La stratégie Sarkozy dévoilée

DROITE Sur le fond comme sur la forme, «20 Minutes» révèle les grandes lignes stratégiques...

Alexandre Sulzer
— 
Nicolas Sarkozy inaugure les nouveaux locaux de la direction générale de la gendarmerie nationale le 13 février 2012 à Issy-les-Moulineaux.
Nicolas Sarkozy inaugure les nouveaux locaux de la direction générale de la gendarmerie nationale le 13 février 2012 à Issy-les-Moulineaux. — WITT/SIPA

Discrètement, les choses se mettent en place. Alors que Nicolas Sarkozy va annoncer cette semaine sa candidature (lire encadré), les grandes lignes tactiques de sa campagne sont arrêtées. Sur la forme, la « méthode commando » est privilégiée. Contrairement à 2007, l’équipe de campagne, au QG de la rue de la Convention, sera réduite. Une structure légère qui se veut réactive. «Un meeting, un déplacement, une annonce, il se passera tous les jours un truc, ça va déménager!», glisse une source à l’UMP. «Nous allons obliger Hollande à se positionner face à Sarkozy, indique un conseiller. C’est lui qui donnera le rythme à la campagne.» Une stratégie qui, selon l’UMP, aurait déjà fait ses preuves au cours des deux dernières semaines.

Meeting en mars à Villepinte

Une dizaine de grands meetings devrait se tenir dont un important au parc des expositions de Villepinte (Seine-Saint-Denis) en mars. «L’idée, c’est de démultiplier les prises de parole.» Charge aux ténors du parti de remplir les salles moyennes, d’environ 1 500 personnes, à travers la France. Une cellule «déplacements» a même été créé à l’UMP pour les y aider. Au président de la République sortant les grands rendez-vous et les prises de parole dans les médias. D’ailleurs, il ne devrait pas y avoir de porte-parole puisque «celle-ci appartiendra au candidat». Lequel devrait aussi labourer le terrain. Car c’est bel et bien comme le «candidat du peuple» – un mot que l’on pourrait retrouver dans son slogan de campagne – que Nicolas Sarkozy se présentera sur le fond. Ses appels aux référendums en sont les premiers symptômes. «Il sera le candidat du bon sens. Le raidissement du microcosme médiatique face à ses propositions dans le Figaro Magazine prouve qu’il est le candidat du peuple, face aux élites», se réjouit-on à l’UMP où l’on note que 63 % des Français se disent favorables à l’obligation pour les chômeurs d’accepter un emploi. «L’histoire qui va être racontée, c’est celle d’un candidat pour lequel tout semble perdu et pour lequel tout renaît», chuchote un cadre. Quant aux échecs de son quinquennat, il devrait les mettre sur le dos des «conservatismes» de la société, notamment syndicaux. Et appelé les Français à voter pour lui pour les dépasser. «Les idées dans une campagne, c’est comme un thé, savoure un responsable de la majorité. Il faut un peu de temps mais ça finit toujours par infuser.»

Selon un conseiller du premier cercle, Nicolas Sarkozy devrait déclarer sa candidature mercredi soir au JT de TF1. Une info pour l’instant non confirmée. Dimanche, il tiendra un meeting à Marseille puis publiera un livre aux éditions XO la semaine prochaine, selon cette source.