Présidentielle: François Hollande et Nicolas Sarkozy au coude à coude au 1er tour

© 2012 AFP

— 

Huit Français sur dix se déclarent favorables à la formation d'un gouvernement d'ouverture après le 6 mai, qui intégrerait des personnalités qui ne font pas partie de la famille politique du président élu, selon un sondage Ifop pour l'édition de Direct Matin de mardi
Huit Français sur dix se déclarent favorables à la formation d'un gouvernement d'ouverture après le 6 mai, qui intégrerait des personnalités qui ne font pas partie de la famille politique du président élu, selon un sondage Ifop pour l'édition de Direct Matin de mardi — Martin Bureau afp.com

Nicolas Sarkozy progresse de 2,5 points dans les intentions de vote pour le 1er tour de l'élection présidentielle, à 27,5%, talonnant François Hollande qui recule d'un point, avec 28,5%, selon un sondage Ipsos-Logica Business Consulting publié mardi.

Le Pen en recul, Mélenchon en hausse

Au second tour aussi, l'écart se resserre, même si François Hollande l'emporterait confortablement, avec 56% des voix (-2 points) contre 44% au président sortant (+2 par rapport à l'enquête des 2-3 mars), d'après cette enquête réalisée pour Radio France, France Télévisions et Le Monde.

>> Suivez par ici l'évolution des sondages tout au long de la campagne

Au 1er tour, Marine Le Pen n'obtiendrait que 15%, en repli de 2,5 points, tandis que François Bayrou reste stable (13%, + 0,5 point) et que Jean-Luc Mélenchon, crédité de 11,5%, continue d'être à la hausse (+ 2). Eva Joly recueillerait 2% (=), Nicolas Dupont-Aignan 1,5% (+0,5), Nathalie Arthaud et Philippe Poutou, stables tous les deux, 0,5%. Jacques Cheminade obtiendrait moins de 0,5%. Pour une intention de vote entre 10% et 50%, la marge d'erreur d'un sondage évolue entre 1,8 et 3,1 point.

Une majorité sûre de son choix

60% des personnes interrogées ont répondu que leur choix était «définitif» (+3) pour le 1er tour, 40% qu'elles pouvaient «encore changer» d'avis (-3). Par ailleurs, 16% des personnes sondées et se disant certaines d'aller voter n'ont pas exprimé d'intention de vote. Pour le second tour, 76% ont affirmé que leur choix était «définitif» (-1), 24% qu'il pouvait «encore changer» (+1), et 17% des sondés se déclarant sûrs d'aller voter n'ont pas exprimé d'intention de vote.

Au second tour, si 84% des électeurs de M. Mélenchon se reporteraient sur François Hollande, seuls 43% de ceux de Mme Le Pen voteraient pour Nicolas Sarkozy (24% voteraient pour François Hollande, 33% n'exprimant pas d'intention de vote). Les électeurs de François Bayrou se reporteraient à 41% sur François Hollande et à 32% seulement sur Nicolas Sarkozy, les 27% restants n'ayant pas exprimé de choix.