Présidentielle: L'Europe de Nicolas Sarkozy divise

POLITIQUE Selon l'enquête CSA pour «20 Minutes», BFMTV et RMC...

Matthieu Goar
— 
Paris le 11 mars 2012. Reunion publique nationale au parc des expositions de Villepinte avec  Nicolas Sarkozy candidat UMP à l'election presidentielle 2012, president de la Republique Française.
Paris le 11 mars 2012. Reunion publique nationale au parc des expositions de Villepinte avec  Nicolas Sarkozy candidat UMP à l'election presidentielle 2012, president de la Republique Française. — A. GELEBART / 20 MINUTES

C’était l’annonce-surprise de Villepinte. Réélu, Nicolas Sarkozy demanderait à ses partenaires européens de renforcer le contrôle aux frontières de l’Union européenne. Sinon, il suspendrait la participation de la France aux accords de Schengen qui permettent la libre circulation des personnes et des biens entre les pays membres. Cette volonté divise les sondés: 48% l’approuvent et 49% la désapprouvent. L’idée est clivante et réussit à convaincre en profondeur la droite. Intéressant avant un premier tour où les candidats cherchent principalement à rassembler leur propre camp.

Qui monte, qui descend? pour vous y retrouver dans la jungle des sondages, cliquez ici

Des sympathisants du Front National enthousiastes

«De toute façon, il ne cherchait pas en allant sur ce terrain à persuader la gauche ou les Verts. Et quand on détaille les résultats, on peut dire que l’opération est parfaitement réussie», résume Jérôme Sainte-Marie de l’institut CSA. 72% des sympathisants de la droite approuvent en effet cette idée. Un taux qui grimpe à 78% chez les sympathisants du Front national. «Cela prouve que les idées de Nicolas Sarkozy infusent dans l’opinion», estime Valérie Rosso-Debord, députée de l’UMP.

Cliquez ici pour voir les infographies en PDF