Présidentielle: En cas d'échec d'Eva Joly, Placé craint pour l'écologie

© 2012 AFP

— 

Le premier groupe écologiste de l'histoire du Parlement français, fort de dix sénateurs Europe Ecologie-Les Verts (EELV), s'est constitué formellement mercredi, a annoncé un communiqué des sénateurs EELV.
Le premier groupe écologiste de l'histoire du Parlement français, fort de dix sénateurs Europe Ecologie-Les Verts (EELV), s'est constitué formellement mercredi, a annoncé un communiqué des sénateurs EELV. — Jacques Demarthon afp.com

Le sénateur EELV Jean-Vincent Placé a averti ce mardi qu'il y aurait «peu d'écologie» dans les premières années d'un gouvernement de gauche, si Eva Joly, la candidate écologiste, recueillait un résultat médiocre au premier tour. «S'il n'y a pas un résultat significatif d'Eva Joly au premier tour de l'élection présidentielle, il est probable que (...) dans les deux premières années d'un gouvernement de la gauche, si cela doit avoir lieu, il y ait peu d'écologie», a déclaré le numéro deux d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) sur i-TELE.

«Nous avons l'intention de faire au-delà de 2%», a ajouté Jean-Vincent Placé, assurant qu'Eva Joly avait «la pêche», en dépit des grandes difficultés qu'elle éprouve à décoller dans les sondages. Le sénateur a lancé un appel pressant aux électeurs écologistes.

«Course à l'échalote»

«Je sais qu'il y a le vote utile, je sais qu'il y a la volonté d'alternance, je sais qu'il y a la volonté de sortir M. Sarkozy de l'Elysée», mais «attention (...) il faut aussi de l'écologie. Et pour qu'il y ait de l'écologie, il faut voter Eva Joly. Le futur président, a-t-il poursuivi sans nommer François Hollande, devra «rassembler l'ensemble de la gauche et de ses partenaires, et tout naturellement les écologistes»

Jean-Vincent Placé a déploré d'autre part la «course à l'échalote» du «pouvoir sarkozyste» vers des «thèmes poujadistes, démagos, y compris les thèmes du FN», accompagnée d'une «stigmatisation des religions, et particulièrement de la religion musulmane». «Tout cela devient totalement inacceptable et ce n'est pas un débat très digne», a-t-il conclu.