Revivez la campagne en direct: Marine Le Pen n'a toujours pas ses 500 parrainages... Hollande appelle «à ne jamais céder à la violence»

M. Go. et E.O.
— 
Ce live est maintenant terminé, merci de l'avoir suivi et à demain.
>> Retrouvez les principales informations de la journée par ici.
20h42: Marine Le Pen dit disposer de 452 parrainages. Selon elle, 23 maires qui l'avaient d'abord soutenue ont finalement renoncé à lui apporter leurs signatures.
«Il me reste 10 jours ouvrables» pour trouver «une cinquantaine de signatures», poursuit-elle.
20h40: Marine Le Pen n'a pas ses 500 parrainages
20h40: Marine Le Pen veut que l'apprentissage du français soit privilégié, surtout en primaire
20h39: «Je veux qu'on revienne à l'éducation traditionnelle», déclare Marine Le Pen qui plaide pour «l'abandon de la méthode syllabique» pour apprendre à lire.
20h37: Marine Le Pen est l'invitée du journal télévisé de 20h, sur France 2
20h10: Après les incidents de Bayonne, François Hollande appelle à ne jamais «céder à la violence» verbale ou physique
20h05: Eva Joly et José Bové se sont rendus au Salon de l'agriculture ce jeudi
20h02: Pour David Assouline, c'est à NKM de s'excuser après ses accusations
20h: Michel Sapin repousse les accusations de la majorité à propos des incidents de Bayonne
Michel Sapin, chargé du projet de François Hollande, a repoussé les accusations insinuant que le PS serait derrière les troubles de Bayonne. «Quand on est candidat on n'est plus président de la République, on n'est plus protégé par des centaines et des centaines de CRS qui évacuent toute population à plusieurs kilomètres à la ronde», a dit l'ancien ministre sur I>Télé. Mais Manuel Valls, directeur de la communication du candidat, a regretté ces incidents sur BFM-TV: «Nous sommes évidemment opposés à toute violence», a-t-il déclaré.
19h45: «Le premier tour est en train d’être confisqué par le PS et l’UMP», déclare Dominique de Villepin, dans une interview à 20 Minutes. «Moi, je refuse la République des partis. Ce n’est pas à eux de dire qui sera candidat et qui ne le sera pas»
19h37: «François Hollande se grandirait en condamnant» les incidents de Bayonne, déclare Nicolas Sarkozy, qui vient d'arriver à Bruxelles. «J'aurai l'occasion de stigmatiser le comportement de voyous qui sont la honte la République», a poursuivi le chef de l'Etat à son arrivée au Conseil européen de Bruxelles, avec plus d'une heure de retard.

19h35: Nicolas Sarkozy recule d’un point dans un sondage Ifop
Avec 25,5% d’intentions de vote, Nicolas Sarkozy recule d'un point, tandis que le candidat socialiste François Hollande progresse d'un point à 29%, selon le dernier sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Paris-Match. Au second tour, le gouffre se creuse, avec 13 points d'écart: François Hollande est crédité de 56,5% des voix, contre 43,5% pour le président sortant.
Marine Le Pen reste stable avec 18% des voix et François Bayrou gagne un demi-point, à 12,5%. Jean-Luc Mélenchon, quant à lui, marque un recul avec 8% d'intentions de vote, alors qu'il atteignait 9% en début de semaine.
19h27: Sarkozy demande à Hollande de dénoncer les événements de Bayonne
19h25: «Le débat démocratique a été dégradé à Bayonne» selon Nathalie Kosciusko-Morizet

19h25: Hollande salue le patriotisme, qui est «un bon mot»

19h23: Hollande fait sienne la citation de Jaurès: «Le patriotisme c'est l'amour des sien, et le nationalisme, c'est la haine des autres»
19h20: Hollande revient sur sa proposition de taxer davantage les revenus supérieurs à un million d'euros annuels, «soit 100 fois le Smic»: «Je me suis dit qu'il y avait un signal à envoyer, qu'il n'était pas possible que des fortunes n'aient mis que quelques années à se constituer - c'est ce qui s'est passé depuis une dizaine d'années».
«Les Français sont prêts à faire des efforts mais ils ne sont pas prêts à accepter un creusement des inégalités. Cette mesure n'a même pas vocation à apporter un seul centime à l'Etat. Elle relève d'une forme de patriotisme, dont le pays a besoin»
19h12: François Hollande s'en prend désormais aux «privilèges» qui ont été exacerbés selon lui par le «pouvoir sortant». «Ce temps-là est terminé: le temps de la division, le temps des faveurs, le temps des privilèges est derrière nous.»
19h10: «J'aime la famille, j'aime les familles, toutes les familles», dit Hollande
19h09: «Mon projet s'adresse à l'immense majorité des Français», assure François Hollande. Il «ne distingue pas entre les Français»
19h05: Nicolas Sarkozy «attise les peurs, dans le seul but d'apparaître comme un protecteur», déclare Hollande à Lyon. «Son projet, c'est son bilan», lance-t-il.

19h02: «La France a été affaiblie parce que la jeunesse a été délaissée», martèle François Hollande à Lyon

19h Bayrou est en meeting dans la salle du Palais des congrès d'Angers
1.300 personnes participent  au meeting, selon notre envoyée spéciale, qui précise que 200 personnes attendent dehors par manque de place. L'entourage du candidat centriste prévoit un meeting «plus incisif, plus offensif» que les précédents.

18h48: «Hollande a annoncé l'épuration, forcément  ça échauffe les esprits» a déclaré Sarkozy, indique l'AFP

18h45: Une de nos envoyée spéciale est à Angers, pour suivre le meeting de François Bayrou

18h40: Copé: «Le PS préfère attaquer physiquement Nicolas Sarkozy que de débattre sur le fond»
Le secrétaire général de l’UMP demande à François Hollande de condamner «avec la plus grande fermeté» les manifestations de Bayonne. «Certains militants socialistes ont franchi les limites de l’inacceptable en s’alliant avec des militants indépendantistes basques dans le seul but de perturber de manière extrêmement violente une visite du Président de la République à Bayonne», estime Copé, dans un communiqué.
«Quelle image donne le PS français lorsqu’on voit des militants du PS partager la même haine que des indépendantistes qui ne reconnaissent pas l’intégrité de la République?» s’interroge Jean-François Copé, qui y voit «la preuve d’une grande fébrilité de la part du PS, qui préfère attaquer physiquement Nicolas Sarkozy que de débattre sur le fond».
18h30: Pendant ce temps, François Fillon est en meeting à Besançon
18h25: «Si c'est ça la conception de la démocratie...» La réaction de Nicolas Sarkozy après la cohue de Bayonne

18h25: Nicolas Dupont-Aignan a apprécié sa visite au Salon de l'agriculture
18h20: Le comédien Michel Piccoli participe au meeting de François Hollande, à Lyon
Il est actuellement sur la scène du Palais des Sports de Gerland.
18h10: Un couple a été interpellé à Bayonne pour avoir jeté de l'eau sur Nicolas Sarkozy
Les deux personnes ont lancé de l'eau en direction du chef de l'Etat depuis leur balcon, à Bayonne, d'après Sud-Ouest.
18h02: Pour l'UMP, avec François Hollande «le mensonge, c'est maintenant»
Dans une vidéo, le parti présidentiel pointe la contradiction du candidat socialiste,  sur sa  proposition d'imposer à 75% les revenus supérieurs à un million d'euros annuels.


François Hollande : le mensonge c'est maintenant par ump
17h55: «NKM se décrédibilise par ses attaques» juge Delphine Batho
«Nous n’avons jamais cautionné aucune forme de violence. Nous sommes profondément attachés à la démocratie et au débat», a indiqué à 20Minutes la porte-parole de François Hollande. Delphine Batho réagissait aux accusations de Nathalie Kosciusko-Morizet, qui soutient que le PS a organisé des «manifestations de rue» contre Nicolas Sarkozy à Bayonne.
« Ces déclarations ne grandissent pas la porte-parole de Sarkozy. Par ces attaques, elle se décrédibilise en essayant de créer une confusion qui n’a pas lieu d’être. Nous avons toujours été très clair vis-à-vis de la violence», assure Delphine Batho.
17h40: Nathalie Kosciusko-Morizet accuse le PS d'avoir organisé des «manifestations de rue» contre Sarkozy
La porte-parole du président-candidat l'a déclaré à l'AFP.
17h35: Des images de la cohue à Bayonne:


Nicolas Sarkozy chahuté à Bayonne par des... par BFMTV
17h30: Nicolas Sarkozy a quitté Bayonne. Il est actuellement dans un avion, direction Bruxelles, selon Sud-Ouest.
Avant de partir, il a jugé «anormal» que le PS manifeste avec des personnes proches «d'un mouvement terroriste». Il s'est ensuite demandé si «François Hollande souhaitait que lui puisse faire campagne de manière sereine et républicaine, en pouvant se déplacer partout sur le territoire».

>> Retrouvez notre article sur la bousculade dont a été victime Nicolas Sarkozy à Bayonne
16h50: Ca chauffe toujours devant le bar du Palais, où est retranché Nicolas Sarkozy, selon un journaliste de Sud-Ouest
16h45: Une compagnie de CRS s'est déployée devant le bar du Palais, probablement pour permettre à Nicolas Sarkozy de sortir du café, selon Itélé.
16h40: Malgré l'agitation, Nicolas Sarkozy n'oublie pas les réseaux sociaux
Il vient d'indiquer sur foursquare qu'il se trouvait au bar du Palais pour rencontrer des commerçants bayonnais.
16h30: Une vidéo de l'arrivée mouvementée de Nicolas Sarkozy à Bayonne

16h15: Selon le journaliste du Parisien présent à Bayonne, Sarkozy «achève sa visite au pas de course, entouré de policiers en civil».
16h10: Un «désordre indescriptible» à Bayonne
Selon Sud-Ouest, une centaine de manifestants et de soutiens de Nicolas Sarkozy défilent dans les rues du centre-ville de Bayonne.  Des oeufs ont été lancés, assure le journal. Nicolas Sarkozy, lui, est  l'abri dans le bar du Palais, et reste souriant.
Une journaliste a pris une photo de la cohue devant le bar en question:
15h50: Selon un journaliste du Parisien, ça chauffe à Bayonne, où Nicolas Sarkozy vient d'arriver
15h45: Trois arrestations dans le Pays basque lors de la visite de Sarkozy
Trois personnes qui avaient lancé des fusées en l’air près de la ferme que visite Nicolas Sarkozy dans le Pays basque ont été arrêtées, selon Sud-Ouest. Les gendarmes ont poursuivi les manifestants à travers champs avant de les arrêter et de les conduire à Bayonne pour une vérification d’identité.
15h38: L'homme qui a menacé Sarkozy condamné à 3 mois de prison avec sursis
L'homme arrêté mercredi pour avoir menacé Nicolas Sarkozy de mort a été condamné ce jeudi à trois mois de prison avec sursis. Il devra également suivre un traitement pour régler son problème d’alcool récurrent. La procureure avait demandé six mois avec sursis.
Agé de 45 ans, père de trois enfants, il avait appelé à plusieurs reprises le commissariat de Bordeaux pour dire qu'il avait reçu de l'argent pour éliminer le candidat lors du meeting qu'il doit tenir samedi dans la préfecture de Gironde.
15h: Dans le Pays basque, Nicolas Sarkozy rencontre l'ex-joueur de rugby Serge Blanco

14h50: Non, Olivier Poivre d’Arvor n’a pas officiellement affiché son soutien à Hollande…
…c’est l’Express qui lui a attribué cet appui. Ce jeudi matin, Nicolas Sarkozy a visé le patron de France Culture en faisant implicitement référence à une tribune d’Olivier Poivre d’Arvor parue dans l’hebdomadaire. Seulement, indique Christophe Barbier le directeur de la rédaction de l’Express, «le soutien d’Olivier Poivre d’Arvor à François Hollande n’était pas signalé» dans la dite tribune, «mais dans la légende de la photo, rédigée par la rédaction».
«Le texte publié est clairement engagé à gauche», poursuit Barbier, et qui juge que «cette parenté d'analyse se distingue d'une démarche électoraliste, d'une déclinaison programmatique ou d'un appel au vote».

14h03: Pour David Douillet, le projet de taxation de Hollande «sera la mort du foot français»
«Ce projet d'hypertaxation sera la mort du foot français. Les joueurs partiront instantanément de France, ils en ont les moyens», a déclaré le ministre des Sports à l’Assemblée nationale. «La mesure va toucher 120 à 150 joueurs de football de la ligue 1», a-t-il précisé. «Donc, très concrètement, ce qui va se passer c'est que le monde du foot - la Ligue 1 et la Ligue 2, tout ça est connexe via les droits télé - tout cela va se casser la figure!»
13h45: «Ces investissements (à Florange) sont sans conditions» assure Nicolas Sarkozy, en déplacement dans le Pays Basque. Le chef de l'Etat assure que «le groupe ArcelorMittal croit en la reprise économique».

13h40: ArcelorMittal prend ses distances avec Sarkozy

Pour n°1 de la sidérurgie, l'activité ne peut reprendre à Florange que si l'économie repart. «L’entreprise redémarrera le haut-fourneau si la demande est là», a indiqué une porte-paroledu groupe après l’annonce de Nicolas Sarkozy de la reprise de l’activité du site au deuxième semestre 2012.
13h35: Eva Joly n'est pas la seule à aller au Salon de l'agriculture ce jeudi: Nicolas Dupont-Aignan est également sur place.
12h30: C'est un discret communiqué de Rama Yade...

... arrivé jeudi matin dans les boîtes mails des rédactions.L'ancienne secrétaire d'Etat, raliée à Jean-Louis Borloo, se félicite des annonces de Nicolas Sarkozy. "Nicolas Sarkozy a apporté des réponses crédibles et justes en matière d'éducation face à l'obsession de François Hollande de dépenser plus sans réformer." L'opération "Ralliement 2012" est sur de bons rails...
11h48: Dominique de Villepin «a un temps d'avance»...
«Ce n'est sans doute pas moi qui vais remporter l'élection.Et alors?» Dans une interview au Monde.fr, l'ancien Premier ministre reconnait qu''il ne devrait pas être le prochain président de la République. Mais, assure-t-il, «il y a quelques idées qui sont en train de rentrer dans les têtes», et «j'ai un temps d'avance».
Dominique de Villepin milite par ailleurs pour un gouvernement d'Union nationale. «C'est tellement plus facile de se situer dans un sillon idéologique! Cela donne ce dialogue de sourds, auquel nous assistons, entre François Hollande et Nicolas Sarkozy. Au lendemain de l'élection, il faudra effacer toutes ces querelles, il faudra bâtir un gouvernement de redressement national. Je prends date pour l'avenir».
10h46: Quand Manuel Valls recueillait les confidences de Sarkozy...
10h37: Le retour du retour de Rama Yade

Et si Rama Yade revenait dans le giron sarkozyste. Déjà evoquée dans Le Monde, ce retour est à nouveau expliqué par Europe 1.Mais Yade négocie. Selon la radio, elle souhaite se présenter aux législatives dans sa circonscription d'Asnières-Colombes, dans les Hauts-de-Seine, avec le soutien officiel de l'UMP. C'est beau l'amitié en politique.
10h12: Marie-George Buffetétait invitée de France Info. Elle est revenue sur les récentes propositions de François Hollande:

M-G Buffet (PCF) veut "une grande réforme de la... par FranceInfo
10h09: Pour ceux qui n'ont pas écouté, Nicolas Sarkozy, jeudi matin, sur France Inter:

Nicolas Sarkozy par franceinter
9h06: Fin de l'émission consacrée à Sarko sur Inter:

Principale annonce, le président-candidat a expliqué qu'ArcelorMittal allait investir 17 millions d'euros dans son site de Florange (Moselle). Quelque 2 millions d'euros seront consacrés au redémarrage du haut-fourneau, prévu au deuxième semestre ; 15 millions serviront à moderniser le site. "Ça ne règle pas tous les problèmes de la sidérurgie, mais c'est du concret, il faut se battre pour obtenir ça."
9h05: Sarkozy s'énerve contre un dirigeant de Radio France:

«Si un dirigeant d’une radio faisait campagne pour moi, on dirait quoi ? Est-ce la mission du service public?» Le candidat-président fait référence à Olivier Poivre d'Arvor, directeur de France Culture qui a appellé à voter François Hollande dans L'Express.
9h02: Interrogé sur Karachi et l'affaire des rétrocommissions, Sarkozy se dédouane:

«En tant que ministre du budget, j’avais dit qu’il ne fallait pas signer ces contrats», déclare-t-il à propos de la vente de sous-marins au Pakistan. Pas un mot sur le financement de la campagne de Balladur en 1995 à propos duquel deux de ses proches sont entendus par la justice.


8h57: Claude Guéant était sur Europe 1. L'occasion pour le ministre de l'Intérieur de parler du FN et de la campagne:

Guéant : le FN n'est pas "réaliste" par Europe1fr
8h55: Sinon, Carla Bruni continue à faire discrétement campagne alors qu'elle était totalement absente des médias il y a quelques mois:

8h53: Le candidat de l'UMP revient sur ses idées pour l'Education, son thème de la semaine:

"Le nombre d'élèves par classe n'est pas tout le problème. C'est parfois plus difficile de s'occuper de 22 élèves dans un établissement difficile que de 35 dans un collège parisien. Il n'y a plus assez d'adultes dans les classes. Comme l'état n'a plus les moyens d'engager des fonctionnaires, je propose de mieux les rémunérer."
8h38: Le rapport de Sarkozy à l'argent

Interrogé sur son rapport à l'argent, Sarkozy a cette réponse: "Je me suis toujours méfié de ceux qui aimaient passionément l'argent, comme de ceux qui le détestaient. Car au fond, ce sont les mêmes." Sarkozy est invité également à réagir sur la phrase de Hollande "Je n'aime pas les riches" et croit se rappeler que le candidat PS avait placé le seuil de la richesse à "3000" euros. C'était 4000, en fait.

L'émission en question en 2006:


"Je n'aime pas les riches" F-Hollande par dindong
8h32: Sarkozy continue à attaquer Hollande

"Ce qui est frappant avec François Hollande, c'est que tous les jours, on a un nouvel impôt. Il faut lire un journal tous les jours pour le suivre." Le président cite la "suppression" du quotient familial (en fait, le PS propose une réforme), puis revient à la charge sur la fiscalité en citant Jean Dujardin parmi les exemples d'artistes touchés par les hausses d'impôts.
8h25: Sarkozy se lève tôt et parle sur France inter

Et c'est toujours l'idée d'imposer à 75% les revenus au-dessus d'un million d'euros qui crée l'actualité. "Sa proposition, ce n'est pas 75%, c'est 75 + 8% de CSG. Y a-t-il un pays au monde? Un seul où on est imposé à 83%? C'est une proposition d'une démagigie insensée. Il n'y a pas que les entrepreneurs que cela touche mais cela peut être un cinéaste, un footballeur. Pour eux, il n'y a aucun intérêt à rester. François Hollande veut moins de riches en France, moi je veux moins de pauvres."
8h22: Hollande toujours jugé plus crédible sur l'économie

La question économique est l'enjeu majeur de la campagne présidentielle. Et, selon le baromètre de l'économie BVA-Avanquest pour BFM Business, BFM TV et Challenges, Hollande est toujours jugé plus crédible. Les sondés accordent leur confiance au candidat PS pour lutter contre le chômage (57 % contre 30 % pour Sarkozy), pour faire des propositions crédibles (54 %/34 %), prendre des réformes positives pour le pays (53 % /36 %) et lutter contre les déficits et la dette (50 %/38 %). M. Hollande est également jugé plus crédible que son adversaire pour faire face à une crise (46 % /42 %).
8h15: Buffet ne trouve pas que Hollande se gauchise

"On ne peut pas tout résoudre par la fiscalité. On doit aussi se poser la question des salaires", a expliqué Marie-Georges Buffet sur France info à propos des propositions de création d'une nouvelle tranche de François Hollande. "Il se gauchise? Non, n'exagérons rien...", déclare l'ancienne secrétaire du PC qui voit dans ces nouvelles mesure "un effet Front de gauche..
8h00: Bonjour, bienvenue à tous pour cette nouvelle journée de campagne. Au programme aujourd'hui, Eva Joly se rend au salon de l'agriculture

Et justement, Nicolas Hulot témoigne sur RTL du manque d'écologie dans cette campagne. "Je ne suis pas énervé, je suis triste parce que j'aurais pensé que les appareils politiques (...) auraient une analyse objective qui remette en cause notre modèle. J'observe la vacuité de la campagne sur ces sujets essentiels", a ajouté l'initiateur du Pacte écologique en 2007. "On n'est pas à la hauteur des enjeux", conclut l'ancien candidat qui estime qu'il "n'aurait pas fait mieux" qu'Eva Joly