Hollande brosse le portrait de sa présidence et tacle Sarkozy

PRESIDENTIELLE Invité du JT de France 2, François Hollande a entretenu par ailleurs le mystère sur l'identité de son futur éventuel Premier ministre...

N. Be. avec Reuters

— 

Le candidat socialiste François Hollande le 20 février 2012 à Bonneuil-sur-Marne.
Le candidat socialiste François Hollande le 20 février 2012 à Bonneuil-sur-Marne. — LEMOUTON-POOL/SIPA

Alors que les sondages continuent de le donner gagnant, François Hollande se dit «prêt» à présider la France. Invité du journal de 20 heures de France 2, le candidat socialiste à l'élection présidentielle a même indiqué avoir déjà «réfléchi» au nom du prochain Premier ministre, tout en précisant qu'il ne dévoilerait son nom qu'après son éventuelle élection.

>> Revivez son interview au JT de France 2 par ici

«Si je n'étais pas prêt, je ne me serais pas présenté à la présidence de la République. Si je n'étais pas prêt, je n'aurais pas été candidat dans les primaires qui m'ont choisi, si je n'étais pas prêt, je ne serais pas en face de vous pour parler de l'avenir de la France», a-t-il déclaré. «Je ne suis pas candidat pour parler de moi, je suis candidat pour parler des Français, pour parler de leur avenir, ça fait toute la différence. Je ne suis pas dans une exhibition», a-t-il ajouté, critiquant en creux le style de son principal adversaire, le président sortant Nicolas Sarkozy.

Il garde le secret sur l'identité de son éventuel Premier ministre

A moins de deux mois du premier tour, le 22 avril, François Hollande a rappelé sa volonté d'être un président «impartial» et «indépendant». «Je serai le chef de l'Etat, je ne serai pas le chef d'un parti», a-t-il dit. François Hollande a dit avoir déjà réfléchi aux personnes qu'il pourrait nommer au poste de Premier ministre. «Oui, j'ai réfléchi et en même temps j'ai le respect des Français», a dit le favori des enquêtes d'opinion depuis son entrée en lice.

«Je ne suis pas, malgré tous ces sondages, dans l'idée que l'élection serait faite. Rien n'est acquis, rien n'est conquis rien n'est aujourd'hui établi.» «Pour Matignon, ma décision sera connue lorsque je serai devenu président de la République, pas avant», a-t-il précisé. François Hollande a confirmé son souhait de nommer un gouvernement paritaire ayant un nombre égal d'hommes et de femmes, et respectueux de la «diversité».

Hollande se pose en «rassembleur»

«Il y aura dans le gouvernement des personnes d'expérience et des personnes tout à faire nouvelles», a-t-il prédit. «Je veux un gouvernement paritaire avec le souci de la diversité.» Le candidat PS a dit vouloir faire respecter la parité et la diversité dans d'autres instances comme le Conseil d'Etat, le Conseil constitutionnel et le Conseil supérieur de l'audiovisuel.

Accusé la veille par Nicolas Sarkozy de ne pas savoir trancher, François Hollande s'est inscrit en faux. «Moi je sais dire non: non à la finance folle (...), non à des rémunérations indécentes (...), non à des avantages fiscaux qui ont bénéficé aux plus hauts patrimoines, non à l'orientation actuelle de l'Europe qui généralise l'austérité», a-t-il dit. «Mais je sais dire oui.» «Il faut trancher, mais sans pour autant oublier d'associer d'autres à la décision, la concertation, le dialogue», a ajouté le candidat, qui se pose en «rassembleur».