Présidentielle: Sarkozy jugé beaucoup moins crédible que Hollande

COURSE 2012 Les résultats du quinzième sondage CSA pour «20 Minutes», BFMTV et RMC...

Matthieu Goar
— 
François Hollande candidat à l'élection présidentielle 2012, le 6 février 2012.
François Hollande candidat à l'élection présidentielle 2012, le 6 février 2012. — CHRISTOPHE ENA/AP/SIPA

Hollande de plus en plus dans le costume d'un présidentiable crédible et Sarkozy en outsider qui peine à convaincre. C'est le principal enseignement de la dernière étude CSA pour 20 Minutes, BFMTV et RMC. A la peine sur les thèmes du rassemblement, de la lutte contre les inégalités, du logement, du pouvoir d'achat et même sur la réduction des déficits dont il a fait l'un de ses chevaux de bataille, le président de la République arrive en tête seulement sur la sécurité et la défense de la place de la France dans la mondialisation.

>> Les résultats complets du sondage par ici

Un désaveu pour l'homme qui occupe l'Elysée depuis 2007 et brigue un nouveau mandat. «Sarkozy est finalement dans la position inverse à celle de Mitterrand en 1988. Il ne rassure pas, n'apparaît pas du tout comme un Père de la Nation», analyse Jérôme Sainte-Marie de l'institut CSA. Le bilan du quinquennat pèse sur Sarkozy. Même sur son électorat. Ainsi, 45% des professions libérales font plus confiance à Hollande qu'au président actuel (16%) pour améliorer leur pouvoir d'achat, l'un des thèmes de la précédente présidentielle.

La candidate FN à la peine

En retardant son entrée en campagne et en apparaissant aux côtés des grands de ce monde, Barack Obama ou Angela Merkel, Nicolas Sarkozy espère pourtant toujours imposer sa crédibilité face à l'inexpérience présumée de son principal challenger, François Hollande. L'opinion ne semble pas suivre. Faut-il alors accélérer sa déclaration de candidature? «Non, je ne pense pas, la première semaine de mars me paraît être le bon timing», explique Marc-Philippe Daubresse, l'un des dirigeants de l'UMP.

Du côté du PS, on se frotte les mains. Notamment sur la capacité de rassemblement de François Hollande, un thème rebattu par le candidat PS depuis des mois. Même le meeting du Bourget, avec un discours plus à gauche sur le logement ou sur la République, n'a pas entamé cette qualité du candidat PS, qui convainc au-delà de son propre camp. «Les Français ont besoin de changement puis de rassemblement. Et notre candidat s'installe de plus en plus dans la fonction de président alors que Sarkozy apparaît de moins en moins comme un président», tranche Bruno Le Roux, porte-parole de François Hollande.

A noter également, dans cette enquête, le déficit de crédibilité de certains candidats comme Marine Le Pen, qui n'arrive pas du tout à convaincre au-delà de ses thématiques traditionnelles. Pourtant, depuis un an, la présidente du FN multiplie les conférences sur son programme économique et s'entoure d'experts. Peine perdue.

Infographie, 1 sur 2

Infographie 2 sur 2