

18h03: Allemagne et euro évoqués maintenant par le candidat Sarkozy. "Si l'euro avait explosé, ce serait l'Europe qui aurait implosé", lance-t-il, avant de critiquer la "germanophobie" de ses adversaires.

17h57: De nouveau, Nicolas Sarkozy revient sur sa proposition de référendum sur la formation professionnelle....et ressort, une nouvelle fois, qu'"à 57 ans (son âge ndlr) on est encore jeune", un leitmotiv dans ses meetinfs.
Le président-candidat évoque aussi la limitation à un juge -le juge administratif-, contre deux juges actuellement, pour trancher dans les cas d'expulsions des immigrés.

17h51: Nicolas Sarkozy martèle des exemples après "Nous, en France". Par exemple: "Nous en France, on en avait marre des grèves où on ne pouvait plus se déplacer, et maintenant on peut le faire (grâce à la loi sur le service minimum ndlr)"... ou encore "Nous en France, on veut que la mère de famille qui a voulu se consacrer à l'éducation en ait le droit, et qui, les enfants devenus grands, veut reprendre un emploi, dtoit avoir droit à une formation pour reprendre cet emploi"

17h48: Une sonnerie d'alarme qui retentissait depuis quelques minutes dans la salle de meeting de Nicolas Sarkozy à Ormes (Loiret) s'arrête enfin...."C'est bien quand ça s'arrête" sourit le candidat.

17h45: Nicolas Sarkozy revient sur plusieurs annonces : conditionner l'immigration, lutter contre les intégrismes, renforcer les frontières de l'Europe par une possible remise en cause de l'Espace Schengen, la protection de certains marchés publics au sein de l'Europe...
17h33: Nicolas Sarkozy passe ensuite au thème du nucléaire, qui est l'objet de son déplacement ce lundi. Il réitère son accusation de l'après-midi, à la centrale de Saint-Laurent-des-Eaux, en direction du Parti socialiste, qui s'est vendu "pour un accord politicien" à Eva Joly (EELV).
"On va donc casser la politique énergétique de la France" pour cela, critique le président-candidat.
"Fukushima c'est un tsunami. Je ne savais pas que la Loire c'était un risque immédiat d'un tsunami pour Saint-Laurent-des-Eaux, je ne savais pas que le Rhin pouvait avoir un risque de tsunami pour Fessenheim" déclare le candidat.
"On se sent rassuré de savoir les affaires de l'Etat dans des mains qui ne tremblent pas" critique Nicolas Sarkozy, critiquant le candidat socialiste pour sa versatilité
17h31: Le président-candidat fustige François Hollande sur les mesures antiterroristes, déclarant que le socialiste "n'a jamais voté une seule loi contre le terrorisme, ni même contre la burqa".Nicolas Sarkozy lance ensuite: "Nos compatriotes musulmans doivent savoir qu'ils n'ont rien à craindre dans la République française".
17h28: Le président-candidat estime "indigne de remettre en cause les forces de l'ordre". Il réitère qu'il "assume toutes les décisions prises par le ministre de l'Intérieur". "Je suis clairement du côté des forces de l'ordre", ajoute-t-il, avant de lancer "Honte à certains"
17h25: Nicolas Sarkozy a débuté sa réunion publique à Ormes,dans le Loiret.
Le début de son disours revient sur les tueries de Toulouse et Montauban par Mohamed Merah.
16h45: Sarkozy tacle Hollande sur le nucléaire
«Le consensus sur le nucléaire a été brisé dans des conditions scandaleuses à cause d'un accord électoral entre des gens sectaires qui profitent de Fukushima pour jouer sur la peur et casser le nucléaire français», a lancé le chef de l'Etat en marge de sa visite à la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux, selon notre envoyée spéciale sur place.
16h15: En marge de son déplacement dans le Loir-et-Cher, Nicolas Sarkozy a été interrogé sur le placement en détention provisoire de Patrice de Maistre, l'ancien gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt. Le président-candidat a botté en touche et déclaré qu'il laissait «la justice faire son travail», rapporte notre envoyée spéciale.

15h50: Marine Le Pen: Jean-Luc Mélenchon «ne fera pas la moitié des voix que je ferai»
«Contrairement à lui, je n'ai pas attendu 25 ans dans un siège de sénateur avant de m'intéresser à la classe ouvrière. De toute façon, l'électorat de Jean-Luc Mélenchon, ce n'est pas la classe ouvrière, mais un électorat de bobos», a lancé la candidate frontiste, lors d’une opération de tractage à la sortie la Française de Mécanique, à Douvrin, dans le Nord.
15h10: Nicolas Sarkozy visite en ce moment la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux, dans le Loir-et-Cher
Il est accompagné de Maurice Leroy, ministre de la Ville et président du Conseil général du département. Notre envoyée spéciale est sur place.
14h50: Jean-François Copé est l'invité du Crif ce soir
Le secrétaire général de l'UMP participe à 19h au «rendez-vous politique» organisé par le Conseil représentatif des institutions juives de France, dans le cadre de l'élection présidentielle. Pierre Moscovici, le directeur de campagne de François Hollande, lui succédera, le 2 avril prochain.
14h45: Martine Aubry tient un meeting ce soir à Bruxelles
La Première secrétaire du PS se rend en Belgique pour donner un meeting, à 18h30, à Bruxelles, en soutien à François Hollande. Martine Aubry s'adressera aux Français établis en Belgique, en compagnie de Philippe Cordery, le candidat socialiste aux législatives pour les Français du Benelux.
12h58: Sarkozy, spécialiste du «cirage liquide»
Interrogé sur son service militaire sur France Bleu, Nicolas Sarkozy a expliqué avoir fait «un service militaire brillant en BA 104» où il a passé la majeure partie de son temps «à faire le ménage à Ballard [une caserne de Paris] de nuit, puisque j’arrivais à 22h30 et que je partais à 4h00 du matin». Et d’ajouter: «je suis un spécialiste du cirage liquide et je ne l’ai pas oublié»
12h43: Mélenchon réagi à la sortie de Nicolas Sarkozy ce lundi matin
12h42: Le Parti communiste français a accusé ce lundi Nicolas Sarkozy d'avoir utilisé une «expression clairement raciste» en parlant de «musulmans d'apparence» à propos de militaires tués les 11 et 15 mars à Toulouse et Montauban par Mohamed Merah. Pour le PCF, l'utilisation de l'expression «musulmans d'apparence» est une «inadmissible provocation». «Cette expression, en plus d'être d'une bêtise insondable, est clairement raciste!» ajoute le parti dans un communiqué. «Comment le Président de la République arrive-il à confondre, si ce n'est en le faisant volontairement, affaire de foi et couleur de peau ? En France et dans le monde, il y a des gens athées et il y en a de toutes les couleurs ! Les préjugés racistes du candidat de l'UMP n'y changeront rien», ajoute le parti.  Pour le PCF, le chef de l'Etat a «le devoir d'éviter de se rouler dans la même fange» que la candidate du Front national à l'élection présidentielle, Marine Le Pen, qui n'a de cesse d'établir un parallèle entre l'affaire Merah et l'immigration.
12h32: Le PS lance son dispositif d'aide au vote par procuration
Cette année, le premier tour tombe le 22 avril, jour où les trois zones sont en vacances scolaires. Inquiet de l'abstention, le PS lance aujourd'hui un site www.procuration2012.fr censé aider les personnes qui souhaitent voter  et qui seront absentes à trouver une bonne âme citoyenne pour voter à leur place. Benoît Hamon en a profité pour critiquer le gouvernement: «Manifestement on ne parie pas du côté du gouvernement sur l'intérêt d'une participation massive», a déclaré le porte-parole du PS remarquant qu'il n'y avait pas eu de campagne de promotion du vote par procuration.

La vidéo du PS:



La procuration pensez-y. par PartiSocialiste
12h04: Sur Europe 1, Jacques Cheminade s’est défini comme un «gaulliste de gauche» mais a reconnu qu’il n’avait «l’espoir de faire un score» le 22 avril. Il s’est expliqué sur une partie de son programme, coloniser la Lune et Mars. Il a expliqué qu’il s’agissait d’«une entreprise sérieuse à long terme» et que c’est «l’affaire de deux générations». Et le candidat de Solidarité et progrès d’ajouter: «S'il n'y avait pas d'espace, il n'y aurait pas de coeur artificiel, pas de téléphone portable ni d'ordinateur...»
11h55: Pour Hamon il y  a «manifestement eu un dysfonctionnement grave» du renseignement dans l'affaire Merah
Lors du point presse habdomadaire du PS, le porte-parole du parti a rappelé que «la DCRI est ou pourrait être mise en cause» dans sa gestion de l'affaire Mohamed Merah. Or, selon Benoît Hamon, «la réforme du renseignement intérieur était la grande oeuvre de Sarkozy» au début de son quinquennat [la DCRI est née en 2008 de la fusion de la DST et des RG].
«Les assassinats de Toulouse et Montauban font apparaître des questions», a poursuivi Benoît Hamon, qui se demande «comment un homme surveillé par la DCRI, interdit de vol aux Etats-Unis, qui a fait l'objet de deux plaintes pour séquestration de mineur, peut voyager dans des destinations sensibles [Pakistan et Afghanistan] et se constituer» un tas d'armes. «Manifestement, il y a eu un dysfonctionnement grave» du renseignement, a continué Hamon, d'autant que Mohamed Merah «ne faisait pas beacuoup d'efforts pour échapper à la surveillance».

11h08: Le FN préconise un mois de service militaire obligatoire pour filles et garçons
Florian Philippot, le directeur de campagne de Marine Le Pen, a plaidé sur LCI pour la mise en place d’un de classe militaire obligatoire pour les filles et les garçons de 18 ans qui permettra d'assurer l' «assimilation dans le creuset républicain». Selon lui, cela permettrait de  «détecter les jeunes qui sont déjà sous l'emprise d'une idéologie aussi radicale que le salafisme».
11h05: Jean-Michel Apathie raconte pourquoi selon lui Jean-Luc Mélenchon le «boycotte»
Le journaliste feint de s’étonner sur son blog du refus de Jean-Luc Mélenchon de participer à son émission sur RTL, à 7h50, alors que «tous les (autres) candidats seront présents d’ici au premier tour».
Jean-Michel Apathie pense que le ressentiment que lui porte le candidat du Front de gauche remonte au 21 février 2011, quand il lui a posé une question sur sa position à l’égard du régime cubain. «Aucun homme politique ne doit procéder par insulte, oukase, interdit. Certaines règles de la démocratie doivent être respectées, et nous devons tous y être attentifs», écrit le journaliste. «Les rappels réguliers que j’ai fait de ces principes ont donc indisposé le candidat du Front de gauche. Je regrette qu’il en soit ainsi, mais je ne regrette pas d’avoir formulé mes préventions. Je le ferai aussi souvent que nécessaire», poursuit-il, ajoutant être «prêt aussi à accueillir Jean-Luc Mélenchon sur RTL en ces jours décisifs, à l’accueillir avec professionnalisme et sérénité, pour lui permettre de répondre aux questions sur son programme, sa stratégie, sa vision d’un pays en crise».

10h30: Besancenot sur les chiffres du  chômage : «Ce n’est pas une baisse tendancielle du foutage de gueule en tout cas»
L’ex numéro un du NPA a réagi avec virulence à l’annonce de Nicolas Sarkozy qui a déclaré que «Les chiffres (du chômage) de ce soir manifesteront une amélioration de la situation avec une baisse tendancielle de l'augmentation du nombre de chômeurs» [lire post de 8h29].
«Ce n’est pas une baisse tendancielle du foutage de gueule en tout cas», a estimé Olivier Besancenot sur BFMTV. «Parce que des expressions comme cela, je ne comprends pas ce que cela veut dire», a-t-il poursuivi. «La question qui se pose, c’est de savoir est-ce qu’il y a plus ou moins de chômeurs ?»

10h20: Cécile Duflot ironise sur «l’ultra-personnalisation» autour de Jean-Luc Mélenchon
«Les écologistes assument de ne pas vouloir entrer dans le jeu de l'ultra-personnalisation et de l'ultra-présidentialisation», a déclaré Cécile Duflot sur France Inter. La secrétaire nationale d’EELV a raillé le candidat du Front de gauche qui lui, «le fait avec talent» : «il a dit lui-même qu’il était devenu une institution à lui tout seul !». «Moi ce qui m'intéresse», a-t-elle poursuivi, «ce n'est pas que les individus deviennent des institutions mais que les politiques changent!»
9h48: Marine Le Pen fait un lien entre terrorisme et immigration? «Quelle stupidité et aussi quelle méchanceté!», déplore Pierre Moscovici
Pour le directeur de campagne de François Hollande,  interrogé sur Canal +, Marine Le Pen tente de faire «un amalgame entre les musulmans de France, l'immigration massive et ce type de dérive» comme celle de Mohamed Merah qui ne concerne que «quelques individus».
«Eh bien, je trouve que c'est comme cela que se défait une communauté nationale», a-t-il ajouté. «Les musulmans ont leur place dans la République. Le devoir, c'est l'intégration, ce n'est pas l'amalgame et ce n'est pas les désigner comme je ne sais quel criminel en herbe», a conclu Pierre Moscovici.

9h40: Besancenot dénonce «l’instrumentalisation politique» faite par Sarkozy de l’affaire Merah
«Cette espèce d’omniprésence politique, lui qui demandait de suspendre la campagne... On ne l’a jamais autant vu!», a déclaré l’ex-candidat à la présidentielle, aujourd’hui soutien de Philippe Poutou (NPA), sur BFMTV. «La solidarité je l’ai avec les familles», a poursuivi Olivier Besancenot, «je ne peux pas être à l’unisson aux côtés d’une Marine Le Pen, d’un Claude Guéant, d’un Nicolas Sarkozy sur le thème du racisme, je n’arrive pas».

9h25: Hollande: «Je ne suis ni un socialiste modéré, ni modérément socialiste. Je suis socialiste, c’est tout»
Le candidat PS indique, dans une interview à Libération qu’il «est bon, lorsqu’on fait campagne pour l’élection présidentielle, de garder une ligne claire». «Mon projet est socialiste et je suis socialiste», poursuit François Hollande, qui affirme n’être sensible «ni aux sirènes du néolibéralisme, ni être partisan d’un Etat qui décide de tout au-dessus de la tête des citoyens, des forces sociales et des partenaires sociaux». «Je ne suis ni un socialiste modéré, ni modérément socialiste. Je suis socialiste, c’est tout», assure encore le député de Corrèze, qui précise que cela signifie «justice sociale», «croissance solidaire et durable» et «sincérité».
9h10 : Jacques Cheminade: «Je suis un gaulliste de gauche»
Interrogé sur Europe 1, le candidat de Solidarité et Progrès a affirmé qu’il était un «gaulliste de gauche». «De Gaulle disait "être gaulliste c’est difficile, être de gauche, c’est encore plus difficile". Alors être gaulliste de gauche…Hé bien j’ai choisi une voix difficile!», a poursuivi Jacques Cheminade.
9h: Le PS lance «Radio Hollande», sa webradio de campagne
Radio Hollande va émettre du lundi au vendredi de 18h à 19h30, depuis le QG du candidat socialiste. La première a lieu ce lundi soir, sera animée par Pierre Lescure et aura pour invitée Ségolène Royal. Chaque jour, une libre antenne – «Allo François» – va permettre aux auditeurs de poser des questions en direct. Les internautes peuvent également déposer des messages sur un répondeur dédié ou sur le site de campagne.
8h29: Sarkozy annonce une «augmentation modérée» du chômage en février. Les chiffres, qui seront publiés ce soir, «manifesteront une amélioration de la situation avec une baisse tendancielle de l'augmentation du nombre de chômeurs».
8h27: «Je n'ai pas compris les pulsions germanophobes qui ont saisi certains dirigeants du PS», déclare Sarkozy.
8h24: «Je considère indignes les attaques contre la police» dit Sarkozy
Nicolas Sarkozy se dit «indigné » par les polémiques contre le Raid. Il cite «des socialistes», puis, du bout des lèvres, Christian Prouteau, le créateur du GIGN, qui a critiqué l'intervention des policiers.
Sans le nommer, le chef de l'Etat dénonce Prouteau, «mis en cause dans l'affaire des Irlandais de Vincennes».
8h20: Sarkozy rappelle ses propositions énoncées la semaine dernière: Punir pénalement la fréquentation de sites faisant l'apologie du terrorisme ou du djihad. Il n'y aura pas de session exceptionnelle du Parlement avant l'élection pour faire voter ce texte, a toutefois précisé le Président.
8h15: Les «amalgames n'ont aucun sens» poursuit le candidat, qui rappelle que deux soldats tués par Mohamed Merah étaient «musulmans, en tout cas d'apparence».
Par ailleurs, Nicolas Sarkozy s'oppose au voyage en France de Youssef Al-Qaradaoui. «J'ai indiqué à l'émir du Qatar lui-même que ce monsieur n'était pas le bienvenu sur le territoire de la République française». Le prédicateur controversé doit se rendre en France début avril à l'invitation de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF).
8h14: «Peut-il y avoir d'autres Mohamed Merah en France?» demande la journaliste de France Info, évoquant les propos de Marine Le Pen, qui a estimé dimanche que «plusieurs Merah arrivaient par bateaux» dans le pays.
«Dès qu'il y a quelque chose d'outrancier à dire, on peut compter sur Marine Le Pen», dit Sarkozy, qui crtique cette position. Selon lui, on ne peut pas «assimiler Merah, né en France, aux migrants». «Dire "immigration = Mohamed Merah", cela n'a aucun sens», poursuit le chef de l'Etat.
8h12: Nicolas sarkozy revient sur l'affaire Merah
Le président-candidat évoque un «jeune homme d'une brutalité inouïe», qui s'est «audoradicalisé», et est passé de la délinquance au terrorisme».
8h10: L'élection de Sall au Sénégal est «une très bonne nouvelle» selon Sarkozy
8h05: François Hollande, lui, va rencontrer les syndicats de la Poste ce matin
Ce soir à 19h, il sera l'invité du Bondy blog.
8h02: Nicolas Sarkozy est l'invité de France Info ce matin.
Il partira ensuite dans le Loir-et-Cher pour visiter la centrale nucléaire de Saint-Laurent-Nouan, avant de tenir un meeting, en fin d'après-midi à Ormes, dans le Loiret.
Bonjour, et bienvenue sur ce live pour suivre cette nouvelle journée de campagne.