Affiche de campagne de Nicolas Sarkozy: «La grande inspiration mitterrandienne»

DÉCRYPTAGE e Président sortant part à la conquête d'un nouveau mandat, en reprenant quelques-uns des codes déjà utilisés par François Mitterrand...

Mathieu Gruel

— 

L'affiche de campagne de François Mitterrand en 1988, et celle de Nicolas Sarkozy en 2012
L'affiche de campagne de François Mitterrand en 1988, et celle de Nicolas Sarkozy en 2012 — D.R.

Le fond bleu, la pose de profil, le slogan... L'affiche de campagne de Nicolas Sarkozy, dévoilée ce jeudi matin sur son site de campagne, en rappelle une autre. Celle d'un certain François Mitterrand, lui-même candidat à sa réélection. C'était en 1988. A croire que certains codes de la communication politique ont toujours la cote.

Déjà en 2007

«L'affiche de qui? François Mitterrand?» sourit même Arnaud Mercier quand on l'interroge sur le sujet. Pour le professeur de marketing politique à l'Université de Lorraine, le «décalque des campagnes de François Mitterrand est même stupéfiant». Déjà en 2007, la ressemblance entre l'affiche de campagne de Nicolas Sarkozy et celle de François Mitterrand de 1981 «La force tranquille», avait été évoquée.

Incarner la France

EN 2012, le candidat sortant semble donc avoir eu «une grande inspiration Mitterrandienne», explique Christian Delporte, historien spécialiste des médias. «C'est le même type de composition, de teintes de couleurs... Ce n'est pas d'une grande originalité. Mais c'est une image qui correspond bien à celle d'un Président sortant.» Avec notamment cet impératif d'incarner le pays, «d'où l'utilisation du mot France dans le slogan». Ou encore ce positionnement de profil, censé montrer «sa vision, une direction». C’est une façon d'«incarner la France», explique Arnaud Mercier.

Le dynamisme du candidat

Quelques détails différents cependant. «Notamment la mer, qui représente le mouvement», remarque Philippe J.Maarek. D'après ce professeur à l'université Paris Est, auteur du livre Communication et marketing de l'homme politique, «l'idée semblait être, ici, de vouloir mettre en avant le dynamisme du candidat». Et marquer ainsi sa différence avec le candidat PS, «souvent qualifié de “mou” par l'équipe de campagne du candidat UMP.»

L’image du capitaine

«C'est clairement l'image du capitaine qui ressort. Avec un côté rassembleur», confirme le publicitaire François Belley. C'est ce que le responsable de l'agence de publicité Melville et auteur du livre Ségolène, La Femme marque, appelle «le plus produit». D'après lui, «si on adhère à la marque Sarkozy, on achète le capitaine». Un capitaine qui nous mènera «jusqu’à cette mer calme, malgré les crises», précise Christian Delporte.

Quant au slogan, il semble «assez bien coller au personnage, et répondre aux 3 C (clair, court, cohérent), indispensables dans la pub», selon François Belley.

Une affiche réussie, c'est celle qui fait gagner

Reste maintenant à savoir si le destin présidentiel de Nicolas Sarkozy sera identique à celui de François Mitterrand en 1988, qui avait été réélu. Ce qui est sûr, selon Christian Delporte, c'est qu'une affiche réussie, «c'est celle qui fait gagner». Réponse le 6 mai.