Jean-Jacques Aillagon soutient François Hollande

E.O.

— 

«Le 22 avril prochain, je voterai pour François Hollande». Ainsi commence la tribune que Jean-Jacques Aillagon, ex-ministre de la Culture du gouvernement Raffarin, publie dans Libération ce jeudi. «Il y a dans l’alternance politique une nécessité démocratique qui, seule, permet, à un moment donné, le ressaut nécessaire au renouveau», estime l’ancien ministre.

Pour Jean-Jacques Aillagon, «la démocratie ne gagne rien à s’enkyster dans la domination trop longue d’un parti qui finit par s’imaginer en seul héritier légitime du droit de conduire les affaires publiques, au risque de favoriser les mauvaises habitudes».

«Je sais que je romps avec ce qui fut mon camp»

L’ancien président du Château de Versailles affirme qu’ «il n’y aura d’alternance possible que grâce et avec François Hollande», qui a «les qualités humaines et politiques requises pour être un bon président de la République». Et Jean-Jacques Aillagon de louer un François Hollande «à l’esprit fin et subtil», s’exprimant «avec fermeté», marquant «dans la désignation de ses objectifs une sûreté impressionnante».

«Je sais que je romps avec ce qui fut mon camp», écrit l’ancien ministre, «c’est pourtant le choix que je fais», «par conviction et sincérité». «Sans regret, j’estime que le seul parti à prendre en la circonstance, c’est celui de ce que je crois être l’intérêt de la France : l’élection de François Hollande», conclut-il.