En direct: Sarkozy «fera tout pour que Florange rouvre»

M. Go.

— 

Le journal de la présidentielle.
Le journal de la présidentielle. — 20minutes.fr
Ce live est maintenant terminé.
18h45: Nicolas Dupont-Aignan veut se faire flasher par Hadopi

Libe.fr lance une série d'interview des candidats à la présidentielle sur les thématiques du web: «Bien sûr. Je n'attends d'ailleurs que ça. Comme vous le savez, j'ai fais de la lutte contre Hadopi et en faveur du téléchargement légal un combat essentiel de mon engagement politique.», répond le candidat de Debout la République à une question sur la loi Hadopi.


16h56: Le Conseil constitutionnel vient de débouter Marine Le Pen sur la transparence des parrainages

>> Plus d'infos à venir sur 20minutes.fr

16h39: Sarkozy sera bientôt l'invité de Capital

Il ne manquait plus que Nicolas Sarkozy. Comme François Hollande, François Bayrou et Marine Le Pen, le Président-candidat devrait prochainement être l'invité de l'émission «Capital», sur M6. Contactée par 20 Minutes, la chaîne précise en effet que des négociations sont en cours avec l’équipe de campagne du Président sortant.
Pour rappel, le candidat socialiste, François Hollande, sera l’invité de Thomas Sotto le 11 mars pour une émission sur les thèmes du pouvoir d’achat, des salaires, de l’emploi et des impôts. Juste avant, le 4 mars, François Bayrou (MoDem) s'y exprimera sur le «made in France». Marine Le Pen (FN), elle, y était déjà passée en février. On ignore encore sur quel thème Nicolas Sarkozy sera convié à intervenir.

16h09: Le bain de Sarkozy

Pendant ce temps-là, Sarkozy continue sa journée-marathon et s'offre un bain de foules avec plusieurs centaines de personnes aux Boucholeurs, commune de Chatelaillon, qui a subi la tempête Xynthia en 2010.Le président prend le micro pour parler de cette tragédie qui avait causé la mort de 59 personnes.
16h04: L'infiltrée du FN

Mediapart interviewe et publie le récit de Claire Checcaglini, journaliste indépendante qui a écrit Bienvenue au Front – Journal d'une infiltrée, publié le 27 février aux éditions Jacob-Duvernet. "J’ai été surprise de trouver dans Elle le portrait d’une femme politique d’extrême droite sur trois pages. Tout cela est problématique. Cela m’a donné envie d’aller voir au plus près la réalité du Front national. Savoir pourquoi on adhérait, déjouer la stratégie du parti, prouver que cette «dédiabolisation du FN» était fausse. La seule façon d’accéder à cela était de me faire passer pour une militante. Sans l'immersion vous n'obtenez pas certaines choses", commente-t-elle.

Article payant à lire ici
15h48: Sarkozy remercie tout le monde et publie des photos. C'est la campagne...
14h50: Royal: «Si ça va bien à Alstom, ce n'est pas grâce à Sarkozy»
Ségolène Royal a commenté la visite de Nicolas Sarkozy sur ses terres de Charentes-Martimes. «Il va voir ce qui va bien dans la région où il vient, et il veut faire croire que ce qui va bien c'est grâce à lui», a-t-elle lancé. Mais, selon elle, «si ça va bien à Alstom, ce n'est pas grâce à lui»

>> Lire le reportage de notre envoyée spéciale à Aytré

14h40: Nicolas Sarkozy sur France 2 le 22 février et le 6 mars
Nicolas Sarkozy sera l'invité mercredi du journal de 20h sur France 2. Il reviendra sur la chaîne publique le 6 mars pour participer à l'émission politique Des paroles et des actes, a annoncé ce mardi France Télévisions dans un communiqué.
François Bayrou sera l'invité de la même émission le 8 mars. Le 15 mars, ce sera au tour de François Hollande.
13h30: Le site de campagne de Marine Le Pen attaqué
"Nous avons été attaqués tout le week-end à partir de samedi matin, notre service juridique envisage de porter plainte", a expliqué à l'AFP David Rachline, coordinateur des campagnes web de la candidate du FN à l'Elysée. Il a précisé que les choses étaient revenues à peu près à la normale depuis lundi matin. "Nos serveurs ont été attaqués à plusieurs reprises dans des proportions importantes et on s'attend à ce que les attaques se multiplient, elles sont de mieux en mieux organisées", a-t-il ajouté, affirmant ne pas connaître les auteurs de ces assauts virtuels qui ont bloqué le site.
13h20: Sarkozy exclut l'introduction de proportionnelle pour les législatives de juin
Lors du petit-déjeuner de la majorité, mardi matin, le chef de l'Etat aurait exclu une éventuelle réforme du mode de scrutin pour les législatives de 2012. "Quand j'ai parlé de cela, ce n'était pas pour les élections à venir, a-t-il déclaré. Ceux qui évoquent l'hypothèse d'un changement pour les prochaines élections ne sont pas autorisés à le faire, c'est une stupidité", a lancé Nicolas Sarkozy, selon lemonde.fr. Une réponse à Richard Mallié et Philippe Meunier, deux députés de la Droite populaire, qui avaient annoncé un peu plus tôt le dépôt d'une proposition de loi visant à instaurer une dose de proportionnelle dès le mois de juin. Une réforme qui concernerait 40 députés de Paris, Lyon, Marseille et des représentants des Français de l'étranger.
13h15: Sarkozy «fera tout pour que Florange rouvre»
En marge d'un déplacement sur un site d'Alstom, à Aytré, en Charente-Maritime, le chef de l'Etat a assuré avoir parlé au téléphone avec la direction d'ArcelorMittal et a dit se pencher sur le dossier. "Entre ce matin et ici, j'ai eu les dirigeants d'ArcelorMittal pour parler de Florange, on aura l'occasion d'en reparler. Moi je ne veux pas que Florange meure. Alors bien sûr il y a la crise et il y a moins de demande d'acier, mais je pense en cette année 2012 qu'on fera tout pour que Florange rouvre", a-t-il dit.
12h45: Fillon critique l'abstention des socialistes sur le MES
Le Premier ministre a qualifié mardi de "faute grave" la décision des députés socialistes de s'abstenir lors du vote du texte ratifiant le traité instituant le Mécanisme européen de stabilité (MES). Les députés doivent examiner mardi ce projet de loi. "Le MES est une étape, c'est un moyen mais comme il est conditionné dans son usage à la signature du traité, nous nous abstiendrons", a déclaré Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS, dans les couloirs de l'Assemblée nationale. "Le refus des socialistes de voter le MES est une faute grave qui démontre leur sectarisme", a répondu François Fillon, selon plusieurs députés UMP. "Ils préfèrent fragiliser la zone euro que de voter avec la majorité", a-t-il ajouté.
12h07: Avant de filer vers les chaînes de montages, Nicolas Sarkozy a fait une déclaration devant les ouvriers.

"Par rapport à la campagne de 2007 ce n'est pas du tout la même campagne une crise est passée par là." Le président a ensuite visité un train en cours de fabrication.
11h54: Nicolas Sarkozy vient d'arriver à l'usine Alstom

Notre envoyée spéciale nous envoie une réaction de Alain Fouché sénateur de la Vienne, vice-president du conseil général de la vienne à  la declaration de Ségolène royal qui dit que"Alstom a été sauvé  grâce à l'achat, par les régions, de 160 trains". " L'Etat a participe au rétablissement de l'entreprise. Dans la région il y a l'entreprise Brossard, dont le slogan est 'Brossard chacun sa part' Etat et région ont donc travaillé ensemble pour le succes de cette entreprise."
11h37: Le PS réagit (enfin) à la suppression des comptes Twitter

Le PS réagit enfin à la suppression de comptes Twitter parodiques visant Nicolas Sarkozy sur demande de l’équipe de campagne du chef de l’Etat. «Une fois de plus, la droite cherche à restreindre la liberté d’expression et le droit à la caricature, alors même qu’il y a deux ans, Nicolas Sarkozy déclarait: ’Je préfèrerai toujours les excès de la caricature à l’absence de droit à la caricature’», s’émeut dans un communiqué Najat Vallaud Belkacem, l’une des porte-parole de François Hollande.
Sinon Vincent Feltesse, responsable web de la campgne de Hollande, réagit ici et Emile Josselin, coordinateur web du PS, rappelle une autre affaire ici (attention, c'est un peu compliqué).
11h32: Tous à vos agendas

Dernier candidat connu, Nicolas Sarkozy fera son premier "prime time" sur France 2, le 6 mars, dans l'émission "Des paroles et des actes" animée par David Pujadas. Suivront, le 8 mars, François Bayrou (MoDem), et le 15 mars, François Hollande (PS).
11h26: Le crash de Bayrou et Joly sur TF1

Parole de candidat n’a pas du tout convaincu les téléspectateurs lundi soir. L’émission, dont François Bayrou était l’invité principal, n’a  fait que 8,9% des part d’audience, soit 2,2 millions de téléspectateurs. Un mauvais présage pour le centriste? Eva Joly, qui lui a succédé plus tard n’a pas réussi à redresser la barre. Du coup, France 2 est en tête des audiences, avec 22,8% de part d’audience pour Cold Case.
11h24: Mélenchon était l'invité de France 2, ce matin. Cet après-midi, l'Assemblée nationale doit examiner le mécanisme européen de stabilité (MES), l'occasion de mettre la pression sur les députés socialistes.


11h16: Fabius écourte sa visite en Chine

Selon Europe1.fr, l'ancien Premier ministre français Laurent Fabius a écourté mardi sa visite en Chine où il n'a été reçu par aucun des hauts dirigeants en tant que représentant du candidat socialiste à la présidentielle François Hollande.Arrivé lundi en mi-journée à Pékin, Laurent Fabius est reparti mardi en milieu d'après-midi pour Tokyo au lieu de mercredi matin, annulant une conférence de presse prévue en soirée
11h11: Attali vote Hollande mais voit bien Sarkozy élu

L’oracle Jacques Attali a-t-il parlé? Invité d’Europe 1 ce mardi matin, l’économiste a dit qu’il voterait François Hollande: «Il a répondu assez clairement à un certain nombre de mes questions. J'estime que dans la conjoncture actuelle de la société française, l'important est de réduire de façon juste les déficits, c'est de créer une espérance européenne et de donner une priorité à la jeunesse». Mais l’ancien conseiller de François Mitterrand ne s’est pas trop mouillé non plus: «Je pense que son élection [celle de François Hollande] est loin d'être faite et que Nicolas Sarkozy a de grandes chances d'être élu».
11h01: Les bus qui transportent la presse de Sarkozy, ce qui fait bien rire tout le monde apparemment:


10h59: Comment Sarkozy filtre la presse
Visite surprise ce matin de Nicolas Sarkozy à Rungis à 6h du matin. Les médias ont été prévenus de ce déplacement qu’à 5h30 par un communiqué de l’équipe de campagne. Difficile donc pour certains d’être présents. «Ca évite qu’il y ait 300 personnes», assume un membre de l’équipe de campagne. Qui assure en revanche que tous les médias sont logés à la même enseigne. «Tout le monde a été prévenu par le même canal.» Vérification faite auprès de BFMTV qui était à Rungis. Le journaliste a reçu un appel à 5h12 sur son portable. Juste le temps de sauter dans un taxi et être à Rungis à temps pour couvrir l’évènement sans que l’info puisse fuiter en amont. Visiblement, tous les médias ne sont pas logés à la même enseigne pour l’équipe de Nicolas Sarkozy.
10h50: Finalement, Marine Le Pen renonce.

Après que France 2 a annoncé officiellement, lundi, un débat Mélenchon-Le Pen, jeudi soir, Marine Le Pen a déclaré qu'elle ne débattrait pas avec le champion du Front de Gauche. "Pourquoi Monsieur Mélenchon veut-il à tout prix débattre avec une semi-démente?", a demandé Marine Le Pen sur France Inter, faisant allusion à une déclaration de campagne à son propos de l'eurodéputé et co-président du Parti de Gauche.

Du coup, l'équipe de Mélenchon s'excite.


10h41: Et si Hollande changeait de slogan?

Selon les informations d'Europe 1, certains socialistes souhaiteraient changer le slogan "Le changement c'est maintenant". Cet éventuel nouveau slogan pourrait figurer sur l'affiche officielle de François Hollande, qui est en cours de préparation en ce moment avec l'agence de communication BDDP.
10h33: Le train Sarkozy-Royal est arrivé et le mano a mano continue. Ségolène est royalement descendue du train devant toutes les caméras. Autre information rigolote, la presse qui accompagne le président est véhiculé par des cars Veolia Transports.
10h11: Il sourit, il rigole. Nicolas Sarkozy à Rungis, ce matin. Photo extraite de son twitter officiel.


9h45: Après son tour à Rungis ce matin, Nicolas Sarkozy a pris le train pour la Charentes. Surprise, Ségolène Royal est dans la même rame et la présidente de la région Poitou-Charentes en a profité pour critiquer Sarkozy devant les journalistes. "Je vais l'accueillir en tant que présidente de région. Je viens rappeler au président de la République les promesses qu'il n'a pas tenues. Il va chez Alsthom où tout va bien mais il n'a pas donné signe aux employés de la CAMIF qui, aujourd'hui, souffrent."