Les approximations de Nicolas Sarkozy

POLITIQUE Lors de l'émission «Des paroles et des actes», Nicolas Sarkozy s’est parfois montré imprécis sur les chiffres. «20 Minutes» a repéré quelques-unes de ses erreurs...

M.P.

— 

Nicolas Sarkozy sur le plateau de «Des paroles et des actes», le 6 mars 2012.
Nicolas Sarkozy sur le plateau de «Des paroles et des actes», le 6 mars 2012. — AFP

L'EPAD
Nicolas Sarkozy regrette «ô combien» d'avoir conseillé à son fils de prendre la tête de l'Epad (Etablissement public pour l'aménagement de la région de la Défense). Mais, a-t-il expliqué, «comme ce poste que j'avais exercé n'était pas rémunéré (...), je me suis dit 'Jean peut faire acte de candidature, ça n'a aucune importance'». Surtout, il faut que ce poste soit occupé par un conseiller général, ce qui est le cas de Jean Sarkozy. Faux, puisque l'actuelle présidente de l'organisme est Joëlle Ceccaldi-Reynaud. Or, elle n'est «que» députée-maire de Puteaux.

Le chiffre du chômage
Laurent Fabius lui a lancé que sous son quinquennat, le chômage avait augmenté de 1 million. «Un million c'est faux, c'est un fait», rétorque Sarkozy, assurant que le nombre de chômeurs a augmenté de 400.000 et l'accusant d'additionner 600.000 temps partiel. Sauf que d'après les chiffres de la Dares (Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques), si on se base sur les chômeurs de catégorie A, ceux qui sont sans activités, Laurent Fabius est plus proche de la vérité que Nicolas Sarkozy. En août 2007, il y avait 2,098 millions de chômeurs de catégorie A. En février 2012, la Dares en comptait 2,862 millions. Soit un écart de 764.000.

La TVA Sociale
Nicolas Sarkozy a réaffirmé qu’il comptait augmenter la TVA d’1,6 point pour privilégier les entreprises françaises. Une hausse qui amènera immanquablement à une hausse des prix d’au moins «1 point», a estimé Laurent Fabius. Faux, a rétorqué Nicolas Sarkozy, se fondant encore une fois sur l’exemple allemand. «Avec 3% d'augmentation de TVA en Allemagne, les prix ont augmenté de 0,5 point, ils augmenteront dans une même proportion en France», a assuré Nicolas Sarkozy, donc d’à peine 0,25 point. Sauf que d’après un rapport de la Bundesbank, cité par un rapport de la Cour des comptes, «l’augmentation de 3 points de la TVA aurait contribué pour 2,6 points à la hausse des prix en 2007».

>> Revivez l'émission de mardi soir par ici

 

Le coût des 7 heures d’intérêt généraux pour le RSA
Nicolas Sarkozy a redit qu’il voulait généraliser ces 7 heures hebdomadaires. «Rémunérées», a-t-il précisé encore. Mais pour quel coût? Le candidat-Président a précisé que la charge serait partagée par l’Etat et les collectivités territoriales, pour un coût de 500 millions d’euros par an. D’après le chiffrage du think tank de l’Institut de l’entreprise, il faudrait plutôt compter une fourchette entre 800 miillions d’euros et 1,5 milliard d’euros.

>> Les principales annonces de Nicolas Sarkozy

Le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux
Pour Nicolas Sarkozy, cette règle, qui instaure le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite a permis de faire 5 milliards d’euros d’économie en cinq ans. Une estimation largement supérieure à celle de la cour des Comptes de 2011, qui la chiffre à 100 millions d’euros par an.

La lutte contre les fraudes fiscales
Le chef de l’Etat a affirmé que la lutte contre les fraudes fiscales a déjà permis de récupérer 5 milliards d’euros. Mais sur son site, la franceforte.fr, on parle de la détection de 3,4 milliards d’euros de fraudes.


Sur le programme de François Hollande
Il n’y a aucune trace du mot «compétitivité» dans le programme du socialiste, a assuré Nicolas Sarkozy. Faux, le mot apparaît page 7, dans la première mesure du socialiste. Sur le quotient familial, Nicolas Sarkozy a également annoncé que le socialiste voulait le supprimer. C’est également faux, il a expliqué qu’il voulait le «moduler» pour redistribuer envers les foyers les plus modestes. Le socialiste a également assuré que la taxe professionnelle, supprimée par le gouvernement, allait être rétablie par le socialiste s’il était élu. François Hollande a réfuté ce mercredi matin sur Europe 1. «Nous n’allons par rétablir la taxe professionnelle. Mais il faudra néanmoins chaque année trouver 7 milliards d’euros dont ont été affaiblies les recettes de l’Etat», a-t-il annoncé. Il ne l’a pas fait cette fois, mais Nicolas Sarkozy a pour habitude de dire que François Hollande veut régulariser tous les sans-papiers. Le socialiste propose en fait une régularisation au cas par cas.