François Fillon: «Il n'y avait aucun élément permettant d'appréhender» Merah avant les drames

N. Bg.

— 

François Fillon est revenu ce vendredi matin sur l'enquête de police ayant permis de repérer et de neutraliser Mohamed Merah, l'auteur présumé des tueries de Toulouse et Montauban.

Après avoir reconnu qu'il était «naturel» de poser des questions sur le déroulement de l'enquête et les «failles» éventuelles des services de renseignement, le premier ministre a assuré au micro de RTL que «la DCRI a parfaitement fait son travail, a identifié (Mohamed Merah) après ses séjours en Afghanistan et au Pakistan, l'a interrogé et l'a surveillé le temps nécessaire». François Fillon a insisté sur le fait qu'«aucun élément permettant d'appréhender Mohamed Merah» n'avait été décelé par la DCRI.

«Certains ont dérapé»

A propos du durcissement de la législation proposé jeudi par Nicolas Sarkozy, François Fillon a juger qu'il «faut durcir» la législation. «Un texte sera proposé au Conseil des ministres dans une dizaine ou une quinzaine de jours. Il sera prêt à être voté dès que le Parlement issu des élections législatives sera formé», a-t-il prévu. Il a précisé que les annonces du Président pourraient être adopté «avant les élections» s'il y avait «consensus» entre les partis.

Au sujet des commentaires des hommes et femmes politiques au sujet de l'opération du Raid et du déroulement de l'enquête, le premier ministre a estimé que «certains ont dérapé», précisant: «Ce n'est pas à moi de les juger (...), ce serait sortir de l'unité nationale que je prône.»


François Fillon, Premier ministre : "Aucun... par rtl-fr