Présidentielle: Marine Le Pen déboutée par le Conseil constitutionnel

POLITIQUE Les parrainages ne seront pas anonymes...

M. Go.

— 

Visite de la candidate à l'élection présidentielle Marine Le Pen (FN).  Réunion à la Chambre de Commerce et de l'Industrie de La Réunion. Saint Denis le 8 février 2012.
Visite de la candidate à l'élection présidentielle Marine Le Pen (FN). Réunion à la Chambre de Commerce et de l'Industrie de La Réunion. Saint Denis le 8 février 2012. — ALEXANDRE GELEBART / 20 MINUTES

Le Conseil constitutionnel vient de débouter Marine Le Pen sur la transparence des parrainages. Nécessaires pour se présenter à l'élection présidentielle, ils ne seront pas rendus anonymes comme l'avait demandé la présidente du FN mais publiés au Journal officiel comme à chaque élection. 

Dans la foulée, le Conseil constitutionnel a publié un communiqué où les Sages expliquent «qu'en instaurant une publicité des choix de présentation à l'élection présidentielle, le législateur a entendu favoriser la transparence de la procédure de présentation des candidats à l'élection présidentielle». Selon eux, cette disposition, qui veut que les candidats à l'élections présidentielles soient parrainés par 500 électeurs dont les noms sont ensuite rendus publics, est donc conforme à la Constitution. «En décidant de ne pas modifier le texte actuel, la haute juridiction n’a pas souhaité contredire le pouvoir politique, ni sanctionner des pratiques pourtant attentatoires aux principes démocratiques élémentaires», a aussitôt déclaré Louis Alliot, numéro 2 du FN, dans un communiqué.

Le combat du FN

Jeudi, Marine Le Pen avait été plaidée sa cause devant le Conseil. «Le fameux principe de transparence ne résiste pas à l'analyse des faits. Si des pressions et des menaces existent sur les maires appelés à parrainer un candidat, alors il n'y a aucune transparence possible», avait alors expliqué Louis Alliot, avocat et numéro 2 du FN. Le Front National est rentré en guerre contre la publication des parrainages car, selon ses dirigeants, les grands électeurs subissent des pressions de leur parti pour ne pas donner leur signature à des personnalités politiques d'un autre bord. D'autres candidats, comme Christine Boutin - elle-même retirée de la course présidentielle - et Corinne Lepage, s'étaient associés à la démarche du FN.

Selon un sondage CSA publié sur 20minutes.fr, 63% des sondés souhaitent que Marine Le Pen obtienne ses 500 parrainages. Mardi, le président d'honneur du FN, Jean-Marie Le Pen, a dit que sa fille, Marine Le Pen, approchait en dépit de difficultés des 500 parrainages d'élus nécessaires pour participer à la présidentielle. Sans donner de chiffre. Marine Le Pen a affirmé jeudi dernier qu'elle disposait d'environ 400 promesses de signatures. La date-butoir du dépôt des 500 signatures est le 16 mars au Conseil constitutionnel.