«Des paroles et des actes» en direct: Sarkozy débat avec Laurent Fabius

Anne-Laëtitia Béraud

— 

>> Ce live est désormais terminé. Merci de l'avoir suivi sur 20 Minutes. Vous pouvez commenter le débat dans nos commentaires en bas de page.

23h50: C'est fini! Après 3h20 d'émission politique, 20 Minutes vous souhaite de bonnes lectures sur notre site, et une bonne nuit!

23h48: Dernière phrase pour Nicolas Sarkozy, en direction des journalistes: 'quand je vous vois ce soir, je me dis que vous n'allez pas vous en remettre si je ne gagne pas... C'est ma conclusion' alors qu'il estime qu'il n'a pas forcément été heureux en 2007

23h46: ...auquel Nicolas Sarkozy rétorque: 'Quel regret qu'entre 2005 et 2007 vous n'ayez pas été aussi élogieuse sur ma campagne dans votre chronique... Vous la décrivez comme magique. Vous êtes impressionnée par le succès et vous me voyez déjà en échec'.
'A ceux qui voudraient me convaincre comme un boxeur et sans humanité, je dis que je ne suis pas sans sentiment' juge Nicolas Sarkozy

23h45: 'Tout le monde ne semble pas parler de la même voix dans votre équipe' estime Hélène Jouan

23h43: Nicolas Sarkozy fait sa pub pour le grand meeting de Villepinte, dimanche prochain...

23h42: Hélène Jouan trouve que le président de 2007 et celui de 2012 se ressemble...'J'ai vu qu'être président, ce n'est pas une plaisanterie, ce n'est pas un jeu' estime-t-il après avoir déclaré avoir 'appris une chose: il y a des souffrances, un désespoir, à qui même un président ne peut répondre. J'ai appris une forme d'humilité face aux difficultés de la vie'

23h40: Nicolas Sarkozy revient à l'équilibre budgétaire qu'il souhaite pour la France, jugeant que 'l'année dernière, nous avons fait 50 milliards d'économies. C'est la première fois depuis 1945 que les dépenses de l'Etat vont reculer, avec l'objectif de l'équilibre des comptes en 2016'

23h38: Franz-Olivier Giesbert demande: 'Vous sentez vous coupable du désastre actuel des finances publiques?'

23h35: Pêle-mêle, Nicolas Sarkozy promet le retour à l'équilibre en 2016, évoquant ici plusieurs réformes, dont celle de la carte judiciaire, qui a fermé des tribunaux, ou encore celle concernant la santé, avec la fermeture de maternités en 2008

23h32: Le journaliste Franz-Olivier Giesbert questionne maintenant sur le mea culpa de Nicolas Sarkozy.... qui répond que toute réponse serait interprétée.. 'soit je fais un méa culpa, je manque de pudeur. Si je ne réponds pas c'est la langue de bois' déclare Nicolas Sarkozy

23h27: Dernière partie de l'émission avec les questions de la journaliste Hélène Jouan. Elle questionne sur l'immigration puis sur les parrainages de Marine Le Pen. 'Ce n'est pas à moi de gérer (les parrainages de Marine Le Pen) surtout avec tous ses propos peu aimables à mon endroit'. Nicolas Sarkozy estime qu'il pourrait y avoir une réforme de ce système, avec un parrainage du peuple , soit un peu plus d'un million de signatures.

23h25: Nicolas Sarkozy tacle Laurent Fabius sur la dépense dans sa communauté d'agglomération. Il juge 'vous êtes drogués à la dépense publique' avant de questionner: 'Il y a combien de vice-présidents? Vous adorez dépenser un argent qui ne vous appartient pas'

23h24: Laurent Fabius revient sur les déclarations de Nicolas Sarkozy lors de l'émission 'A vous de juger' en 2007 sur le chômage: 'Si à l'arrivée il y en a 10 % (de chômeurs à la fin de mon quinquennat), c'est qu'il y a eu problème. Ils (devront) en tirer les consequences'.

23h19: Nicolas Sarkozy attaque 'Vous avez eu tort de dire que je m'éloigne des valeurs de la République' estimant que sur la Cour des comptes, sous l'ère Mitterrand, était 'opaque'. 'Jai voulu que les socialistes aient la présidence de la cour des comptes, la présidence de la commission des finances à l'Assemblée nationale..' .
Le président-candidat ajoute qu'il n'a
'jamais proposé, moi, la suppression du Sénat : il a fallu que les socialistes arrivent à la majorité pour qu'ils en découvent l'intérêt... La tradition, à gauche, c'est l'entre-soi'

23h17: Nicolas Sarkozy répond en conclusion: 'J'ai du respect pour vous, Laurent Fabius. Mais j'ai pas beaucoup de leçons à recevoir de quelqu'un militant pour que Dominique Strauss-Kahn soit président' auquel répond Laurent Fabius rétorque: 'Le niveau monte très haut'

23h15:Dernier sujet de l'émission et critique. Laurent Fabius juge que Nicolas Sarkozy concentre 'tous les pouvoirs', estime que Nicolas Sarkozy a 'pris des distances' avec des valeurs républicaines et un équilibre des pouvoirs..

23h12: Laurent Fabius et Nicolas Sarkozy continuent de s'envoyer des tacles 'je ne veux pas croire à votre incompétence donc je pense qu'il y a beaucoup de mauvaise foi.' 'tartuffe', 'cuistre' envoie Nicolas Sarkozy à Laurent Fabius

23h10: Laurent Fabius critique Nicolas Sarkozy sur la TVA car selon lui, si Sarkozy était réélu, 'la TVA de 19,6 à 21,2%. Concernant l'Allemagne, le problème de compétitivité est un problème de qualité car il n'y a pas de dynamisme suffisant. C'est vers ça qu'il faut aller, et non augmenter la TVA' estime-t-il

23h07: Le débat oppose Nicolas Sarkozy et Laurent Fabius. Pendant ce temps, Nadine Morano estime....

23h04: Sarkozy reparle de sa proposition de campagne sur le référendum sur les chômeurs et leur formation. 'Au lieu de rester chez soi en pensant qu'on n'est bon à rien, chacun aura un droit à la formation' estimant que 'quand on a 57 ou 58 ans, on n'est pas foutu. On peut avoir une formation qualifiante, pour laquelle on sera rémunéré, et on aura une proposition d'emploi qui correspond à cette formation'

23h00: Tacle entre les deux responsables sur le quotient familial, Nicolas Sarkozy estime que les socialistes veulent le supprimer: 'mensonger' répond Laurent Fabius.
>> Dans les propositions du candidat sur le quotient, il était pourtant question 'd'aménagement', à lire ici

22h57: Laurent Fabius critique 'les chiffres faux' du programme économique du candidat, sur la TVA et la prime pour l'emploi.Les deux responsables ne sont pas d'accord sur le montant de la proposition de Nicolas Sarkozy...

22h54: Nicolas Sarkozy répond à la critique de Laurent Fabius, estimant que les socialistes 'croient au partage du temps de travail, je crois au travail, à la valeur travail'. Un slogan 'la valeur travail' que l'on retrouve dans de nombreux meeting du candidat UMP.
Il ajoute que 'le pouvoir d'achat a augmenté de 0,4% chaque année en France, parce qu'on a fait les heures supplémentaires défiscalisées'

22h54: Nicolas Sarkozy tacle 'Quand vous compariez Hollande à une fraise des bois, je ne suis pas sûr qu'il l'appréciait beaucoup' ......

22h53: Nicolas Sarkozy critique les chiffres de Laurent Fabius en expliquant que 'vous additionnez les chômeurs et les travailleurs à temps partiels. Vous ne pouvez pas les additionner!'

22h49: Laurent Fabius critique la gestion de Nicolas Sarkozy de la crise 'Mais comme le dit la Cour des comptes, la crise n'explique qu'une partie seulement, la politique gouvernementale explique beaucoup aussi' estime-t-il.
Les deux candidats se balancent maintenant des piques sur la modestie et la fausse modestie...
22h47: Après le chômage, Laurent Fabius tacle sur le pouvoir d'achat, car 'quand on regarde la situation de la majorité des Français, il n'y a pas eu de progression, sauf pour une catégorie privilégiée'. Le socialiste balance : 'Votre bilan, c'est votre boulet'

22h46: Laurent Fabius explique que 'sur l'emploi, quand vous avez été élu, place de la Concorde (place qui se trouve à Paris), vous avez dit que vous vous engagiez pour le plein emploi. Aujourd'hui, il y a un million de chômeurs en plus'...Une déclaration 'fausse' pour Nicolas Sarkozy

22h43: Laurent Fabius tacle Nicolas Sarkozy: 'Il faut certaines qualités dans la période où nous sommes: rassembler et non diviser, prononcer des propos d'exclusion. La deuxième qualité, c'est se maîtriser'...auquel rétorque le président-candidat: 'Vous avez été premier ministre il y a 26 ans, ce n'est pas faute d'avoir essayé d'être candidat'..

22h41.Nicolas Sarkozy ressort une critique de Laurent Fabius sur François Hollande disant 'pour être élus président, il n'y a que deux personnes hormis moi : Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn. Vous imaginez François Hollande président? On rêve!'. 
Laurent Fabius se justifie: 'Je n'ai pas toujours eu de bons rapports avec François Hollande'.
22h38: Laurent Fabius débat avec Nicolas Sarkozy. 'On a entendu beaucoup de paroles, certaines violentes, désagréables' estime Laurent Fabius qui juge par ailleurs que 'j'ai entendu M. Sarkozy dire que M. Hollande ne sait pas dire non, qu'il ne sait pas trancher... je ne sais pas si c'est virulent ou violent, en tout cas c'est faux'

22h36: Ségolène Royal, son ex-rivale en 2007 écrit ce tweet

22h32: Le candidat évoque sa relation avec François Hollande 'j'ai des rapports cordiaux, je le connais bien, c'est un homme intelligent, je n'ai jamais eu de problème avec lui. C'est un homme qui n'a jamais exercé la moindre responsabilité au plus haut niveau de l'Etat' 'il n'aime pas trancher, il n'aime pas choisir, il a tendance à dire oui à tous ceux qu'il s'adresse' tacle le candidat.
Ses propositions 'tournent le tournis' selon Nicolas Sarkozy. 'François Hollande est un homme qui a du mal à dire non' estime-t-il.

22h30: Nicolas Sarkozy passe aux internats d'excellence. Il en a d'ailleurs visité un la semaine dernière à Montpellier. il explique qu'il a mis en place d'études dirigées, et qu'on va 'vers les 20.000 places' (contre 10.000 actuellement)

22h26: Questionné sur ces promesses non tenues à Florange, Nicolas Sarkozy s'explique: 'J'ai obtenu de M. Mittal qu'il investisse 17 millions d'euros tout de suite' ajoutant que les '571 salariés ont retrouvé un emploi, il n'y a pas eu de licenciement' . Et ajoute: 'Si on ne promet rien, on en risque rien'
22h25: A la question sur la polémique concernant son fils Jean, qui a failli être placé à la tête de l'établissement public de la Défense, Nicolas Sarkozy répond en attaquant ses adversaires politiques: 'Marine Le Pen n'a pas trop de complexe de diriger un parti préparé par son père. Je ne veux pas faire succéder quelqu'un qui porte mon nom à la tête de l'UMP. Ca n'a pas pénalisé Martine Aubry de succéder à son père, Jacques Delors'.

Point de notre journaliste Alexandre Sulzer:
Nicolas Sarkozy affirme que le président de l’Epad est forcément un conseiller général, ce qui expliquerait qu’il ait songé à son fils, lui-même conseiller général. Faux, Joëlle Ceccaldi-Reynaud, l’actuelle présidente, n’est pas conseillère générale mais « simplement » maire de Puteaux
22h20: Nicolas Sarkozy parle du régime du président syrien Bachar El-Assad, qui organise une répression sanglante dans son pays. Par rapport à 2008, Nicolas Sarkozy 'avoue (s)on incompréhension totale devant l'évolution de la situation en Syrie. Il y a deux ans, il ne massacrait pas les femmes et les enfants. Il n'étais pas un démocrate, d'accord, mais il n'était pas un assassin'. Bachar El-Assad est tenu responsable par Nicolas Sarkozy de l'attaque des journalistes à Homs, qui a fait deux morts et des blessés (dont Edith Bouvier qui a été depuis rapatriée.).
Nicolas Sarkozy ne veut pas faire d'opérations militaires en Syrie 'sans un mandat très clair de l'ONU' explique-t-il.
22h17: Nicolas Sarkozy continue sur l'immigration estimant que la couverture maladie universelle (CMU) ne doit pas être remise en cause pour tous, ajoutant que 20.000 étrangers bénéficient du minimum vieillesse; il continue sur une  idée de campagne: pour les expulsions, il ne veut qu'un seul juge, contre deux actuellement.

22h17: sur Twitter, après une réaction à droite, une à gauche...

22h14. Nicolas Sarkozy parle de l'immigration, expliquant que 'sur l'immigration, nous avons aujourd'hui un problème. C'est un atout, la France est un pays ouvert, mais notre système d'intégration fonctionne de plus en plus mal' ajoutant que  'les étrangers ont de plus en plus de mal à trouver un logement ou une école'

22h13: Sur Twitter, les réactions pleuvent. Par exemple le député UMP Lionel Tardy...

22h10: 'C'est vous qui tournez en rond, avec vos commentaires et vos petites phrases' critique le candidat à l'adresse du journaliste. Nicolas SArkozy tacle aussi Le Monde: 'Quand je parle d'immigration, samedi, que n'ai-je pas dit, cela se retrouve en une sur le site d'un grand journal du soir'...

22h08: Les désaccords entre Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen portent sur l'IVG, les immigrés... 'Je suis en désaccord sur les mots' explique-t-il. 'La polémique de Mme Le Pen (sur la viande halal ndlr) sent mauvais' estime-t-il, ajoutant 'retrouver des relents de haine' du côté de Marine Le Pen....et du côté de la gauche qui aurait dit 'la finance c'est l'ennemie' dit-il, sans citer François Hollande.

22h05: 'Le bon sens ce n'est pas une question de droite ou de gauche'. 'La lecture gauche-droite n'intéresse personne' ajoute Nicolas Sarkozy. 'Votre grille de lecture est démodée, elle est hors-sol' critique le candidat à l'adresse du journaliste.

22h04: Nouvelle séquence politique avec Fabien Namias, qui va questionner sur la 'droitisation' du programme du candidat, et des propositions similiaires entre le FN et l'UMP

22h00 'Dire que j'ai fait des cadeaux aux riches, c'est une malhonneté. La réforme sur l'ISF a été intégralement compensée par l'accroissement de l'imposition sur la succession des grands patrimoine ' explique Nicolas Sarkozy, qui ajoute que sur la taxation des revenus financiers, 'nous avons augmenté de 50% leur taxation'. 'Je m'énerve pas du tout j'explique' continue le candidat.

21h56: Nicolas Sarkozy répond à la fiscalité engagée sous son quinquennat, qui a favorisé les plus riches  'C'est faux. C'est une imposture'. Il continue sur ce schéma 'c'est un mensonge éhonté' 'Je suis le seul président en Europe qui a maintenu un impôt pour les plus riches' justifie le président-candidat. 'Sur les revenus du travail, nous avons la plus forte imposition d'Europe'

21h53: Nicolas Sarkozy déclare que la lutte contre la fraude a rapporté 5 milliards d'euros. Il passe ensuite aux enseignants, thème de sa 'séquence' de la semaine dernière. Nicolas Sarkozy rappelle sa proposition de faire travailler 8 heures de plus les enseignants dans les écoles, et les payer 25% de plus

21h50: Le candidat déroule ses propositions de campagne. Maintenant c'est sur le non-remplacement des fonctionnaires qui partent à la retraite, 'qui fait 5 milliards d'économie sur 5 ans' estime le candidat. 'On va demander aux grandes collectivités territoriales de faire le même effort' dit le candidat (les régions sont majoritairement à gauche.)
Nicolas Sarkozy dénonce ensuite
des 'intercommunalités qui ont créé 174 % d'effectifs en plus'...

21h48: Là encore, Nicolas Sarkozy évoque une proposition de campagne. Généraliser le RSA, avec 'des contrôles tous les 18 mois' et avec en contrepartie, 7 heures de travail/semaine pour les bénéficiaires.

21h42; Après la TVA, place donc à la réduction des déficits publics. Nicolas Sarkozy veut 3% de déficit en 2013 puis un retour à la normale en 2016. Il annonce en outre un 'impôt sur les bénéfices minimums sur les grands groupes du CAC 40.'
21h40: Après les retraites, le candidat évoque une proposition de campagne sur le coût du travail qui, en France, 'est plus important qu'ailleurs' estime Nicolas Sarkozy.
'Nous avons supprimé les cotisations familiales payées par les entreprises et quatorze millions de salariés verront les primes payées par l'employeur diminuer.'
21h37: Sur le chômage. Le journaliste montre un graphique sur le décrochage de la France face à l'Allemagne à propos du chômage. Le candidat répond que dans les autres pays d'Europe, le résultat a été pire, avant d'embrayer sur les réformes de l'Allemagne, 'prises plus tôt' donc sources de succès selon le candidat
21h33; le candidat parle de ses propositions éco pour remonter le pouvoir d'achat des travailleurs aux salaires les plus bas, avec la réforme de la prime pour l'emploi qui concernerait sept millions de Français, financées par quatre milliards d'euros. Le journaliste répond au candidat que sa réforme 'n'est pas très efficace' car les salaires les plus bas bénéficiaient des bienfaits de cette prime, et que la réforme proposée par Nicolas Sarkozy n'apporterait pas 1070 euros/an en plus pour ces salariés.

21h32: Place aux questions éco avec le journaliste François Lenglet

21h30: Sur les amis/ennemis: 'Pour quelqu'un qui aime se faire des ennemis, je suis quand même président, je dois donc savoir me faire quelques amis'...

21h30: sur la réforme des retraites, Nicolas Sarkozy justifie: 'regardez la situation de l'Espagne et de la Grèce, là il y a de la violence'

21h26. Questions sur son côté provocateur...'Une partie des élites n'était pas prête à voir l'élection d'un président comme moi (...) Je n'ai pas fait l'ENA, je n'appartiens pas à ces clubs...'expose-t-il pour expliquer ces petits tacles répétés.
Les journalistes le définissent comme 'clivant'. 'Si je pouvais avoir un peu de calme, cela me changerait' explique-t-il en parlant des réformes des retraites.

21h23: Alors que des passages passent sur plusieurs de ses rencontres avec des dirigeants politiques du monde, Nicolas Sarkozy parle de cette relation décontractée. 'On est sans arrêt ensemble depuis trois ans. On se voit souvent, on est dans les hôtels ensemble'
'Avec Angela Merkel, on a mis du temps à se comprendre' reconnaît-il, rappelant qu'elle vient d'ex-Allemagne de l'Est

21h22 'Quand on m'insulte gratuitement, j'aime pas bien ça'. Nicolas Sarkozy regrette 2 déplacements sur 150 par an, où il s'est emporté

21h20: A la question sur le 'trop loin dans la désacralisation', Nicolas Sarkozy regrette son 'Casse pov'con' :'je n'aurais pas dire ce que j'ai dit au salon de l'agriculture'

21h18: Le candidat continue sur cette accusation de président des riches: 'S'il n'y avait pas certains milliardaires... Le Nouvel Obs pourrait-il vivre sans M. Perdriel ? Libération pourrait-il vivre sans M. de Rotschild'? accuse-t-il.

21h15: Nicolas Sarkozy déplore 'la stigmatisation scandaleuse' de ceux qui réussissent en France. 'Vous allez toujours me parler des deux premiers jours et demi de mon quinquennat?' demande--t-il

21h14: Nicolas Sarkozy accuse des responsables de gauche ou des sympathisants de gauche qui sont riches 'Des chanteurs sont partis en Suisse et s'affichent dans des meetings avec d'autres candidats, ça ne gêne personne.
'Dominique Strauss-Kahn et sa femme ne semblent pas dans le besoin. Je vais débattre tout à l'heure avec Laurent Fabius, je ne pense pas qu'il soit l'incarnation d'une France pauvre'

21h10: Nicolas Sarkozy s'explique sur ces vacances bling bling sur le yacht de Vincent Bolloré : 'c'est quelqu'un que je connais depuis longtemps'. Il se défend de toute collusion : 'Bolloré n'a pas de contrat avec l'Etat. Il m'a proposé de passer quelques jours sur le bateau, il savait que ma famille battait de l'aile, il s'est dit que ça pourrait arranger les choses'; ajoutant: 'Je n'ai jamais été le salarié de Vincent Bolloré'.

21h08: Le moment du Fouquet's était 'ambivalent' explique Nicolas Sarkozy: 'c'est un souvenir très ambivalent pour moi. Le mélange entre l'immense honneur que me faisaient les Français et ma famille qui explosait'

21h08: Un candidat troublé par la question du Fouquet's? 'On dirait du Jamel Debbouze' reconnaît le candidat qui hache et bégaye ses mots. L'acteur appréciera?

21h06: Réponse de l'intéressé: 'ce serait ridicule de dire qu'il n'y a pas d'ambition'

21h06: Ambition ou devoir sa candidature? Pour la journaliste, 'on a du mal à croire qu'il n'y a que du devoir et qu'il n'y a pas d'ambition personnelle'

21h04: Sur le résau Twitter, le hashtag de l'émission est #dpda

21h03: L'itw par Nathalie Saint Cricq. ..D'abord plusieurs passages de meeting ..

21h01: Le défaut qu'il l'agaçe le plus: 'spontanéité, émotivité et sentimentalité'. On se croyait dans un entretien de motivation?
Son grand 'talent': son 'énergie'..

20h59: Son premier déplacement après la victoire, s'il est réélu pour un second mandat, pourrait être le soir même en Allemagne voir la chancelière Angela Merkel. Puis Nicolas Sarkozy irait en Israel puis voir les Palestiniens. Il souhaite que 2012 soit l'année de la paix entre les deux peuples.

20h58: Nicolas Sarkozy, s'il est réélu, irait fêter sa victoire, non au Fouquet's, comme en 2007, mais 'avec ceux que j'aime, j'ai une famille que j'aime'

20h57: Le candidat continue: 'être critiqué, c'est normal. Le président, c'est le sommet du pouvoir'

20h55: Nicolas Sarkozy, s'il est réélu en mai, dédiera sa victoire 'à la majorité silencieuse', 'à ces anonymes que je remercie, qui résistent à ces torrents de critiques'

20h54: Auto-promo: 'je ne recule jamais', rappelant notamment qu'il n'a jamais retiré une de ses réformes

20h52: Le candidat se place encore en victime des médias, précisant tout de même: 'Chaque fois que je me suis rendu à la télévision, les Français ont toujours été présents'. Il souligne ses efforts: 'J'ai tout fait pour le peuple français. Je n'ai pas tout réussi'

20h51: 'L'argument de la gauche, c'est de faire un référendum contre Nicolas Sarkozy', dit-il, ajoutant que la gauche 'n'a pas beaucoup d'idées'

20h48: «Alors chacun avait des arguments: je n'avais pas la bonne coiffure, pas le bon physique, j'étais un champion du premier tour mais pas du second, je ne pouvais pas battre une femme»...et pourtant, raconte le candidat, j'ai gagné

20h48: «Dans deux mois, on verra qui aura eu raison, qui aura eu tort..» soupire Nicolas Sarkozy qui se place en victime en 2005, lorsque, selon le candidat c'était 'tout sauf Sarkozy'

20h46: «Vous y croyez encore?» demande David Pujadas. Nicolas Sarkozy pas content explique qu'il ne commente jamais les sondages depuis Edouard Balladur, qui, favori des sondages, a pourtant échoué.

20h45: David Pujadas rappelle que le président-candidat est toujours devancé par le rival socialiste François Hollande, tant au premier qu'au second tour.

20h44: Les journalistes qui vont questionner Nicolas Sarkozy: Nathalie Saint-Cricq, François Lenglet et Fabien Namias

20h43: début de l'émission avec une présentation de David Pujadas
20h42: Le flux vidéo de l'émission sur le site internet de FranceTélévisions par ici

20h39: En fin d'émission se tient le débat avec l'ancien Premier ministre PS Laurent Fabius...

20h38: Un peu de retard pour «Des paroles et des actes» sur France 2, avec Nicolas Sarkozy.
Carla Bruni est dans les coulisses de l'émission

20h37: La soirée politique commence sur 20 Minutes

Nicolas Sarkozy sera, ce mardi soir, l'invité de l'émission de France 2 «Des paroles et des actes», à 20h35. Après le débat avorté, le 23 février dernier, entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon à cette même émission, le président-candidat répondra aux questions de plusieurs journalistes, avant de se confronter à Laurent Fabius, député PS de Seine-Maritime. Le président-candidat devrait notamment parler de l'immigration, alors que la polémique sur la viande halal a continué de se développer toute la journée.

>> Par ici, pour comprendre les enjeux de la soirée

>> Suivez en direct, par la rédaction de 20 Minutes, le suivi de cette émission politique, les grandes déclarations et les attaques ras-les-pâquerettes...