Eva Joly accuse Sarkozy, Guéant, Hortefeux de «xénophobie» dans «leur expression»

© 2012 AFP

— 

Eva Joly, candidate EELV à l'Elysée, a assuré jeudi qu'avec les projets de Nicolas Sarkozy sur l'immigration, la jeune fille au pair norvégienne qu'elle était en son temps n'aurait "pas pu épouser" son mari français.
Eva Joly, candidate EELV à l'Elysée, a assuré jeudi qu'avec les projets de Nicolas Sarkozy sur l'immigration, la jeune fille au pair norvégienne qu'elle était en son temps n'aurait "pas pu épouser" son mari français. — Bertrand Guay afp.com

Eva Joly, candidate EELV à l'Elysée, a accusé ce jeudi Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux et Claude Guéant de «xénophobie» dans «leur expression» Sur Europe 1, l'eurodéputée a assuré qu'en France, «il y a une xénophobie ambiante, qui est portée malheureusement au plus haut niveau de notre Etat».

«Un Brice Hortefeux, un Claude Guéant et même Nicolas Sarkozy, dans leur expression, ont une xénophobie», a estimé l'ex-juge d'instruction. «Souvenez-vous Claude Guéant qui dit : "les cultures ne se valent pas toutes". La supériorité d'une culture, c'est la porte d'entrée à la supériorité des races», a encore dit la candidate d'Europe Ecologie-les Verts.

«Avec cette politique-là il n'y aurait pas la place pour Picasso en France»

La candidateà l'Elysée a également assuré qu'avec les projets de Nicolas Sarkozy sur l'immigration, la jeune fille au pair norvégienne qu'elle était en son temps n'aurait «pas pu épouser» son mari français. Elle a para ailleurs qualifié d'«indigne» la volonté de diviser par deux l'immigration légale annoncée mardi par le président-candidat.

«Je pense à la jeune fille que j'étais quand je suis tombée amoureuse de Pascal», a-t-elle évoqué. «Nous avons vécu dans 14 m2, dans une chambre de bonne». «Avec les critères qu'il propose là, parler français, avoir un boulot, un logement décent, la France se serait privée de Marie Curie, de Jane Birkin, de Dalida et tant d'autres».

«Avec cette politique-là il n'y aurait pas la place pour Picasso en France», a insisté l'ex-juge d'instruction et eurodéputée.