«Des paroles et des actes»: Nicolas Sarkozy doit casser une dynamique négative

PRESIDENTIELLE Le président-candidat, face au socialiste Laurent Fabius, doit retrouver un nouveau souffle dans une campagne qui semble patiner...

Anne-Laëtitia Béraud
— 
Le président de la République Nicolas Sarkozy à Marseille, le 24 janvier
Le président de la République Nicolas Sarkozy à Marseille, le 24 janvier — Laurent Cipriani/AP/SIPA

Nicolas Sarkozy sera, mardi soir, l'invité de l'émission de France 2 «Des paroles et des actes», à 20h35. Après le débat avorté, le 23 février dernier, entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon à cette même émission, le président-candidat répondra aux questions de plusieurs journalistes, avant de se confronter à Laurent Fabius, député PS de Seine-Maritime.

Une émission politique à haut risque pour le président-candidat. Pour sa première émission de débat politique depuis son annonce de candidature, le 15 février dernier, Nicolas Sarkozy doit retrouver un nouveau souffle pour sa campagne qui semble patiner depuis une petite semaine. L’enjeu est grand, à moins de 50 jours du premier tour de l’élection présidentielle.

Ambitions personnelles

La «séquence» du président-candidat sur le monde de l’école, entamée lundi dernier à la radio, continuée lors d’un meeting à Montpellier mardi dernier, n’a pas «accroché» les Français. Ses idées ont été noyées face au «coup» de François Hollande sur une taxation à 75% des revenus les plus élevés.

Son changement de cap pour un discours très à droite lors du meeting à Bordeaux samedi soir, où Nicolas Sarkozy a développé la ligne controversée du ministre Claude Guéant sur l’immigration, n’a pas non plus soulevé le débat dans l’Hexagone.

Résultats pas à la hauteur

Autre raté: après sa visite dans le centre de Bayonne, jeudi dernier, Nicolas Sarkozy s’est placé en tant que victime de «terroristes», attribuant ces incidents aux socialistes. Mais cette victimisation, relayée par l’équipe de campagne, n’a pas tellement eu d’effet car l’image de victime colle mal à la peau du candidat-président, habitué à des déplacements musclés.

Enfin, les sondages, lancés dans une dynamique favorable à Nicolas Sarkozy lors sa déclaration de candidature mi-février, n’ont depuis lors pas tellement décollé. Pire, ces sondages donnent Nicolas Sarkozy toujours largement perdant face à son rival socialiste. Les sondages ont beau pouvoir largement évoluer d’ici à fin avril,  ils commencent à donner quelques sueurs froides à l’équipe de campagne du président-candidat, qui pensait remonter rapidement la pente face au rival socialiste.

Sondages stables, voire en baisse

Nicolas Sarkozy doit donc convaincre mardi soir lors de l’émission politique «Des paroles et des actes». Il doit trouver de nouveaux points d’accroche avec les Français, voire répéter sa ligne - à droite toute - lancée lors du meeting de samedi à Bordeaux.

Mais l’émission ne sera pas forcément de tout repos pour Nicolas Sarkozy. Face à lui se postera le socialiste Laurent Fabius, membre de l’équipe de campagne de François Hollande. Premier ministre dans les années 1980, Laurent Fabius compte bien revenir à Matignon si son champion l’emporte. Et cette émission politique, s’il se montre à la hauteur de la joute oratoire, pourrait apporter du poids à son ambition.

Un candidat à sa réélection, un responsable politique ambitieux, une émission télé: le cocktail de la soirée pourrait se révéler fougueux.