Les Français votent Hollande en matière de politique culturelle

PRESIDENTIELLE Selon un sondage BVA pour Orange et la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) publié ce vendredi, les Français font plus confiance à François Hollande sur le terrain de la culture...

Anaëlle Grondin

— 

François Hollande, le 29 février 2012, sur RTL. 
François Hollande, le 29 février 2012, sur RTL.  — RTL

A la question «Auquel des candidats à l’élection présidentielle faites-vous le plus confiance en matière de politique culturelle», 40% des sondés ont répondu François Hollande, le candidat socialiste à la présidentielle, selon l’enquête de BVA réalisée les 28 et 29 février sur un échantillon de 1.049 personnes, représentatif de la population française. C’est plus du double par rapport au candidat UMP, Nicolas Sarkozy (18%) et presque trois fois plus que François Bayrou (14%). Suivent Jean-Luc Mélenchon, Dominique de Villepin et Marine Le Pen, à égalité avec 6%.

Pas seulement une question de popularité

«Il ne s’agit pas seulement d’une question de popularité car Nicolas Sarkozy affichait déjà un score faible en 2007 alors même qu’il était beaucoup plus populaire qu’aujourd’hui», précise Céline Bracq, directrice adjointe de BVA Opinion, avant d’ajouter: «François Hollande, lui, améliore nettement le score que Ségolène Royal affichait en 2007: la différence est de 10 points en sa faveur.» 

En outre, 43% des personnes interrogées pensent que la gauche mènerait une politique culturelle meilleure que celle de droite. Elles sont 46% à répondre «ni meilleure ni pire que celle de la droite». 

BVA a également demandé aux sondés quels devraient être les objectifs prioritaires en matière de politique culturelle. Pour 70% d’entre eux, il s’agirait d’entretenir le patrimoine culturel français. 62% des personnes interrogées estiment qu’il faut favoriser l’accès des citoyens à la culture. Puis viennent l’enseignement de l’éducation artistique à l’école (43%), la défense de la diversité culturelle (39%), le soutien aux jeunes artistes (36%), la promotion de la culture française à l’étranger (35%), un meilleur accès des citoyens à la pratique artistique (29%), le développement des offres légales sur Internet (22%) et le soutien à la création contemporaine (17%).

Le mécénat au lieu de l’Etat pour financer la culture

Quel financement pour la culture? Les financements privés de mécènes, de personnalités ou de grandes entreprises devraient être développés en priorité dans les années à venir pour 29% des sondés. «La crise des dettes souveraines explique très certainement cette évolution marquante», estime Céline Bracq. Pendant ce temps, 24% des personnes interrogées penchent pour l’autofinancement grâce au succès rencontré auprès du public, 18% comptent sur les financements publics de l’Etat, 15% sur la taxation des fournisseurs d’accès à Internet et 11% sur les financements publics des collectivités locales.

Céline Bracq précise que «cette question reste clivée politiquement» et que «l’évolution vers plus de financement privé de la culture tient surtout aux sympathisants de droite». «Ainsi, ils sont désormais 41% à privilégier "les financements via des mécènes, des entreprises et des personnalités", c’est 16 points de plus qu’en 2007. La progression en faveur du privé, moins marquée à gauche, est toutefois notable (+10 points)», conclut la directrice adjointe de BVA Opinion.

>> Et vous, à quel candidat faites-vous le plus confiance dans ce domaine? Quelles devraient être les priorités culturelles à votre avis? Qui devrait financer la culture? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.