Eva Joly lance un appel à la «génération Fukushima» pour la transition énergétique

© 2012 AFP

— 

Eva Joly a lancé samedi à Lyon un "appel" à la "génération Fukushima", lors du premier anniversaire de cette catastrophe nucléaire au Japon, pour qu'elle s'engage dans la "transition énergétique" afin de nous "mettre à l'abri des risques nucléaires et climatiques"
Eva Joly a lancé samedi à Lyon un "appel" à la "génération Fukushima", lors du premier anniversaire de cette catastrophe nucléaire au Japon, pour qu'elle s'engage dans la "transition énergétique" afin de nous "mettre à l'abri des risques nucléaires et climatiques" — Bertrand Guay afp.com

Eva Joly a lancé samedi à Lyon un «appel» à la «génération Fukushima», lors du premier anniversaire de cette catastrophe nucléaire au Japon, pour qu'elle s'engage dans la transition énergétique afin de nous «mettre à l'abri des risques nucléaires et climatiques».

«Si vous avez 20 ans, permettez à celles et ceux qui naissent aujourd'hui de fêter leurs 20 ans dans un monde enfin libéré du nucléaire et engagé dans la transition énergétique», a déclaré la candidate d'Europe Ecologie Les Verts à la présidentielle, venue clore la convention nationale d'EELV sur la «transition énergétique». Elle devait participer dimanche à la grande chaîne humaine reliant Lyon à Avignon afin de réclamer la sortie du nucléaire.

«La France a une responsabilité supplémentaire sur la plupart des pays parce que nous sommes le grand promoteur de l'énergie nucléaire et nous devons montrer le chemin pour la sortie mondiale du nucléaire», a poursuivi Joly en détaillant son programme devant quelque 170 personnes.

1 million d'emplois d'ici 2020

Elle a notamment estimé que la «transition écologique» créerait «un million d'emplois d'ici 2020», dont «440.000 directs et indirects dans le BTP», grâce à la «rénovation d'un million de logements par an au niveau basse consommation d'énergie».

Eva Joly a également proposé d'investir «quatre milliards d'euros par an dans les transports alternatifs à la voiture et au camion», en développant le réseau ferré local et le fret ferroviaire.

Jugeant que l'objectif européen d'avoir 23% d'énergies renouvelables en 2020 était un minimum, elle a proposé de le porter à 40% hors carburants, un objectif «tout à fait réaliste», selon elle.

Pour la candidate d'EELV, la transition énergétique s'accompagne nécessairement d'une profonde réforme des modes de fonctionnement du système énergétique et notamment un changement du contexte réglementaire et financier pour faciliter les projets.

Elle a également préconisé l'indépendance des entreprises de transport et distribution d'énergie, dotées de capitaux publics, ainsi qu'une nouvelle fiscalité environnementale, avec la création d'une contribution Climat-Énergie.