Présidentielle: Ce qu'il faut retenir de la journée de mercredi

POLITIQUE Coups d'éclat, grosses colères ou attaques ras-les-pâquerettes, le résumé quotidien de la campagne présidentielle par «20 Minutes»...

E.O.
— 
François Hollande à Londres, le 29 février 2012.
François Hollande à Londres, le 29 février 2012. — CHAMUSSY/SIPA

>> Revivez le live de la journée par ici

La phrase du jour
«I’m not dangerous» [«Je ne suis pas dangereux»] a lancé François Hollande en plaisantant, à sa descente du train qui l’a conduit à Londres. Le candidat faisait référence à ses attaques contre la finance, qu'il a désignée par le passé comme son «principal adversaire», et qui tendent à effrayer les Britanniques. «Nous avons besoin de davantage de régulation, partout», a défendu François Hollande.

La réplique du jour
Jean-Luc Mélenchon a filé la métaphore des sous-vêtements pour répondre à Jean-Marie Le Pen qui, dimanche, avait promis de lui «retirer son caleçon». «Trop tard», lui répond le leader du Front de gauche car «je suis déjà un sans-culotte!».

 Le soutien du jour
Beate Klarsfeld est la candidate d’extrême gauche à la présidentielle allemande… et elle soutient Nicolas Sarkozy. «Nous soutenons Sarkozy, je le dis publiquement», a-t-elle déclaré. Le «nous» semble inclure son époux, Serge Klarsfeld, le célèbre avocat traqueur de nazi.

Le coup de gueule du jour
Christophe Jallet, défenseur du PSG, n’est vraiment pas emballé par la proposition de François Hollande de taxer à 75% les revenus supérieurs à un million d’euros annuels. «Si on est soumis à  ce régime, on aura l’impression de travailler pour pas grand-chose», tempête le joueur, avant d’avertir: «il y aura peut être un exode des sportifs professionnels, et même des PDG, pour aller chercher une imposition plus favorable». «Je n’ai braqué personne pour avoir ce que j’ai. Ceux qui ont réussi, on leur tire un peu dans les pattes», a poursuivi Christophe Jallet.

L’histoire du jour
Un homme de 45 ans qui avait menacé Nicolas Sarkozy de mort a été arrêté à Bordeaux. Il avait appelé à plusieurs reprises le commissariat de Bordeaux lundi pour avertir qu’il avait reçu de l’argent pour éliminer le président-candidat lors du meeting qu’il doit tenir samedi dans la préfecture de Gironde. Selon les enquêteurs, il ne semblait pas dans son état normal au téléphone. L’homme, connu de la police pour des faits de violence, de vols et d'outrage, a été arrêté à son domicile par des policiers de la brigade criminelle de la direction interrégionale de la police judiciaire, saisis par le parquet.

La photo du jour
Un cliché digne d’une carte postale pour François Hollande, en visite à Londres ce mercredi. Le candidat apparait, marchant sur une pelouse verte et immaculée devant l’abbaye de Westminster, en compagnie d’Axelle Lemaire, la candidate PS aux législatives pour les Français d’Europe du Nord.