Carte Vitale, formation professionnelle...: Les propositions que Nicolas Sarkozy a faites ce jeudi

POLITIQUE Le Président-candidat a distillé quelques mesures lors de son interview sur BFMTV et RMC...

E.O.

— 

Nicolas Sarkozy, interrogé sur BFMTV et RMC, le 8 mars 2012.
Nicolas Sarkozy, interrogé sur BFMTV et RMC, le 8 mars 2012. — BFMTV

Certes, Nicolas Sarkozy a annoncé que s’il n’était pas réélu, il renoncerait à toute vie politique. Mais ce jeudi, c’est en candidat qu’il a lancé quelques propositions, pour continuer à «protéger au mieux les Français».

Formation professionnelle
Le candidat entend faire avec la formation professionnelle la première grande réforme de son quinquennat, en cas de victoire. «Je veux changer complètement le système de la formation professionnelle», a-t-il martelé, soutenant que ce secteur «représente aujourd’hui 35 milliards d’euros» et «est explosé entre les partenaires sociaux, le patronat, et régions et l’Etat». Nicolas Sarkozy entend ainsi créer un «Comité national de la formation professionnelle», qui  devra identifier chaque année, avec les chefs d'entreprises, les syndicats, les régions et l'Etat, les formations préparant à un emploi.

Pensions alimentaires
Nicolas Sarkozy propose la création d’une «agence de recouvrement des pensions alimentaires». Cette dernière permettrait de «soulager la souffrance de ces mères qui n'arrivent pas à s'en sortir» en «recouvrant les pensions alimentaires en lieu et place d'une femme abandonnée par le père de ses enfants». Selon lui, cette situation concerne «3,1 millions d'enfants et 36.000 femmes».

Fraudes à la sécurité sociale
«Nous allons transformer la carte Vitale, comme nous avons transformé le passeport et la carte d'identité, avec un système biométrique», a annoncé le candidat. Selon lui, cela va aider à lutter contre la fraude, due en partie au fait que la moitié seulement des cartes Vitale sont dotées d’une photo d’identité. «Notre système social est le meilleur et le plus généreux au monde», a estimé Nicolas Sarkozy, «il nous impose de lutter contre la fraude et de demander un effort aux Français comme aux étrangers qui en bénéficient».

Banlieues
Interpellé par un auditeur de RMC sur la question des banlieues, Nicolas Sarkozy a annoncé qu’il dévoilerait bientôt un deuxième plan de rénovation des quartiers en difficulté, «pour concentrer l'argent sur les quartiers les plus prioritaires, ceux que nous n'avons pas encore refaits». Le Président-candidat s’est dans le même temps défendu de n’avoir rien fait pour les banlieues: «Il n'y a pas un seul quartier qui, il y a dix ans, était dans un état de délabrement qui ne fasse aujourd'hui l'objet d'opérations de rénovation lourde». «S'il y a bien un pays qui a pris en main la question des banlieues, c'est la France», a-t-il poursuivi, indiquant que 45 milliards d’euros ont été consacrés à la réhabilitation des quartiers en 10 ans.